Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
troisiemeguerremondiale.net

troisiemeguerremondiale.net

Affirmer que l'Islam est une religion de paix, c'est admettre que la charia et le djihad sont des préceptes humanistes. Ce blog a pour but de démontrer que nous nous dirigeons droits vers une guerre de religion

Publié le par 3guerremondiale
Publié dans : #Les infos les plus cruciales

____________________

Le 10 juin 2017

 

 

Attaque devant Notre-Dame : l’assaillant présenté à un juge antiterroriste

(..)

François Molins est revenu sur le profil de Farid I., qui a « immédiatement reconnu les faits ». Un homme « professionnellement inséré et n’ayant jamais montré à ses proches des signes de radicalisation ».

Farid I. est né en Algérie en janvier 1977, et était inscrit depuis 2014 comme doctorant en sciences de l’information de l’université de Lorraine, à Metz. Son directeur de thèse décrit, selon François Molins, « quelqu’un d’ouvert, d’intelligent, travailleur, fervent défenseur de la démocratie occidentale ». Un frère et un cousin ont évoqué, relate le procureur, « un individu solitaire, discret, sérieux, calme, issu d’une famille kabyle peu pratiquante ».

L’examen de différents supports numériques a permis de constater la présence de « nombreux fichiers de propagande djihadiste » : des manuels d’action de l’organisation Etat islamique (EI), des images d’attentats, comme celui de Londres, des documents glorifiant les attentats de Paris et de Bruxelles, des photos de Mohamed Merah ou encore des images d’exactions commises en Syrie. « C’est imprégné de la propagande de l’EI que Farid I. a agi », souligne François Molins, en rappelant qu’une vidéo d’allégeance à l’EI a été retrouvée chez lui.

En savoir plus

 

 

 

Notre-Dame: l'assaillant présente un profil de "néophyte"

 

 

 

 

La Corée du Nord sur le point de tester un missile intercontinental

 

La Corée du Nord compte tester procha inement un missile balistique intercontinental, a annoncé aujourd’hui le journal officiel du Parti du travail de Corée Rodong sinmun.

Selon le Rodong Sinmun, la série de tests réussis d'armes stratégiques en Corée du Nord se poursuivra avec le lancement d'un missile balistique intercontinental.

« Le test d'un tel missile, qui ne manquera pas d'être réussi, démontrera l'échec de la politique hostile des États-Unis à l'égard de la république populaire », souligne le quotidien.

Le journal estime que Washington « n'osera pas déclencher une guerre contre un pays doté de l'arme nucléaire et de missiles balistiques intercontinentaux ».

Lire la suite

 

Notes :Si ce test réussi, c’est le contraire qui risque de se produire, car je pense que les USA se sentiront encore plus menacer par les Coréens, et les USA risqueraient de riposter avant que les Coréens du nord maitrise totalement les engins intercontinentaux

Je le redis pour les nouveaux lecteurs, si la guerre entre les USA et la Corée du Nord, démarre se moi si c-à-f  en juin , c'est en juillet que Kim Jong-Un utilisera l'arme nucléaire

Voir le quatrain C 10- Q 72.

 

 

 

Affrontements à Gaza : un Palestinien tué, plusieurs autres blessés

 

 

 

Un journal saoudien accuse le Hamas de "trahir" les Palestiniens de Gaza

 

La publication reproche au mouvement terroriste de "détenir en otage" la population gazaouie

Un journal saoudien a publié vendredi une critique aussi rare que virulente visant le mouvement terroriste Hamas, l'accusant de "trahir" les Palestiniens.

"Les actions du Hamas sont une double trahison sur le problème de la Palestine ; l'organisation a investi 120 millions de dollars au cours des trois dernières années dans la construction de tunnels", dénonce le journal Okaz, un des premiers médias du royaume saoudien et le deuxième quotidien en terme de diffusion.

La publication reproche au Hamas d'avoir utilisé les millions de dollars donnés par l'Arabie Saoudite et les Émirats arabes unis pour creuser des tunnels et "détenir en otage" les deux millions de Palestiniens qui vivent dans la bande de Gaza.

"Le Hamas aurait dû remédier rapidement à la catastrophe (humanitaire) en cours dans la bande de Gaza, au lieu de critiquer les déclarations du ministre saoudien des Affaires étrangères, Adel al-Jubeir", qui a récemment demandé au Qatar de rompre ses liens avec le Hamas et les Frères musulmans.

Selon le journal, le Hamas est une organisation terroriste dont les crimes sont plus graves que ceux de l'Etat islamique.

"L'État islamique tue rapidement, alors que le Hamas assassine lentement", a écrit l'auteur de l'article, un des plus acerbes jamais vus dans un pays arabe à l'égard du Hamas.

"Le Hamas utilise les millions de dollars des Saoudiens et des Émirats arabes unis pour soutenir le terrorisme orchestré par l'Iran", fustige encore l'article.

Le journal va même jusqu'à appeler à une "intervention arabe immédiate" afin d'empêcher l'exploitation des habitants de Gaza par le Hamas, et même de leur "sauver leur vie".

"Le Hamas utilise toute l'aide que les Palestiniens reçoivent pour soutenir leurs intérêts, creuser des tunnels sous les écoles, les maisons et les hôpitaux ; il constitue ainsi un danger pour la vie des civils palestiniens".

"Le Hamas utilise les Palestiniens à Gaza comme boucliers humains", martèle l'auteur de l'article dont la conclusion laisse toutefois dubitatif : "Le secret est mis à jour: le Hamas est un double agent de Doha et de Tel Aviv".

Source 

 

 

 

Trump hausse le ton à l’égard du Qatar, qu’il accuse de « financer le terrorisme à un très haut niveau »

 

Le président américain a ordonné à Doha d’arrêter de financer « immédiatement le terrorisme », l’appelant, « ainsi que d’autres pays dans la région, à faire plus et à le faire plus vite ».

Sur fond de crise diplomatique avec le Qatar, le président américain a ordonné au pays, vendredi 9 juin, d’arrêter de financer « immédiatement le terrorisme », l’appelant, « ainsi que d’autres pays dans la région, à faire plus et à le faire plus vite ».

« La nation du Qatar, malheureusement, a historiquement financé le terrorisme à un très haut niveau », a accusé Donald Trump lors d’une conférence de presse à la Maison Blanche.

Lire la suite et voir la vidéo

 

 

 

 

Erdogan autorise l'envoi de troupes turques au Qatar

 

En pleine crise des relations entre Doha et ses voisins, le Président turc a approuvé la loi autorisant l'envoi de militaires au Qatar.

Le Président turc Recep Tayyip Erdogan a signé la loi permettant le déploiement de troupes sur une base turque au Qatar, adoptée auparavant par le parlement, relatent les médias locaux.

Le document autorise Ankara à envoyer des troupes sur une base militaire installée à Doha dans le cadre d'un accord de défense signé entre les deux pays fin 2014. La décision intervient alors que l'Arabie saoudite, Bahreïn, les Émirats arabes unis, l'Égypte, le Yémen, la Mauritanie et les Maldives ont rompu leurs relations diplomatiques avec le Qatar, l'accusant de soutenir le terrorisme.

Lire la suite

 

 

 

«La guerre contre le Qatar, c'est la guerre contre la Turquie»

 

La crise diplomatique qui oppose le Qatar à ses voisins s'inscrit dans le cadre d'un vaste conflit d'intérêts dans la région, estime l'homme politique libanais Ili al Farzali contacté par Sputnik.

Pour l'ex-vice-Président du parlement libanais Ili al Farzali, la crise actuelle entourant le Qatar n'est qu'une partie de la guerre pour l'influence dans le monde arabe sunnite.

Militaires turcs
« Je crois que la guerre contre le Qatar est en même temps la guerre contre la Turquie dans le monde sunnite. Supposons que le Qatar est en réalité le premier sponsor du terrorisme et des Frères musulmans, qui est le parti sunnite le plus important dans le monde arabe. Si le Qatar cesse de le soutenir, cela porterait également un coup à la Turquie, dont l'influence dans le monde arabe augmentait jusqu'à présent », explique l'interlocuteur de l'agence.
 

Si le Qatar perd son influence dans la région, cela entraînera également le recul de la Turquie de ses positions au Proche-Orient, poursuit M. Farzali.

Source

 

 
 

Russie et USA auraient mené des négociations secrètes sur la Syrie

 

La Russie et les États-Unis ont eu au moins deux « rencontres secrètes » consacrées aux zones de désescalade en Syrie, affirme le Wall Street Journal se référant à des sources proches du dossier.

Selon le Wall Street Journal (WSJ), les pourparlers russo-américains sur la Syrie se sont déroulés en Jordanie avec la participation de responsables jordaniens. Une troisième rencontre devait avoir lieu à Amman la semaine dernière, mais les parties ne sont pas parvenues à s'entendre sur la date.

Les sources du média affirment que la montée de tensions entre Washington et Damas menace la poursuite des contacts.

Selon les mêmes sources, Washington espère pouvoir trouver un moyen de coopérer avec Moscou et de venir à bout du groupe terroriste Daech. Si les zones de désescalade prouvent leur efficacité, Washington et Moscou pourraient en mettre en place sur d'autres territoires. 

Lire la suite

 

 

 

Les USA et la coalition antiterroriste s’arrangent avec Daech au lieu de le combattre

 

La coalition antiterroriste dirigée par les États-Unis, qui comprend les milices kurdes, laisse passer les terroristes de Daech qui quittent la région de Raqqa au lieu de les éliminer, a déclaré ce vendredi le commandant des troupes russes en Syrie, le général de corps d’armée Sergueï Sourovikine.

Le général de corps d'armée Sergueï Sourovikine a fortement critiqué les actions de la coalition antiterroriste en Syrie dirigée par les États-Unis.

« Au lieu d'éliminer les terroristes, responsables de la mort de centaines et de milliers de civils syriens, la coalition [internationale antiterroriste, ndlr] dirigée par les États-Unis, avec les Forces démocratiques syriennes, trouvent un terrain d'entente avec les chefs de Daech qui rendent sans combattre les locaux qu'ils occupaient pour aller dans les provinces où opèrent des troupes gouvernementales syriennes », a-t-il déclaré

Lire la suite

 

Lire aussi : Les actions de la coalition dirigée par les USA empêchent de mettre fin à Daech

 

 

 

 

Ce parti islamiste turc qui se présente aux législatives… en France

 

Le parti Égalité et Justice présente 68 candidats aux élections législatives. Enquête sur un parti communautariste et conservateur très proche de la Turquie.

Le parti Égalité et Justice (PEJ) présente 68 candidats « issus de la diversité », officiellement pour redonner la parole à des « citoyens rejetés, oubliés, délaissés par les partis politiques ordinaires ». Hélas, les faits suffisent ici à contredire les intentions. Le PEJ est en réalité un parti communautariste qui promeut des candidats d’origine turque proches de l’AKP et farouches défenseurs du président turc islamo-conservateur Erdogan. Objectif : capter les voix des musulmans et renforcer le soft power de la Turquie en France et en Europe.

(…) Le Point

 

 

 

La mer de Chine méridionale, nouvelle pomme de discorde ente Pékin et Washington

 

La mer de Chine méridionale est en train de devenir un nouveau foyer de tension dans les relations entre les États-Unis et la Chine.

 
La mer de Chine méridionale

La situation est devenue si tendue que les experts évoquent sérieusement le risque d'incidents militaires en mer. Même s'il est peu probable que les événements dégénèrent jusqu'à un véritable conflit armé, la critique américaine de l'expansion chinoise en mer de Chine méridionale, dont Pékin considère la majeure partie comme son territoire, ne fera que croître. Cette semaine plusieurs responsables américains ont durement critiqué la construction d'îles artificielles chinoises dans la région de l'archipel des Spratleys; et leur militarisation. Dans cette lutte pour les îles, Washington fait participer des adversaires de longue date de Pékin, y compris Tokyo. Selon le quotidien Izvestia.

Le premier signal inquiétant a retenti pour Pékin fin mai quand Washington, pour la première fois depuis l'arrivée au pouvoir de Donald Trump, a envoyé un navire de guerre vers le récif Mischief des îles Spratleys. Ce dernier s'est approché à moins de 12 milles marins du récif, après quoi les représentants américains ont accusé Pékin d'agissements illégaux en mer de Chine méridionale, revendiquée en partie par le Vietnam, Brunei, la Malaisie, les Philippines et Taïwan.

Lire la suite

 

 

 

 

Toulouse (31) : un fiché S interpellé par le RAID

 

Les policiers du Raid sont intervenus, en fin de matinée, dans le quartier Bagatelle, à Toulouse, pour interpeller un homme qui n’aurait pas respecté son contrôle judiciaire.

Ce déploiement policier n’est pas passé inaperçu hier matin au cœur de cette cité populaire placée en zone de sécurité prioritaire (ZSP).

Ce Toulousain, «fiché S» pour ses présumés liens avec l’islam radical, aurait omis de présenter un certificat de domicile dans un délai qui lui avait été donné par les autorités. Selon nos informations, il aurait par ailleurs coupé court à une conversation téléphonique ce qui a mis en alerte les services de surveillance et du renseignement. Un comportement qui a tout de suite fait réagir les forces d’intervention qui ont convergé en nombre vers le quartier de Bagatelle où cet homme se trouvait. Tout est finalement rentré dans l’ordre.

(…)

La Dépêche

 

 

Avignon (84) : Abdelkarim écope de 30 mois de prison pour avoir tabassé un gendarme

 

Le tribunal correctionnel d’Avignon a condamné à deux ans et demi de prison ferme Abdelkarim Bounoua, hier, pour avoir frappé un gendarme avec un poing américain.

Les faits s’étaient déroulés le 11 mai dernier, sur le parking du centre commercial Cap-Sud. Les gendarmes étaient en opération, pour coincer un revendeur de vélo volé.

Abdelkarim, 24 ans, accompagnait ce vendeur de vélo. Parce que son comportement semblait louche, l’un des militaires avait tenté de l’interpeller.

« L’interpellation se fait initialement en douceur, a raconté le gendarme. Mais c’est quand il se rend compte que je suis seul qu’il a un regard satisfait. Il me gaze avec une bombe lacrymo. Là, il pourrait fuir, mais il me frappe. […] On est comme sur un ring, en fait. Il m’a touché quatre fois, au nez, à la joue, à l’oreille et au crâne. »

Un « déferlement de violence » selon le parquet, qui laissera le gendarme sérieusement amoché, avant que ses collègues ne maîtrisent le frappeur. (…)

Le Dauphiné

 

 

 

Douai (59) :deux agresseurs s’en prennent à un militaire, il est sérieusement blessé

 

Violence. Dans la nuit de dimanche à lundi, un militaire a été pris à partie par deux malfaiteurs qui ont causé de sérieuses blessures au soldat. Ils ont été identifiés et mis en examen.

Dans la nuit de dimanche à lundi, une violence bagarre a éclaté dans la ville de Douai, entre un militaire de 27 ans affecté au 41e régiment de transmissions de la ville et deux hommes. Le problème entre les deux parties serait une demande de cigarette, qui aurait été refusée (l’enquête devra trouver dans quel sens, et si c’est la seule raison), rapporte La Voix du Nord.

A l’angle de la rue de Lens et du boulevard de la République, une soirée se déroulait au bar La Miroiterie où se sont rencontrés les deux suspects et le militaire. Rapidement en conflit, c’est avec un tesson de bouteille de verre que les agresseurs ont frappé le représentant de l’ordre. Victime de multiples blessures aux membres supérieurs et un enfoncement de la boîte crânienne, le militaire a été hospitalisé à Dechy avant d’être transférée dans la journée au CHR de Lille.

Valeurs

 

 

Vers un état d’urgence permanent en France ?

 

Pour sortir le pays de l’état d’urgence, le gouvernement français semble sur le point de l’inscrire dans le droit commun. Et les indiscrétions sur le projet de loi antiterroriste du quinquennat Macron suscitent une vive inquiétude à gauche et parmi les magistrats et défenseurs des libertés publiques.

 

Oradour-sur-Glane (87) : selon E. Macron « Le monde était dangereux en 1944. Il l’est encore aujourd’hui »

 

Le président de la République est arrivé ce samedi matin à Oradour-sur-Glane pour présider les cérémonies du 73e anniversaire du massacre de 642 villageois, le 10 juin 1944, par la division SS Das Reich qui rejoignait le front de Normandie dans une marche sanglante.

« Le monde est instable et dangereux. Il l’était en 1944 et il l’est encore aujourd’hui. La barbarie, dès qu’elle le peut, se reforme et son visage ne change pas« , a affirmé Emmanuel Macron lors de son hommage.

 

Attentat de Londres : les terroristes islamistes voulaient écraser la foule avec un camion de 7,5 tonnes

 

La police britannique a révélé que les auteurs de l’attentat de Londres, samedi 3 juin 2017, avaient échoué à louer sur Internet un camion de 7,5 tonnes pour perpétrer leurs attaques sur le London Bridge, selon le même mode opératoire qu‘à Nice, le 14 juillet 2016 (86 morts).

Ils avaient été contraints de se rabattre sur une camionnette, faute de parvenir à régler la commande… Si l’opération avait réussi, le bilan – huit morts et 48 blessés – aurait sans doute été encore plus dramatique. Trois Français, deux Australiens, un Canadien, un Espagnol et un Britannique ont été tués, écrasés par la camionnette ou tués à l’arme blanche dans les minutes qui ont suivi.

Les enquêteurs poursuivent leur travail de fourmi. “Nous pensons que leur repaire se trouvait dans un appartement de l’est de Londres, a précisé le chef du contre-terrorisme dans la capitale britannique, Dean Haydon. Nous y avons trouvé des éléments liés à cette attaque.

Nous cherchons en particulier à savoir s’il y a un cerveau de cette opération et si des complices ont aidé les trois assaillants.” Les policiers s’interrogent aussi sur l’origine de couteaux en céramique utilisés par les agresseurs. Des objets de trente cm de long dont la provenance est, à ce jour, mystérieuse.

Euronews

 

 

Londres : un gang de 20 jeunes agressent à la machette un jeune homme à Russell Square

 

Les policiers ont été alerté ce soir à Londres d’une attaque, au milieu des craintes d’un nouvel attentat terroriste dans la capitale anglaise.

Un gang de 20 jeunes sur des scooters auraient poignardé un homme avec une machette à Russell Square juste avant 20 heures ce soir.

 

 

Cinq voitures de police, une ambulance et un hélicoptère paramédical sont arrivés sur la scène de l’agression avant que la police ne confirme que l’incident n’était pas considéré comme un « acte terroriste ».

Les agents de police ont réussi à attraper un suspect tandis que la jeune victimes était conduit par le personnel paramédical à l’hôpital.

DailyMail

 

 

 

 

Commenter cet article