Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
troisiemeguerremondiale.net

troisiemeguerremondiale.net

Affirmer que l'Islam est une religion de paix, c'est admettre que la charia et le djihad sont des préceptes humanistes. Ce blog a pour but de démontrer que nous nous dirigeons droits vers une guerre de religion

Publié le par 3guerremondiale
Publié dans : #Les infos les plus cruciales

____________________

Le 26 mai 2017

 

 

Un bus avec des chrétiens attaqué en Égypte, au moins 26 morts

 

Un groupe de coptes a été la cible d'une attaque vendredi en Égypte et au moins 26 d'entre eux ont été tués et 25 blessés, selon le porte-parole du ministère de la Santé, Khaled Megahed.

L'attaque, commise par des personnes qui n'ont pas été identifiées, s'est produite dans la province rurale de Minya, à cinq heures du Caire. Les assaillants seraient toujours en vie et n'auraient pas été arrêtés, selon une source sécuritaire. Le gouverneur de la province a annoncé qu'il allait se rendre sur place et a indiqué que la police avait mis en place des points de contrôle sur la route où l'attaque a eu lieu.

Infographie sur l'attaque en Egypte

Des hommes armés ont attaqué un bus transportant des chrétiens coptes dans la province d'Al-Minya, dans le sud de l'Égypte. On fait état d’au moins 26 morts et de 25 blessés, selon le ministère égyptien de la Santé cité par des médias locaux.

L’incident a eu lieu non loin de l’église de Saint-Samuel.

Des combattants dans deux voitures ont ouvert le feu sur le bus qui transportait des chrétiens se dirigeant vers une église située à Beni Suef, ville à plus de 100 km au sud du Caire, d'après des médias égyptiens.

Lire la suite

 

Notes ; entre 24 et 26 morts selon les source

 

 

 

 

Philippine/Mindanao : 9 chrétiens tués par les islamistes, 14 autres otages à Marawi

 

L’affaire qui se déroule à Marawi est jugée suffisamment grave par la große presse pour qu’elle en traite en y consacrant des sujets. J’ai signalé ici le 24 mai, l’incendie de la cathédrale de Marawi et la prise en otages de catholiques. Depuis, la situation s’aggrave.

Selon World Watch Monitor d’hier, reprenant une information du site philippin GMA News Online du 24 mai, neuf chrétiens ont été abattus par les islamistes dès le 23 mai. Ces chrétiens se trouvaient dans un camion et tentaient de fuir Marawi. Le camion a été bloqué à un poste de contrôle tenu par les islamistes qui ont fait descendre les occupants, leur ont lié les mains et les ont abattus sans autre forme de procès.

Les moyens d’information locaux ont confirmé la prise en otages du prêtre catholique Teresito Suganob, vicaire général de la prélature territoriale de Marawi, et de 13 autres catholiques. Les islamistes menacent de les tuer si les troupes gouvernementales ne se retirent pas de Marawi.

Selon le gouverneur local, ces islamistes appartiennent à trois groupes différents : Maute, Abu Sayyaf et Bangsamoro Islamic Freedom Fighters. Les deux premiers auraient fait allégeance à l’État Islamique.

Lire ka suite et voir la vidéo

 

 

Un responsable d’AQMI condamne la visite du président français Macron au Mali et exhorte les « lions de l’islam cachés » à tuer des ressortissants français

Dans le 50ème numéro d’Al-Masra, hebdomadaire pro-Al-Qaïda basé au Yémen diffusé le 24 mai 2017, figure un article d’Abi Abd Al-Ilah Ahmed, responsable religieux d’Al-Qaïda au Maghreb islamique (AQMI), qui condamne le président français Emmanuel Macron pour sa visite des troupes françaises stationnées à Gao, au Mali, et appelle les « lions et soldats cachés de l’islam » à mener des attentats en France et à viser les citoyens français.

Dans l’article, mis en ligne sur le compte officiel Telegram d’Al-Masra, l’auteur avance que l’atterrissage de Macron sur la base militaire française de Gao, plutôt que dans la capitale du Mali, Bamako, s’inscrit en faux contre les « traditions diplomatiques » et reflète « la vision des adorateurs de la croix ». Ahmed critique le discours de Macron, « hérité du dictionnaire du colonialisme ».

Après avoir qualifié la situation des soldats français au Mali de « peu enviable » en raison des attaques constantes des « lions de l’islam », l’auteur s’interroge : « Le peuple de France va-t-il se réveiller un jour et comprendre ce que ses politiciens corrompus font en son nom dans ce pays éloigné ? Les Français se demanderont-ils pourquoi leur pays est la cible principale des opérations djihadistes ? »

Lire la suite

 

 

Kenya : 14 policiers tués dans des attentats islamistes

 

Cinq policiers kényans ont été tués jeudi quand leur véhicule a heurté un engin explosif dans l’est du Kenya, le troisième attentat en deux jours revendiqué par les islamistes somaliens shebab dans cette région volatile, frontalière de la Somalie.

Mercredi, neuf policiers avaient été tués dans des circonstances similaires dans deux incidents distincts, dans les comtés de Garissa (4 morts) et Mandera (5 morts), après quoi les autorités kényanes avaient lancé une opération contre les shebab, affiliés à Al-Qaïda, dans l’est du pays. […]

Comme les deux attaques de mercredi, celle de jeudi a été revendiquée par les shebab, coutumiers de ce genre d’attentat, mais pas à cette fréquence dans l’est du Kenya, a rapporté le SITE Intelligence Group, spécialisé dans la surveillance des sites internet islamistes. […]

Le Figaro

 

 

 

Maroc : un ministre traite les Marocains chrétiens et chiites de «virus qui menacent la nation»

 

Le ministre marocain des Habous et des Affaires islamiques, Ahmed Toufiq, a déclaré que les Marocains ayant embrassé la foi chrétienne ou les chiites sont des « virus qui menacent la nation » lors d’une audition parlementaire tenue hier, a rapporté l’agence EFE citant des dires relayés par le quotidien Akhbar al Youm.

Toufiq réagissait ainsi à un comité parlementaire à la Chambre des conseillers répondant aux questions posées sur «le danger de la propagation du chiisme et prosélytisme chrétien». Le ministre a dit que l’Etat «sait tout» des citoyens qui professent le christianisme ou le chiisme, « leur nombre, où ils se trouvent et ce qu’ils font», faisant globalement référence aux chiites, aux salafistes ou aux chrétiens marocains Toufiq réagissait ainsi à un comité parlementaire à la Chambre des conseillers répondant aux questions posées sur «le danger de la propagation du chiisme et prosélytisme chrétien».

«La priorité pour moi est d’immuniser le grand corps (de la nation), mais cela ne veut pas dire qu’il est exempt de la maladie. Les virus, lorsqu’ils entrent en collision avec un corps fort sain, ce n’est pas comme s’ils percutaient des corps vulnérables et malades», a-t-il ajouté.

ledesk.ma

 

 

 

La PM polonaise : « Où vas-tu Europe ? Relève-toi ! Sinon tu pleureras tous les jours tes enfants »

 

La Première ministre conservatrice polonaise Beata Szydlo a déclaré mercredi, deux jours après l’attentat de Manchester, que la Pologne ne céderait en aucun cas à « la folie des élites bruxelloises » qui veulent lui imposer l’obligation d’accueillir des migrants.

« La Pologne ne cédera pas à aucun chantage de la part de l’Union Européenne. Nous n’allons pas participer à la folie des élites bruxelloises », a déclaré Mme Szydlo lors d’un débat à la Diète.

« Moi, j’ai le courage de demander aux élites politiques: où allez vous? Où vas-tu Europe! Relève toi de tes genoux. Sort de ta léthargie! Sinon tu pleureras tous les jours tes enfants », a-t-elle lancé.

Deux citoyens polonais figurent parmi les 22 morts de l’attentat de Manchester. Selon les médias polonais, il s’agit d’un couple, Angelika et Marcin Klis.

« Des gens innocents meurent des mains des terroristes intransigeants. Leur mort est une leçon », a écrit Mme Szydlo sur son compte Twitter après l’annonce de ces morts.

Elle a accusé l’opposition libérale de nuire à la Pologne en soutenant la politique migratoire de l’UE et même d’aller « main dans la main avec ceux qui pointent cette arme contre l’Europe, contre nous tous! »

Le Parisien

 

 

 

Analyse géopolitique: une attaque des USA contre la Corée du Nord est inévitable

 

Les États-Unis envisagent d’attaquer la Corée du Nord, selon l'expert américain en géopolitique George Friedman, en se préparant pour une guerre pénible et difficile avec des conséquences potentiellement catastrophiques.

Corée du Nord

Malgré qu'il soit peu probable que les États-Unis prennent des mesures avant que le Président Donald Trump ne retourne dans son pays ce week-end, les actions de la Corée du Nord semblent n'avoir « offert aux États-Unis aucune alternative », informe Business Insider, citant la déclaration de George Friedman, fondateur de Stratfor et de Geopolitical Futures, à la Conférence sur l'investissement stratégique 2017, à Orlando.

Selon M. Friedman qui reprenait à son compte une analyse de Geopolitical Futures, il y a un ensemble de facteurs qui prouvent que la confrontation entre les deux pays ne cesse de croître à un point où la guerre est inévitable.

Ainsi, le fondateur de Stratfor a expliqué que le 20 mai, les porte-avions américains Carl Vinson et Ronald Reagan étaient tous les deux à portée de tir de la Corée du Nord.

En outre, il a fait savoir que plus de 100 avions F-16 effectuaient quotidiennement des exercices dans la région, une tactique qui a précédé le début de l'opération américaine Tempête du désert contre l'Irak, en 1991.

Lire la suite

 

Lire aussi :  Trump promet de résoudre le «gros problème» que représente la Corée du Nord

 

 

35 civils tués dans les frappes de la coalition US dans l'est de la Syrie

 

Au moins 35 civils ont trouvé la mort dans les frappes aériennes conduites par la coalition antiterroriste contre la ville d'Al Mayadine dans l'est de la Syrie, a annoncé l'agence gouvernementale SANA.

Les raids ont également fait "des dizaines de blessés", affirme l'agence. Selon ses sources, les raids de la coalition ont pris pour cible le marché de la ville et un bâtiment de quatre étages, qui a été totalement détruit dans les frappes.

Un porte-parole de la coalition a déclaré que celle-ci avait effectué des bombardements jeudi et vendredi dans la zone d'Al Mayadine et que leurs résultats étaient en cours d'évaluation.

a suivre

 

 

 

Plus de 100 civils tués à Mossoul dans un bombardement US en mars

 

Au moins 105 civils ont trouvé la mort dans un bombardement américain d'un immeuble d'habitation à Mossoul le 17 mars dernier, a annoncé le Pentagone.

Selon une enquête menée par le département US de la Défense, la frappe a fait exploser les engins plantés à l'intérieur de l'immeuble par les djihadistes de Daech, ce qui a entraîné l'effondrement du bâtiment.

Au total, 101 civils se trouvaient dans l'immeuble et quatre autres à sa proximité, a fait savoir le chef de l'équipe des enquêteurs, le général de brigade Matthew Isler. Dans le même temps, 36 civils sont toujours portés disparus suite au bombardement.

La frappe a été réalisée à la demande des autorités irakiennes lorsque deux snipers de Daech avaient ouvert le feu sur les forces de sécurité, constate le rapport du Pentagone. Ni la coalition, ni les forces irakiennes n'étaient au courant que des civils ou des explosifs se trouvaient dans le bâtiment en question.

Lire la suite

 

 

L’enquête du FBI sur de possibles collusions avec la Russie s’étend au gendre de Donald Trump
 

Jared Kushner et son épouse, Ivanka, ont quitté jeudi 25 mai le cortège présidentiel pour la dernière étape du voyage au Moyen-Orient et en Europe de Donald Trump, le sommet du G7 en Sicile. Au même moment, le nom du gendre du président faisait la « une » de la presse américaine. M. Kushner, ou plutôt les contacts qu’il a pu entretenir avec des responsables russes avant et après l’arrivée de son beau-père à la Maison Blanche, le 20 janvier, intéresseraient la police fédérale (FBI), selon le Washington Post et la chaîne NBC.

Le FBI enquête sur de possibles collusions entre des membres de l’équipe de campagne de M. Trump et les responsables des piratages informatiques visant le camp démocrate pendant la présidentielle, que le renseignement américain a attribués à la Russie. Cette investigation a été confiée le 17 mai à un procureur spécial, l’ancien directeur du FBI Robert Mueller, compte tenu des tensions qu’elle a suscitées, notamment celles créées par le limogeage brutal du patron du FBI, James Comey.

Lire la suite

 

 

Attentats : le discours apaisant sur l’islam « favorise un processus d’accommodement et d’encouragement »

 

Le discours post-attentat est désormais tellement bien rodé qu’un ordinateur pourrait écrire les articles à la place des journalistes. Seuls les noms et les dates sont à changer. Analyse de Vincent Tournier, maître de conférence de science politique à l’Institut d’études politiques de Grenoble.

En partant du principe que l’islam ne pose aucun problème, voire que les musulmans sont eux-mêmes aux premières loges des victimes du terrorisme, une réponse coule de source : il faut faciliter son développement. C’est tout le paradoxe de notre temps : loin d’avoir provoqué un rejet de l’islam, le terrorisme favorise un processus d’accommodement et d’encouragement.

Si l’islam devient un jour majoritaire, la société française sera-t-elle toujours la même ou sera-t-elle radicalement transformée ? Une société dans laquelle la majorité des femmes est voilée offre-t-elle les mêmes conditions de vie et de tolérance mutuelle qu’une société où la majorité des femmes n’est pas voilée ?

Le récit se répète comme une ritournelle : l’islam n’y est pour rien, les terroristes sont une poignée de fous radicalisés sans lien avec l’islam ; ils lui font même un tort considérable ; d’ailleurs, les musulmans figurent aussi parmi les victimes, même si ce ne sont jamais les lieux ou les symboles musulmans qui sont visés. Et face à ces actes odieux, il faut certes prendre des mesures sécuritaires, y compris en détruisant les bases des terroristes à l’étranger, mais la meilleure réponse est surtout de ne rien changer, de continuer à vivre comme avant, de préserver nos valeurs et nos libertés, et surtout de rester unis en s’aimant les uns les autres car les pays européens n’ont pas d’ennemis.

Ce discours apaisant, centré sur la lutte contre le terrorisme, peut évidemment se justifier par la volonté d’éviter les violences intercommunautaires. Cette crainte a pu sembler d’autant plus sérieuse que, d’après Gilles Kepel, les violences interreligieuses sont justement supposées faire partie du plan des théoriciens de l’Etat islamique.

Toutefois, cette grille de lecture est-elle la bonne ? Pire : ne conduit-elle pas à faire fausse route ? Le scénario noir des affrontements communautaires ne s’est pas réalisé. La répétition la régularité des attaques sanglantes permettent maintenant d’avoir un peu de recul. La démonstration a été faite : dans aucun pays, les Européens ne sont descendus dans la rue pour s’en prendre aux musulmans. C’est même tout le contraire. […] Critiquer l’islam devient un sport de combat. A-t-on encore le droit de dire que l’on n’aime pas l’islam ? Ne pas être en admiration suffit à rendre suspect. Et ne parlons pas de la dénonciation de l’obscurantisme religieux, qui n’est manifestement plus d’actualité au pays de Descartes et de Voltaire. […]

. . .

atlantico

Commenter cet article