Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
troisiemeguerremondiale.net

troisiemeguerremondiale.net

Affirmer que l'Islam est une religion de paix, c'est admettre que la charia et le djihad sont des préceptes humanistes. Ce blog a pour but de démontrer que nous nous dirigeons droits vers une guerre de religion

Publié le par 3guerremondiale
Publié dans : #Les infos les plus cruciales

____________________

Le 22 juin 2017

 

 

États-Unis : un policier poignardé dans un aéroport, un «acte de terrorisme» pour le FBI

 

VIDÉO - Un Canadien a poignardé mercredi un policier dans un petit aéroport du nord du pays en criant «Allahou Akbar».

Un Canadien a poignardé mercredi un policier dans le petit aéroport de Flint (Michigan) dans le nord des États-Unis en criant «Allahou Akbar». L'assaillant de Flint ne s'est pas publiquement revendiqué comme un «soldat du califat», mais «a fait référence aux tueries en Syrie, en Irak et en Afghanistan», a précisé la justice américaine dans un communiqué. Le suspect, Amor Ftouhi, est un Canadien de 49 ans habitant à Montréal, originaire de Tunisie.

L'homme s'est montré «coopératif» et a parlé aux enquêteurs de ses motivations après son interpellation, a expliqué le responsable local du FBI, David Gelios, lors d'une conférence de presse - assez pour que la police fédérale décide d'inculper le suspect et de qualifier l'enquête «en acte de terrorisme». Sans rentrer dans les détails, le policier a décrit un homme «qui a de la haine pour les États-Unis» et qui a été poussé «par une variété d'autres éléments qui l'ont en partie motivé pour venir à l'aéroport commettre (un acte) de violence» à 9h45, heure locale.

Amor Ftouhi est entré sur le territoire américain le 16 juin au poste frontière de Champlain au Québec, avant de se diriger vers Flint, ville située tout près du Lac Michigan et devenue récemment un symbole des injustices sociales en Amérique à cause du scandale de son eau contaminée.

L'homme est arrivé dans la journée à l'aéroport, où il a passé un certain temps à déambuler, passant du restaurant aux toilettes, avec deux sacs, selon la chronologie dévoilée par David Gelios. Il a alors «sorti un couteau» de son sac, «crié “Allahou Akbar”» («Dieu est le plus grand»), avant de «poignarder le lieutenant (Jeff) Neville dans la cou». Hospitalisé dans un état stable - le FBI indique qu'il devrait pouvoir retrouver pleinement possession de ses moyens -, «le lieutenant Neville n'a jamais cessé de se battre jusqu'à ce que je menotte» son agresseur, a expliqué Christopher Miller, le chef de la police de l'aéroport.

Lire la suite

 

Notes ; Un canadien qui s'appelle Amor Ftouhi !

 

 

 

 

Irak: les jihadistes ont fait exploser la mosquée al-Hadba

 

Les jihadistes du groupe Etat islamique (EI) ont fait exploser mercredi le minaret penché emblématique de la vieille ville de Mossoul et la mosquée adjacente où leur leader Abou Bakr al-Baghdadi s'était proclamé "calife" en 2014, a annoncé l'armée irakienne.

 

Daech fait exploser l'emblématique mosquée de Mossoul et accuse les Américains

 

Le groupe Etat islamique (EI) pratique la terre brûlée, jusqu'aux plus hauts symboles musulmans. Les djihadistes ont fait exploser mercredi le minaret penché emblématique de la vieille ville de Mossoul et la mosquée adjacente, où leur leader Abou Bakr al-Baghdadi s'était proclamé "calife" en 2014, a annoncé l'armée irakienne.

 

L'EI a rapidement réagi via son agence de propagande Amaq en accusant l'aviation américaine d'avoir détruit les deux monuments par un bombardement. Les États-Unis sont à la tête d'une coalition anti-EI qui appuie les forces irakiennes dans leur lutte contre le groupe ultraradical. 

"Nos forces étaient en train d'avancer (...) dans la vieille ville et lorsqu'elles sont arrivées à 50 mètres de la mosquée al-Nouri, Daech a commis un nouveau crime historique en faisant exploser la mosquée al-Nouri et al-Hadba", le minaret penché qui lui est adjacent, a déclaré dans un communiqué le général Abdulamir Yarallah, le commandant irakien responsable de l'offensive de Mossoul, en utilisant un acronyme en arabe de l'EI. 

lire la suite

 

 

Daech utilise pour la 10e fois des armes chimiques à Mossoul

 

Les soldats de l’armée irakienne, qui mènent une offensive contre Daech près de Mossoul, ont été victimes d’une attaque chimique au gaz moutarde, selon un représentant du service de sécurité irakien interrogé par Sputnik.

Les terroristes de Daech ont pour la dixième fois fait usage d'armes chimiques dans la ville irakienne de Mossoul, a appris Sputnik d'une source au sein du service de sécurité irakien.

«Un mortier des terroristes a tiré un obus contenant de l'ypérite pendant une attaque contre leurs derniers remparts. L'obus est tombé non loin des combattants d'une unité antiterroriste qui menaient une offensive. Les soldats souffrent de brûlures et sont pris de vomissements», a indiqué l'interlocuteur de Sputnik.

Lire la suite

 

 

Un autre avion syrien a manqué d'être abattu par la coalition

 

Un chasseur syrien Su-22 qui survolait la région de Tabqa a failli être pris pour cible par la coalition anti-Daech conduite par les États-Unis.

Un chasseur syrien Su-22 s'étant approché mardi des positions des Forces démocratiques syriennes (FDS) soutenues par les États-Unis, les militaires américains ont estimé qu'il pouvait viser une cible, annonce la chaîne télévisée CNN se référant à une source désireuse de garder l'anonymat.

Selon l'interlocuteur de la chaîne, l'incident s'est produit près de la ville de Tabqa, dans le nord de la Syrie. Un avion de la coalition conduite par les États-Unis a décollé et fait une manœuvre de mise en garde, après quoi le chasseur syrien a changé de trajectoire et quitté la région.

Source

 

 

 

Syrie. La France ne réclame plus la destitution de Bachar al-Assad

 

 

Après avoir fermement exigé le départ du président syrien Bachar al-Assad, la France, par la voix de son nouveau président, n’en fait plus une priorité. Pour Emmanuel Macron, les « lignes rouges » sont ailleurs.

Le départ du président syrien Bachar al-Assad n’est plus une priorité pour la France, dont l’objectif numéro un est de lutter contre les groupes terroristes en Syrie, affirme Emmanuel Macron dans un entretien publié jeudi dans huit journaux européens.

« Je n’ai pas énoncé que la destitution de Bachar était un préalable à tout. Car personne ne m’a présenté son successeur légitime ! » lance le président de la République, officialisant pour la première fois cette ligne sur la Syrie et reconnaissant un « aggiornamento ».

Emmanuel Macron : « Mes lignes sont claires »

Paris a longtemps été en première ligne pour exiger le départ d’Assad, et même si cette doctrine s’était infléchie après les attentats qui ont ensanglanté la France depuis 2015, la formule officielle était que le président syrien ne pouvait « représenter l’avenir » d’un pays ravagé par six ans d’un conflit au bilan terrifiant de plus de 320 000 morts et des millions de réfugiés.

« Sur ce sujet, ma conviction profonde est qu’il faut une feuille de route diplomatique et politique », déclare le président français, qui ne mentionne pas une seule fois l’ONU, dont une résolution adoptée en 2015 constituait jusqu’à présent la référence pour un règlement du conflit.

Sur la Syrie, « mes lignes sont claires », énonce Emmanuel Macron. « Un : la lutte absolue contre tous les groupes terroristes. Ce sont eux, nos ennemis. Nous avons besoin de la coopération de tous pour les éradiquer, en particulier de la Russie», déclare-t-il.

Intraitable sur « les armes chimiques et l’accès humanitaire »

Paris, qui il y a quelques mois encore accusait Moscou de complicité de « crimes de guerre » lors de la reprise d’Alep, a opéré un net rapprochement avec la Russie, alliée indéfectible du régime de Damas, basé sur la lutte contre le terrorisme.

Le président insiste ensuite sur la nécessaire stabilisation de la Syrie, « car je ne veux pas d’un État failli ». Il répète enfin ses « lignes rouges », énoncées lors de sa première rencontre avec le président russe Vladimir Poutine fin mai à Versailles : « les armes chimiques et l’accès humanitaire », sur lesquelles il affirme qu’il sera « intraitable ».

Mais s’il répète que la France procédera à des frappes en cas d’utilisation de l’arme chimique, il ne dit rien de la façon dont il entend faire respecter sa ligne rouge « humanitaire »Des centaines de milliers de civils sont pris en tenailles en Syrie par le régime, les groupes rebelles ou les jihadistes.

Source

 

 

Macron prévient que la France pourra frapper seule en Syrie

 

En cas d'utilisation avérée d'armes chimiques par le régime syrien, la France pourra procéder à des frappes pour détruire les stocks, assure le président français dans une interview accordée à plusieurs médias européens.

(..)

Si François Hollande envisageait des frappes syriennes contre le régime de Bachar al-Assad dans le cadre d'une coopération avec les Etats-Unis, là aussi, Emmanuel Macron se distingue. Le Président est clair: Oui, "s'il est avéré que des armes chimiques sont utilisées sur le terrain et que nous savons en retracer la provenance", la France pourra frapper seule "pour détruire les stocks d'armes chimiques identifiés".

"Quand vous fixez des lignes rouges, si vous ne savez pas les faire respecter, vous décidez d'être faible. Ce n'est pas mon choix", prévient-il. Emmanuel Macron revient sur le volte-face des Etats-Unis en 2013, lorsque Barack Obama avait finalement renoncé à frapper la Syrie, préférant jouer la carte de la diplomatie

 

Notes : Un bon point pour le rapprochement avec la Russie et Bachar el-Assad , et sur la Libye  mais une mauvaise idée de vouloir faire une attaque contre la Syrie, sans réalisé qu'une attaque chimique (surtout sur des civiles) ne servirai que les intérêts des rebelles et autre groupe  islamique, opposant de Bachar el-Assad

Encore une fois les seuls a y gagné se sont bien les opposant d'Assad  et ils n'attendent que çà

 

 

Macron: faire la guerre en Libye était une erreur

 

Le Président français Emmanuel Macron a qualifié d’erreur la participation de la France à l’intervention militaire en Libye en 2011. La France a été le premier pays à porter une frappe aérienne contre des objectifs militaires libyens, suivie le même jour par le Royaume-Uni et les États-Unis.

La participation des Forces armées françaises à l'opération militaire en Libye en 2011 a été une erreur et la France doit éviter ce scénario en Syrie, a déclaré mercredi le Président français Emmanuel Macron dans une interview accordée à huit médias européens (Le Figaro, Suddeutsche Zeitung, Le Soir, The Guardian, Corriere Della Serra, El País, Gazeta Wiborcza et Le Temps).

«Avec moi, ce sera la fin d'une forme de néo-conservatisme importée en France depuis dix ans. La démocratie ne se fait pas depuis l'extérieur à l'insu des peuples. La France n'a pas participé à la guerre en Irak et elle a eu raison. Et elle a eu tort de faire la guerre de cette manière en Libye. Quel fut le résultat de ces interventions? Des États faillis dans lesquels prospèrent les groupes terroristes. Je ne veux pas de cela en Syrie», a indiqué le Président Macron.

Lire la suite

 

 

 

 

Pyongyang prêt à un moratoire sur le nucléaire à une condition

 

Alors que Washington est extrêmement préoccupé par le programme nucléaire nord-coréen, Pyongyang juge possible une suspension de ses tests.

Corée du Nord
Selon l'ambassadeur nord-coréen en Inde Kye Chun Yong, son pays est prêt à décréter un moratoire sur les tests nucléaires et les tests de missiles si les États-Unis renoncent aux exercices militaires d'envergure.

 

«Nous pouvons envisager la suspension de nos essais nucléaires et de nos tests de missiles à certaines conditions. Si les États-Unis stoppent complètement leurs exercices militaires d'envergure, de façon temporaire ou permanente, alors nous, de notre côté, nous suspendrons [les tests, ndlr] temporairement… Nous pourrions tenir des négociations au sujet d'un moratoire sur les tests d'armes», a indiqué l'ambassadeur.

Source

 

 

Face à la «menace nord-coréenne», Tokyo s'entraîne à parer les attaques de missiles

 

Infos du 21.06.2017

Un exercice de déploiement de missiles sol-air Patriot s'est déroulé dans la capitale japonaise, visant à montrer au grand public la capacité de l'armée à parer les attaques de missiles nord-coréens.

Les militaires japonais ont mené un exercice impliquant deux batteries de missile sol-air Patriot PAC-3 et visant à parer une éventuelle attaque de missiles nord-coréens, annonce la chaîne télévisée NHK.

L'exercice s'est déroulé à Nerima, un quartier très dense de Tokyo, et dans la préfecture de Saitama, au nord de la capitale japonaise. Les militaires se sont entraînés à déployer rapidement les missiles Partiot, sans toutefois procéder à des tirs réels. L'exercice était ouvert au grand public.

Auparavant, le ministère japonais de la Défense a annoncé que le but de l'exercice était de calmer la population préoccupée par la montée en puissance de l'armée nord-coréenne.

Lire al suite

 

 

 

 

En bref - L'actualité de France

 

20/06: Calais: un chauffeur tué par un barrage installé par des clandestins (source)
20/06: (13) Yacine Ferrah, technicien sabote un avion militaire, coupe 180 fils (source)
19/06: (06) Oumar Diaby+6 hommes: une filière djihadiste très bien rodée (source)
19/06: Adam Lofti Djaziri, islamiste fiché S: Attentat sur les Champs-Elysées (source)
19/06: (47) Un agriculteur poignardé par un radicalisé au cri d’Allahu Akbar (source)

 

 

Youtube promeut une vidéo sur les réfugiés qui déchaîne les internautes

 

Engagé dans une campagne en faveur des réfugiés, Youtube et l'ONG International rescue comittee ont réalisé une vidéo pour améliorer leur image auprès du public. Devenue virale, elle fait l'objet de commentaires assassins des internautes.

Une vidéo Youtube, créée par l'International rescue comittee (IRC) – une ONG qui vient en aide aux réfugiés – en association avec la plateforme de partage est rapidement devenue virale, mais pas dans le sens souhaité.

Dans la séquence de deux minutes intitulée #MoreThanARefugee (Plus qu'un réfugié), des personnes confient à sept Youtubeur leurs histoires, leurs difficultés et leurs aspirations depuis qu'ils vivent dans leurs pays d'adoption.

En ligne depuis le 20 juin, la vidéo a déjà été vue plus de sept millions de fois, mais son ratio «j'aime/j'aime pas» est catastrophique : plus de 260 000 personnes ont exprimé leur désapprobation contre 100 000 enthousiastes seulement.

Et les commentaires sont particulièrement assassins. Les internautes reprochent notamment à Youtube de faire de l'idéologie. «Voilà l'objectif des mondialistes : manipuler les émotions pour détruire l'Europe», estime un utilisateur, parmi les commentaires les mieux notés. «Cette vidéo ne montre pas la réalité», juge encore l'un d'eux, alors qu'un autre estime qu'elle ne montre qu'«une facette de la réalité».

Le fil de discussion est en outre rempli de commentaires dénonçant la censure de Youtube, qui «efface au fur et à mesure les commentaires les plus populaires», en désaccord manifeste avec l'objet de la vidéo. «Vous pouvez supprimer les commentaires mais vous ne supprimerez jamais la vérité», prévient un internaute alors qu'un autre pense que tôt ou tard, la section qui leur est dévolue «sera supprimée».

Source

 

 

Allemagne : 36 perquisitions chez des personnes ayant publié des commentaires « haineux » sur internet

 

L’essentiel des procédures vise des incitations à la haine raciale publiées par des militants d’extrême droite.

La police allemande a procédé à une série de perquisitions coordonnées au domicile de 36 personnes ayant publié des commentaires haineux sur le Web, a annoncé la police fédérale ce 20 juin.

Dans la majorité des cas, les personnes visées sont soupçonnées d’appels à la haine et à la violence raciste et liées à l’extrême droite allemande. Deux militants d’extrême gauche sont aussi concernés, d’après la police fédérale, et une personne soupçonnée d’avoir harcelé des internautes en raison de leur orientation sexuelle. S’ils sont reconnus coupables, ils risquent jusqu’à cinq ans de prison.

« Le fait que de nombreux messages appelant à la haine continuent d’être publiés illustre la nécessité pour la police d’agir. Notre société ne doit pas tolérer un climat de peur, de menaces, d’incitations à la violence et d’autres choses punies par la loi, qu’elles se déroulent dans la rue ou sur Internet », a dit le directeur de la police fédérale, Holger Münch, cité dans un communiqué.

(…)

Le Monde

 

 

Le PM hongrois Viktor Orbán : « L’Europe centrale est unie contre l’immigration de masse »

 

Une alliance de pays d’Europe centrale dirigée par la Hongrie s’est engagée à travailler ensemble pour endiguer le flux de migrants en Europe lors d’une réunion à Prague.

Des délégations du groupe de la Coopération de défense de l’Europe centrale (CEDC) de l’Autriche, de la Croatie, de la Hongrie, de la Slovaquie, de la Slovénie et de la République tchèque sont, selon un rapport sur le site officiel du gouvernement hongrois, «unis contre la migration massive en masse».

Les ministres de la Défense au sommet ont convenu de « faciliter la mobilisation rapide et conjointe des capacités civiles, policières et militaires » pour la défense des frontières extérieures de l’Union européenne.

S’expliquant sur les raisons de la forte position anti-immigration de la Hongrie, le Premier ministre Viktor Orbán a déclaré: « Ce que nous voulons, c’est une Hongrie hongroise et une Europe européenne« .

Le leader de Fidesz a déclaré que son gouvernement « ne participera pas à des expériences visant à changer la Hongrie ou l’Europe, où les traditions culturelles européennes seraient balayées pour être remplacées par un mélange d’autres cultures, religions et visions du monde, permettant aux masses d’entrer sans contrôle » .

« Nous ne serons pas forcés d’accueillir des personnes dont nous ne connaissons pas les identités ou les intentions », a déclaré Orbán dans un discours.

 

 

Tariq Ramadan : « La mutilation génitale pour les femmes fait partie de notre tradition  »

 

Tariq Ramadan argumente que les oppositions à la mutilation génitale pour les femmes viennent de personnes en dehors de la communauté musulmane.

« Quiconque a étudié au moins 6 mois la tradition islamique sait que la mutilation génitale fait partie de notre tradition » déclare-t-il.

« Ma position en tant que chercheur musulman, ma position : il est faux de promouvoir cela parce que je pense que d’abord, ce n’est pas dans le Coran. (…) Cela dit, je ne peux pas nier le fait que certains érudits musulmans au plus haut niveau de leur position institutionnelle soutiennent le fait que cela est possible que vous pouvez aller jusqu’à l’excision ou la mutilation., nous avons cela dans notre tradition et cela fait partie de la discussion interne que nous devons avoir. Donc, c’est plaire aux gens qui attaquent l’islam que de dire : «Oh non, non , Non, ce n’est pas islamique. C’est illégal, ce n’est même pas fidèle à notre tradition ». Nous devons avoir une discussion interne … Donc, encore une fois, nous devons être sérieux. Personne ne peut dire que ça ne fait pas partie de notre tradition. C’est controversé, c’est discuté … vous devez prendre position, mais vous ne pouvez pas nier le fait que cela fait partie de notre tradition.  »

(…)

Islamist-watch

 

Commenter cet article