Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
troisiemeguerremondiale.net

troisiemeguerremondiale.net

Affirmer que l'Islam est une religion de paix, c'est admettre que la charia et le djihad sont des préceptes humanistes. Ce blog a pour but de démontrer que nous nous dirigeons droits vers une guerre de religion

Publié le par 3guerremondiale
Publié dans : #Les infos les plus cruciales

____________________

Le 28 juillet 2017

 

 

Japon: le missile balistique intercontinental nord-coréen est monté à 3.000km

 

Selon Tokyo, Pyongyang a testé un missile balistique intercontinental qui a atteint une altitude de 3.000 kilomètres.

La Corée du Nord a présumément testé un missile balistique intercontinental (ICBM) dans la nuit de vendredi à samedi, a indiqué l'agence japonaise Kyodo se référant à une source au sein du gouvernement. Ceci a été conclu du fait de l'altitude maximale et de la portée du missile.

Comme l'a signalé la chaîne NHK citant une source au sein du ministère nippon de la Défense, le missile a atteint une altitude de 3.000 kilomètres.

Un missile nord-coréen

À la suite du tir, le chef du gouvernement nippon Shinzo Abe a déclaré que la menace nord-coréenne pour son pays était grande et réelle et que le Japon, les États-Unis, la Corée du Sud, la Russie et la Chine devaient exercer des pressions sur Pyongyang en la matière

Lire la suite

 

 

La Corée du Nord a tiré un nouveau missile balistique

 

La Corée du Nord a procédé vendredi à un nouveau tir de missile balistique, ont annoncé les Etats-Unis, le Japon et la Corée du Sud, une nouvelle escalade dans la crise internationale avec le régime communiste.

Le Pentagone a été le premier à "confirmer avoir détecté le lancement d'un missile balistique à partir de la Corée du Nord". 

"Nous évaluons la situation et nous aurons plus d'informations bientôt", a déclaré le porte-parole de la Défense américaine, le capitaine de vaisseau Jeff Davis.

Ce lancement survient un mois à peine après le premier test réussi par Pyongyang d'un missile balistique intercontinental (ICBM) susceptible d'atteindre le nord-ouest des Etats-Unis, en particulier l'Alaska. 

Lire la suite

 

 

 

VIDEO. Allemagne: Au moins un mort et quatre blessés dans une attaque au couteau à Hambourg

 

Panique à Hambourg. Au moins une personne a été tuée et quatre autres blessées dans une attaque au couteau dans un supermarché de cette ville du nord de l’Allemagne, a indiqué ce vendredi la police.

D’après le journal allemand Bild, un homme aurait attaqué des passants au hasard dans la rue, puis serait entré dans un supermarché où il aurait également blessé d’autres personnes.

Sur Twitter, la police de Hambourg a annoncé l’arrestation d’un suspect. « Nous ne disposons pas encore d’informations fiables sur le motif et sur le nombre de personnes blessées », a indiqué un responsable de la police.

Lire la suite

 

 

Esplanade des Mosquées : la police israélienne restreint l'accès à la prière

 

Regain de tensions à Jérusalem en ce jour de prière pour les musulmans. Après les incidents survenus jeudi, la police israélienne a de nouveau restreint aux Palestiniens l'accès à l'esplanade des Mosquées.

 

 

Tir du lanceur iranien: violation de la résolution de l'Onu, selon Washington

 

Washington considère que le tir d'un lanceur, procédé par la République islamique d'Iran, est une provocation et un geste contraire à la résolution émise par le Conseil de sécurité de l'Onu, a déclaré la porte-parole du département d'État Hether Nauert.

«Nous qualifions ceci comme une violation de la résolution du Conseil de sécurité de l'Onu… Nous qualifions ceci comme la poursuite [du programme, ndlr] de développement de missiles balistiques. Nous restons en outre très préoccupés par le soutien du terrorisme par l'Iran. Nous le qualifions comme une action provocatrice qui torpille la sécurité et la prospérité dans la région et dans le monde entier».

Lanceur Simorgh

Jeudi 27 juillet, l'Iran a testé avec succès son nouveau lanceur Simorgh destiné à l'envoi de satellites dans l'espace. Selon la chaine IRINN qui a relayé la nouvelle, le Simorgh est en mesure de placer un satellite pesant jusqu'à 250 kg sur une orbite à 500 km. Le test a été effectué depuis le centre spatial Imam Khomeini et a marqué la mise en service de ce dernier.

Source

 

 

Poutine dénonce les sanctions US contraires au droit international et aux normes de l'OMC

 

Le Président Vladimir Poutine a indiqué que les sanctions visant la Russie étaient contraires au droit international et aux normes de l'Organisation mondiale du commerce. Par ailleurs, elles nuisent non seulement à la Russie, mais aussi à l'Union européenne, estime le dirigeant finlandais Sauli Niinistö.

En commentant le projet de nouvelles sanctions américaines visant la Russie, le Président Poutine a pointé que les mesures de rétorsion en question étaient absolument illégales du point de vue du droit international et contraires aux normes de l'Organisation mondiale du commerce (OMC).

«Il en est de même avec les sanctions, elles sont absolument illégales du point de vue du droit international, nuisent aux principes du commerce international et aux normes de l’Organisation mondiale du commerce», a déclaré le dirigeant russe lors d’une conférence de presse conjointe avec son homologue finlandais Sauli Niinistö.

Lire la suite

 

Réponse aux sanctions: Moscou interdit l’accès aux biens diplomatiques US dès le 1er août

 

Jeudi soir, le Sénat américain a adopté le projet de loi portant sur de nouvelles sanctions contre la Russie. La réaction de Moscou ne s'est pas faite attendre: la Russie interdit à l'ambassade des États-Unis l'accès à deux sites moscovites à compter du 1er août.

En réponse à l'adoption par le Congrès américain de nouvelles sanctions antirusses, Moscou va interdire à l'ambassade américaine l'accès à ses deux sites situés à Moscou.

«À partir du 1er août, la partie russe suspend l'utilisation par l'ambassade des États-Unis en Russie à tous les entrepôts sur la rue Dorojnaia à Moscou et aux résidences secondaires dans le parc de Serebryani Bor», a déclaré le ministère russe des Affaires étrangères dans un communiqué.

Sénat US

En outre, Moscou a demandé à Washington de réduire, à partir du 1er septembre, à 455 le personnel de son ambassade et de ses consulats en Russie.

Lire la suite

 

 

 

Nouvelles sanctions US, le début d’une «guerre politique»

 

Les nouvelles sanctions de Washington à l’encontre de Moscou peuvent être considérées comme le début d’une guerre politique, estime le sénateur russe Alexeï Pouchkov.

Alexeï Pouchkov, sénateur russe et président de la commission du Conseil de la Fédération (chambre haute du parlement russe), a commenté sur son compte Twitter la décision de Washington d'imposer de nouvelles sanctions à Moscou.

«Ayant soutenu à l'unisson de nouvelles sanctions, le Sénat des États-Unis a démontré que les conséquences ne lui importaient guère. C'est une déclaration de la guerre politique. Une super puissance qui perd la raison», a-t-il donc écrit.

Lire la suite

 

 

 

Nigeria : au moins 50 morts dans l’attaque d’une mission pétrolière par Boko Haram

 

Plus de 50 personnes ont été tuées lors de l’attaque menée mardi par Boko Haram contre une mission pétrolière dans le nord-est du Nigeria, ont indiqué hier des sources médicales et humanitaires.

« Le bilan ne cesse de s’aggraver« , a déclaré une source impliquée dans les suites de l’embuscade menée près Magumeri, ajoutant: « Nous en avons maintenant plus de 50 et de nouveaux corps arrivent« .

Les circonstances de l’embuscade tendue par le groupe djihadiste contre les gardes et une équipe de la Nigerian National Petroleum Company (NNPC), accompagnés de géologues de l’Université de Maiduguri, de retour d’une mission d’exploration, ne sont pas encore éclaircies, en raison du strict contrôle de l’armée sur les accès à l’Etat de Borno, épicentre des violences de Boko Haram.

De premiers éléments avaient fait croire initialement à une tentative d’enlèvement. Mais un secouriste à Magumeri, situé à 50 km au nord-ouest de Maiduguri, la capitale de l’Etat de Borno, a déclaré qu' »à 19H00 (18H00 GMT) hier (mercredi), 47 corps ont été retrouvés dans la brousse autour de Magumeri« . « Onze d’entre eux ont été grièvement brûlés lors de l’attaque. Ils ont été brûlés vifs dans leur véhicule, échoué dans un fossé. On les a enterrés là-bas parce qu’on ne pouvait pas les emmener à Maiduguri« . « Ce soir (jeudi), on a retrouvé six nouveaux corps, dont celui d’un soldat, et il se pourrait qu’on en retrouve beaucoup plus parce que les équipes de secours fouillent partout aux alentours« , a-t-il ajouté.

A l’Hôpital universitaire de Maiduguri (UMTH), un membre du personnel médical a déclaré de son côté: « Nous avons en ce moment 19 dépouilles de civils. Quinze d’entre eux étaient des vigiles (milice civile, ndlr) et quatre faisaient partie du personnel de l’hôpital« . Un syndicaliste enseignant de l’Université de Maiduguri, Dani Mamman, a confirmé la présence des quatre corps et précisé que deux d’entre eux étaient des enseignants. « Nous avons encore d’autres personnels manquants« , a-t-il ajouté.
La production de pétrole au Nigeria est concentrée dans le delta du Niger (sud) depuis sa découverte en quantités commerciales en 1956. Mais les attaques et sabotages répétés de rebelles locaux revendiquant un meilleur partage des ressources ont poussé le gouvernement à prospecter ailleurs. Des explorations ont été lancées sur un territoire allant de l’État de Benue (centre) au nord-est où sévit Boko Haram.

Le Figaro

 

 

 

Emmanuel Macron ne veut plus de migrants dans les rues « d’ici à la fin de l’année »
 

 

« Je ne veux plus d’ici la fin de l’année avoir des hommes et des femmes dans les rues, dans les bois. Je veux partout des hébergements d’urgence. » Lancée devant un parterre de 37 nouveaux Français de 21 nationalités, qui venaient de recevoir leur décret d’intégration, cette phrase du chef de l’Etat a eu un retentissement particulier dans la salle de cérémonie de la mairie d’Orléans, jeudi 28 juillet. C’est par cette annonce, inattendue, qu’Emmanuel Macron a conclu une séquence consacrée aux réfugiés, entamée mardi après-midi.

Le 12 juillet, son premier ministre, Edouard Philippe, avait présenté un plan « migration » très axé sur les reconduites à la frontière et dans les pays d’origine. Un plan qui faisait l’impasse sur le volet humanitaire et le sort de cette population laissée sans solution dans les rues de Paris, de Calais et de la vallée de la Roya, en attente souvent d’un dépôt de demande d’asile.

En savoir plus

 

 

 

Migrants : Emmanuel Macron veut «partout des hébergements d’urgence»

 

Dans un discours sur l’intégration, le chef de l’Etat a promis des hébergements d’urgence mais aussi des missions en Afrique pour éviter les traversées de la Méditerranée.

 

« Je ne veux plus d’ici la fin de l’année avoir des hommes et des femmes dans les rues, dans les bois. Je veux partout des hébergements d’urgence. »

Lancée devant un parterre de 37 nouveaux Français de 21 nationalités, qui venaient de recevoir leur décret d’intégration , cette phrase du chef de l’Etat a eu un retentissement particulier dans la salle de cérémonie de la mairie d’Orléans, jeudi 28 juillet. C’est par cette annonce, inattendue, qu’Emmanuel Macron a conclu une séquence consacrée aux réfugiés, entamée mardi après-midi.

Le 12 juillet, son premier ministre, Edouard Philippe, avait présenté un plan « migration » très axé sur les reconduites à la frontière et dans les pays d’origine. Un plan qui faisait l’impasse sur le volet humanitaire et le sort de cette population laissée sans solution dans les rues de Paris, de Calais et de la vallée de la Roya, en attente souvent d’un dépôt de demande d’asile.

Alors que de nombreuses voix s’étaient élevées face à cette volontaire omission, le président tente de redresser le cap et esquisse une approche un peu différente de la question migratoire. Pour les primo-arrivants, place donc au logement, qu’il souhaite voir « partout en France » et « dès la première minute ». Pour l’heure, deux pistes sont à l’étude à l’Elysée : soit la création de camps de transit, hypothèse que porte la maire de Paris, Anne Hidalgo, soit la mobilisation de logements vides sur le territoire, option qui semble avoir pour l’heure la préférence de l’Elysée.

L’idée du chef de l’Etat est d’étudier très rapidement la demande d’asile, afin de protéger très vite les réfugiés et de renvoyer aussi vite les déboutés. «Je veux partout, dès la première minute, un traitement administratif qui permette de déterminer si on peut aller vers une demande d’asile ou non, et derrière une vraie politique de reconduite aux frontières», a poursuivi le président de la République. […]

 

Emmanuel Macron a au passage fustigé « ceux qui construisent des murs », faisant une allusion directe au refus d’une partie des habitants d’une ville de la banlieue de Tarbes d’accueillir des migrants – habitants qui ont érigé 18 mètres de parpaings pour bloquer l’accès au futur centre d’accueil. Mais il a aussi reconnu la nécessité de faire de la pédagogie sur ce sujet.

[…]

Le Monde

 

 

Paris. Migrants : « A ce rythme-là, on dépassera les 2.000 d’ici la mi-août »

 

Plus de 800 personnes vivent à nouveau dans la rue aux alentours du centre humanitaire pour migrants créé dans le nord de Paris… «20 Minutes» propose toute la journée une série d’articles pour faire le point sur la situation.

Trois semaines après l’évacuation de près de 3.000 personnes au même endroit, plus de 800 personnes vivent à nouveau dans la rue aux alentours du centre humanitaire pour migrants créé dans le nord de Paris, selon l’association France terre d’asile.

Selon France terre d’asile, l’association mandatée pour mener des maraudes, plus de 800 personnes vivent à nouveau dans la rue aux alentours du centre. Et selon la mairie de Paris, «à ce rythme-là, on dépassera les 2.000 d’ici la mi-août». « On se dirige vers une nouvelle évacuation », juge pour sa part le directeur général de France terre d’asile, Pierre Henry. […]

20 minutes

 

 

Grande-Bretagne : nombre record d’actes antisémites répertoriés dans les agglomérations de Londres et Manchester

 

Un nombre record d’actes antisémites a été enregistré au Royaume-Uni au premier semestre 2017, a averti aujourd’hui une association de défense de la communauté juive britannique. Le Community Security Trust (CST) a comptabilisé 767 actes antisémites à travers le pays entre janvier et juin 2017, en hausse de 30% par rapport à la même période l’année dernière.

Presque trois quarts des incidents répertoriés se sont produits dans les agglomérations de Londres et de Manchester, où vivent les deux plus grandes communautés juives du Royaume-Uni. « L’antisémitisme n’a pas sa place dans ce pays, qui tire sa fierté de son ouverture, de sa diversité et de sa tolérance », a réagi la ministre de l’Intérieur Amber Rudd.

Plus tôt en juillet, une autre organisation, l’ONG Campaign Against Anti-Semitism avait affirmé que la police avait enregistré en 2016 une hausse de 14,9% des atteintes contre les juifs. Elle avait alors estimé qu’un niveau élevé d’infractions antisémites était devenu la « nouvelle réalité » des juifs britanniques ces dernières années.

Le Figaro

___________________

Le 27 juillet

 

Heurts entre Palestiniens et police israélienne sur l'esplanade des Mosquées

 

Des affrontements ont éclaté jeudi entre la police israélienne et des Palestiniens sur l'esplanade des Mosquées à Jérusalem-Est annexée, alors que les fidèles musulmans pénétraient dans ce lieu saint pour la première fois en deux semaines, a constaté un correspondant de l'AFP.

Les autorités politiques et religieuses avaient appelé jeudi matin les Palestiniens à retourner prier sur l'esplanade des Mosquées après l'annonce par Israël du retrait de toutes les nouvelles mesures de sécurité qu'il avait mises en place aux entrées de ce site ultra-sensible.

Le mufti de Jérusalem annonce la fin du conflit autour de l’esplanade des Mosquées

Des journalistes de l'AFP ont vu des milliers de fidèles entrer sur l'esplanade, un site que les musulmans désignent sous le nom de Noble sanctuaire et les juifs Mont du Temple, pour effectuer la prière de l'après-midi.
Certains pleuraient de joie tandis que d'autres criaient "Allah Akbar" ("Dieu est le plus grand", ndlr).
Mais des affrontements avec les forces de sécurité israéliennes ont rapidement éclaté, le Croissant rouge palestinien faisant état de 46 personnes blessées sur l'esplanade des Mosquées et aux alentours du site.
Les raisons de ces heurts n'étaient pas clairs dans l'immédiat.
Deux policiers israéliens avaient été tués le 14 juillet par des Arabes israéliens à une des portes de la vieille ville, où est située l'esplanade.

Lire la suite

 

 

 

Pyongyang menace de rayer de la carte les USA grâce à une frappe nucléaire préventive

 

Pyongyang a proféré de nouvelles menaces à l’égard des États-Unis, dénonçant leur stratégie de première frappe nucléaire. Selon le ministre nord-coréen de la Défense, Washington doit s’attendre à une frappe nucléaire surprise, s’il poursuit sa politique militariste actuelle.

La Corée du Nord peut porter une frappe nucléaire surprise contre les États-Unis, a déclaré le ministre nord-coréen de la Défense Pak Yong-sik cité par l'agence centrale de presse nord-coréenne (KCNA).

«Si nos ennemis s'en tiennent à leur théorie de frappe nucléaire préventive, qui présente un danger pour eux-mêmes, et s'ils sous-évaluent la position stratégique de la Corée du Nord, l'armée révolutionnaire invincible du Paektu [mont légendaire nord-coréen, ndlr] portera une frappe nucléaire surprise au cœur de l'empire américain et rasera les États-Unis, achevant la mission historique de réunification de son pays», a indiqué le général Pak Yong-sik lors d'une réunion solennelle organisée à Pyongyang à l'occasion du 64e anniversaire de la fin de la guerre de Corée.

Lire la suite

 

 

 

 

Syrie: Daesh chassé de la moitié de Raqqa

 

Daesh recule dans son bastion syrien. L’alliance de combattants kurdes et arabes soutenue par les Etats-Unis a chassé les djihadistes de la moitié de la ville de Raqqa, dont ceux-ci s’étaient emparés en 2014, a annoncé mercredi une ONG, qui précise que 29 civils ont été tués dans des frappes aériennes de la coalition.

« Les Forces démocratiques syriennes (FDS) contrôlent maintenant 50 % de la ville de Raqqa malgré la farouche résistance de l’EI », a affirmé le directeur de l’Observatoire syrien des droits de l’homme (OSDH), Rami Abdel Rahmane.

Lire la suite

 

 

 

 

Intérêts russes et iraniens en Syrie: unité ou divergences?

 

La situation en Syrie change avec une rapidité vertigineuse, le conflit entrant dans une nouvelle phase, celle de la lutte politico-diplomatique pour l’avenir de ce pays. Le politologue russe Vladimir Sajine donne à Sputnik son évaluation des événements en cours.

Si auparavant, Moscou et Téhéran agissaient de concert, protégeant et soutenant les institutions d'État en Syrie, désormais on constate qu'ils voient différemment l'avenir de ce pays, ainsi que la place de chaque acteur du conflit, a déclaré Vladimir Sajine à Sputnik.

«Sur le plan tactique, les positions de la Russie et de l'Iran coïncident toujours, mais ils manquent d'unité quand il s'agit de l'avenir de la Syrie», a constaté l'interlocuteur de l'agence.

Et d'expliquer qu'alors que la Russie voulait voir une Syrie laïque où toutes les confessions et ethnies seraient sur un pied d'égalité, l'Iran tenait avant tout à sauvegarder, voire consolider l'arc chiite au Proche-Orient regroupant notamment l'Iran, l'Irak, la Syrie et le Liban où le chiisme a une influence importante.

Moscou a plus d'une fois proposé d'intégrer les nombreuses formations chiites au sein des forces armées gouvernementales syriennes, mais l'Iran s'y opposait ne voulant pas perdre ce puissant instrument de pressions sur Damas et celui de contrôle sur les régions syriennes les plus importantes pour les intérêts iraniens, sinon sur toute la Syrie.

Sergueï Lavrov et Mohammad Javad Zarif

La Russie n'approuve pas toujours l'activité de Téhéran en Syrie, notamment sa volonté d'imposer à Damas sa «protection».

Lire la suite

 

 

Poutine ratifie un protocole sur le déploiement des avions russes en Syrie

 

La Russie a ratifié un document précisant les modalités de la présence du groupe aérien russe déployé en Syrie conformément à un accord de 2015. Selon le texte, les avions russes resteront en Syrie pendant une période de 49 ans.

Le Président russe Vladimir Poutine a ratifié un protocole russo-syrien sur le déploiement d'un groupe aérien en Syrie signé le 18 janvier à Damas, a annoncé mercredi le site des informations juridiques officielles russes.

«J'ordonne de ratifier le protocole à l'accord russo-syrien du 26 août 2015 sur le déploiement du groupe aérien des Forces armées russes sur le territoire syrien, signé à Damas le 18 janvier 2017», a indiqué le chef de l'État russe dans son décret.

Lire la suite

 

 

 

Drone de la coalition arabe abattu au-dessus de l’Arabie saoudite, les détails dévoilés

 

Dans un entretien accordé à Sputnik, le général de brigade yéménite Aziz Rashid, membre des forces opposées au Président en exercice, a communiqué les détails relatifs au drone de la coalition arabe détruit dans le ciel de l’Arabie saoudite, non loin de la frontière du Yémen.

Les forces opposées au Président du Yémen, Abdrabbo Mansour Hadi, sont parvenues à restaurer une station radar d'alerte rapide, ce qui leur a permis de localiser et d'abattre ce 25 juillet un drone de la coalition arabe, détecté au-dessus de la province de Najran, en Arabie saoudite, à proximité de la frontière avec le Yémen.

«Il y a peu de temps, l'armée [rebelle, ndlr] a réussi à reconstruire la station radar d'alerte rapide. Grâce à cela, il est possible de repérer efficacement l'aviation de la coalition même à basse altitude, ce qui limite considérablement les capacités de l'ennemie. C'est un grand saut pour l'armée yéménite», a souligné M.Rashid.

Lire la suite

 

 

Israël a retiré toutes les nouvelles mesures de sécurité sur l’esplanade des Mosquées

 

Israël tente de calmer le jeu. Alors que la situation sur l’esplanade des Mosquées continue de se tendre, la police israélienne a annulé, dans la nuit de mercredi à jeudi 27 juillet, toutes les mesures de sécurité qu’elle avait prises récemment et qui étaient restées en vigueur sur ce lieu saint. Mardi déjà, le gouvernement israélien avait retiré les détecteurs de métaux controversés, qui avaient provoqué des violences meurtrières.

« La police est revenue aux mesures de sécurité en vigueur avant l’attaque terroriste sur l’esplanade des Mosquées, le 14 juillet », a précisé une porte-parole. En réaction, l’organisme chargé des biens musulmans à Jérusalem a annoncé, jeudi matin, que les Palestiniens retourneront prier dans la mosquée Al-Aqsa.

Le président de l’Autorité palestinienne, Mahmoud Abbas, a soutenu jeudi les appels des autorités musulmanes à retourner prier sur l’esplanade. Il a toutefois précisé qu’une décision n’avait pas encore été prise sur la reprise de la coordination sécuritaire entre l’Autorité palestinienne et Israël, dont il avait annoncé le gel la semaine dernière.

En savoir plus

 

Le PM Netanyahu dit vouloir expulser la chaîne Al-Jazeera d’Israël « parce qu’elle appelle à la violence »

 

Le Premier ministre israélien Netanyahu :

J’ai demandé aux forces de l’ordre de fermer le bureau de la chaîne Al Jazeera à Jérusalem « parce qu’elle appelle à la violence »

Source

 

 

 

La flotte US du Pacifique prête à réaliser une frappe nucléaire contre la Chine

 

Sur fond de tensions sino-américaines dans le Pacifique, un amiral US se dit prêt à effectuer une frappe nucléaire contre la Chine si le Président Donald Trump le lui ordonne.

Le commandant en chef de la flotte américaine du Pacifique, Scott Swift, s'est déclaré prêt jeudi à réaliser une frappe nucléaire contre la Chine si le Président Donald Trump le lui ordonne, relate Associated Press.

«La réponse est oui», a-t-il indiqué lors d'une conférence sur la sécurité en Australie, en répondant à la question d'un scientifique qui voulait savoir s'il effectuerait une frappe nucléaire contre la Chine sur l'ordre de Donald Trump.

Lire la suite

 

 

 

Conflit Djibouti-Érythrée: la Chine pourrait déployer ses troupes à la frontière

 

En phase avec son offensive diplomatique et économique, la Chine étend de plus en plus son rôle militaire dans le monde, notamment en Afrique et au Proche-Orient, et cela préoccupe évidemment les États-Unis, a constaté dans un entretien avec Sputnik l’analyste militaire russe Vladimir Evseïev.

En proposant sa médiation dans la résolution du contentieux frontalier entre Djibouti et l'Érythrée, notamment par le déploiement de ses troupes à la frontière entre ces deux pays, la Chine essaie de se positionner en acteur politique, capable de régler les conflits armés, a déclaré à Sputnik Vladimir Evseïev.

les pays du golfe Persique

«On ignore toutefois pour le moment si la Chine viendra à bout d'une telle mission demandant une grande expérience en la matière […], mais le fait même que le géant asiatique s'y déclare prêt témoigne de sa ferme volonté de s'affirmer en tant que centre de force politique», a relevé l'interlocuteur de l'agence.

Et d'ajouter que cela devait préoccuper beaucoup plus les États-Unis que la Russie.

«Par ailleurs, le Japon et la Corée du Sud s'en préoccupent déjà, Tokyo et Séoul n'étant pas certains que dans leur conflit avec la Chine, Washington se rangera explicitement de leur côté», a poursuivi M.Evseïev.

 

 

Migrants : Macron annonce la création de «hotspots» (centres d’examen) en Libye pour les demandeurs d’asile

 

« La France va créer dès cet été en Libye des hotspots », des centres d’examen pour les candidats à l’asile, a annoncé le président Emmanuel Macron aujourd’hui en marge d’une visite d’un centre d’hébergement de réfugiés à Orléans.

« L’idée est de créer en Libye des hotspots afin d’éviter aux gens de prendre des risques fous alors qu’ils ne sont pas tous éligibles à l’asile. Les gens, on va aller les chercher. Je compte le faire dès cet été », avec ou sans l’Europe, a-t-il ajouté.

Le Figaro

 

 

 

 

 

Sicile : « le gouvernement investit dans l’accueil de migrants et pas dans notre ville » déclare un maire italien

 

L’Italie et particulièrement la Sicile sont durement touchées par la crise migratoire. Le maire de la ville de Castell’Umberto qui s’était opposé à l’accueil de migrants dans un hôtel vacant, appuyé par nombre de ses administrés, s’est expliqué à RT.

Le maire de la petite ville de Castell’Umberto dans les montagnes des Nébrodes, au nord de la Sicile, s’est confié au journaliste de RT Ilya Petrenko. Vincenzo Lionetto Civa s’est expliqué sur sa colère et celle des habitants qui s’étaient opposés fermement à l’accueil d’une cinquantaine de migrants dans un hôtel vacant situé dans sa municipalité.

Le 14 juillet dernier, le préfet Francesca Nebrodi avait contacté le maire pour lui demander de loger une cinquantaine de migrants, récupérés en mer et débarqués en Sicile.

Selon l’élu municipal, Castell’Umberto fait déjà face à de «nombreux problèmes», dont le chômage, ou encore l’état des infrastructures et des soins médicaux. «C’est pourquoi les gens ici sont en colère, parce que le gouvernement décide d’investir dans l’accueil de migrants au lieu d’allouer plus d’argent à la ville», a-t-il expliqué. Or, plus d’une semaine après le début des manifestations contre l’installation des migrants qui ont attiré l’attention des médias, les migrants sont toujours dans l’hôtel.

Le 17 juillet, fort du soutien de 500 de ses administrés, (lesquels se sont organisés sur Facebook) l’édile avait entrepris de bloquer l’accès à l’hôtel avec des voitures, afin, notamment d’empêcher les électriciens d’y rétablir le courant. Il avait justifié ces actes par le fait que «la préfecture ne les avait pas prévenu que les migrants devaient arriver».

Les participants à cette manifestation contestaient le nombre d’arrivants, selon eux, trop importants pour la petite ville qui compte seulement 3 200 habitants. Ils exigeaient que le gouvernement suive son plan initial selon lequel les demandeurs d’asile devaient être répartis également à travers le pays, avec un ratio de 2,5 migrants pour 1 000 Italiens.

Source

Commenter cet article