Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
troisiemeguerremondiale.net

troisiemeguerremondiale.net

Affirmer que l'Islam est une religion de paix, c'est admettre que la charia et le djihad sont des préceptes humanistes. Ce blog a pour but de démontrer que nous nous dirigeons droits vers une guerre de religion

Publié le par 3guerremondiale
Publié dans : #Les infos les plus cruciales

_________________

Le 8 avril 2017

 

 

Le suspect de l'attaque à Stockholm est un Ouzbek connu des services de sécurité, confirme la police

 

Il s'agit d'un homme de nationalité ouzbek, âgé de 39 ans, qui travaillait en Suède depuis un certain temps. Il a été décrit comme un «personnage marginal», dont le nom était connu des services de sécurité, sans pour autant que cet individu ait été l'objet d'une enquête récente.

Source

 

Attentat à Stockholm. Le chauffeur du camion serait l'homme arrêté vendredi

 

Après l’attentat au camion bélier, vendredi à Stockholm, un homme, interpellé vendredi soir à Märsta, une petite ville du nord de l’agglomération stockholmoise, a été placé en garde à vue samedi. Il pourrait être le chauffeur du camion a indiqué la police suédoise. Un autre homme a également été interpellé vendredi dans la soirée. La télévision publique suédoise rapporte que des explosifs ont été retrouvés dans le camion

  • Le camion a été enlevé au cours de la nuit.

Au lendemain de l’attentat meurtrier au camion bélier, qui a fait 4 morts et 15 blessés dans la capitale suédoise, la police ne laisse filtrer qu’un minimum d’informations. Mais l’enquête avance. Le parquet a annoncé tôt samedi qu’un homme avait été placé en garde à vue samedi à Stockholm, avant que la police précise qu'il serait le conducteur du camion. 

« Nous pensons que l'homme qui a été placé en garde à vue est l'auteur » de l'attentat, a déclaré Lars Byström, porte parole des forces de police. « Pour autant, il peut y avoir d'autres personnes qui se sont associées à lui, mais nous n'en savons rien à l'heure actuelle », a-t-il poursuivi.

Cet homme est celui interpellé vendredi soir à Märsta, une petite ville du nord de l’agglomération stockholmoise. Ce serait un Ouzbek de 39 ans, sympathisant de l’organisation État islamique, selon le quotidien AftonbladetIl est soupçonné « d’homicides à caractère terroriste », a précisé la porte-parole du parquet, Karin Rosander.

Troisième attentat en quinze jours en Europe...

Lire la suite

 

 

 

Syrie : les États-Unis prêts à frapper de nouveau, "si nécessaire"

 

Après le bombardement inattendu de jeudi, l'administration Trump s'est dite prête vendredi à "en faire plus", devant le Conseil de sécurité de l'ONU.

Les États-Unis ont averti vendredi qu'ils étaient prêts à lancer de nouvelles frappes contre le régime syrien et à mettre en place de nouvelles sanctions économiques, au lendemain du bombardement d'une base de l'armée syrienne. « Nous sommes prêts à en faire plus, mais nous espérons que cela ne sera pas nécessaire », a prévenu l'ambassadrice américaine aux Nations unies, Nikki Haley, devant le Conseil de sécurité. La diplomate s'exprimait lors d'une réunion d'urgence du Conseil consacrée à la première action militaire de Washington contre le régime de Bachar el-Assad en six ans de guerre.

(..)

La salve de missiles de croisière américains a provoqué la colère de la Russie, alliée indéfectible de Bachar el-Assad, avec l'Iran. « Les États-Unis ont attaqué le territoire souverain de la Syrie. Nous qualifions cette attaque de violation flagrante de la loi internationale et d'acte d'agression », a déclaré le représentant de Moscou à l'ONU, Vladimir Safronkov, lors de cette réunion. La réaction russe « est très décevante », a regretté le secrétaire d'État américain Rex Tillerson. Mais, malgré l'ire de la Russie, sa visite à Moscou la semaine prochaine n'a pas été annulée pour le moment. Selon une source militaire syrienne, l'armée de Bachar el-Assad avait eu vent de l'action américaine et avait « pris des précautions ». La Russie a aussi souligné que la frappe n'avait guère été efficace, moins de la moitié seulement des missiles ayant explosé sur la base visée, selon elle. L'Observatoire syrien des droits de l'homme (OSDH) a semblé accréditer cette thèse et a noté que deux avions de chasse syriens avaient même pu redécoller de la base dès vendredi pour mener de nouvelles frappes, près de Palmyre.

« Des sanctions supplémentaires »

Face à ces critiques sur l'inefficacité de ce bombardement, Rex Tillerson a précisé que les Américains avaient délibérément épargné la piste de décollage elle-même, sans expliquer pourquoi...

Lire la suite

 

Lire aussi ;  Erdogan juge les frappes américaines «insuffisantes» et attend d'autres mesures

 

Notes : On peut être assuré à 100% que les rebelles vont récidiver leur attaque chimique, enfin d'inciter de nouveau les USA à lancer d'autres représailles contre leur ennemie jurée Bachar El Assad . Et dans un tel esprit la prochaine guerre mondiale arrivera très vite

Avril est un moi plus risqué qu'un autre

 

 

 

 

Syrie: pourquoi la Russie n'a pas riposté aux frappes américaines

 

L'utilisation de systèmes antiaériens russes par l'armée syrienne en réponse à la frappe américaine aurait pu provoquer un conflit nucléaire, qu'on n'a réussi à éviter que grâce au sang-froid du commandant en chef russe, estime Sergueï Soudakov, membre de l'Académie des sciences militaires de Russie.

Qui plus est, les systèmes antiaériens russes sont contrôlés uniquement par la Russie et assurent la défense de ses propres sites militaires, souligne l'expert militaire Vladislav Chouryguine.

(..) "La Syrie est de temps en temps bombardée par Israël et la Turquie, mais nous ne faisons que défendre notre aérodrome et nos sites. A mon avis, il s'agit d'une décision politique de ne pas abattre ces missiles, car cela aurait pu provoquer un conflit russo-américain au niveau des forces antiaériennes", poursuit-il.

(..) Si les frappes américaines contre les forces syriennes dans la province de Deir-ez-Zor en septembre 2016 ont tiré un trait sur les accords en faveur du règlement de la crise syrienne obtenus en Suisse, l'attaque d'aujourd'hui (d'hier) détruit l'espoir que Moscou avait d'une normalisation de ses relations avec Washington, indique-t-il. (..) au lieu de normaliser les relations avec la Russie Trump les a rayées d'un trait et les deux pays ne peuvent même pas devenir "meilleurs ennemis"

(..) Selon lui, certains changements de personnel avant l'agression actuelle contre la Syrie — par exemple la destitution de Michael Flynn (14 févr 2017) qui avait une position modérée sur la Syrie — "montrent l'incapacité de Trump de résister à l'establishment américain": le président a remplacé les membres principaux de son administration qui étaient indésirables aux yeux des leaders des partis démocrate et républicain, et lance actuellement des initiatives satisfaisantes pour l'establishment et les services secrets.

(..) Si les USA veulent lancer de nouvelles frappes, ce sera un scénario tout à fait différent ayant des conséquences encore plus sérieuses.

En savoir plus

 

Lire aussi :  Des frappes US en Syrie «à la limite du conflit militaire avec la Russie»

 

 

Juste avant l’attaque US en Syrie, Clinton appelait à «détruire les bases aériennes syriennes»

 

Peu de temps avant l’annonce faite par le président américain Donald Trump de frapper une base militaire syrienne, son ancienne adversaire à l’élection présidentielle, Hillary Clinton, a fait la même proposition, dans une interview au New York Times.

Juste avant l’attaque US en Syrie, Clinton appelait à «détruire les bases aériennes syriennes»

«Assad dispose de forces aériennes, et ces forces aériennes sont la cause de la plupart des morts civiles. Et je crois profondément que nous aurions dû –et devons toujours – détruire ses bases aériennes et l'empêcher de pouvoir s'en servir pour bombarder des innocents et utiliser du gaz sarin contre eux», a déclaré Hillary Clinton au New York Times, quelques heures à peine avant le lancement des frappes américaines contre la base militaire d’Al-Chaayrate, en Syrie. Il s'agissait de sa première interview depuis sa défaite à l’élection présidentielle.

Lire  la site et voir le vidéo en question

 

 

 

Attaque chimique : "Il n'y avait pas d'entrepôt dans les zones frappées par l'aviation syrienne"

 

Infos du 6/04/2017

INTERVIEW. Spécialiste des armes biologiques, l'expert Olivier Lepick, qui a eu accès à des photos satellites, démonte l'argumentaire russo-syrien.

(..)

Olivier Lepick : Les images satellites nous montrent que les zones visées sont résidentielles. Il n'y a aucun entrepôt dans le secteur. Les frappes visent trois endroits différents, et aucun entrepôt. Si cela avait été le cas, les frappes auraient été beaucoup plus concentrées. Or, quand on regarde les images de cette banlieue urbaine de Khan Cheikhoun, on voit qu'il n'y a ni usine ni entrepôt à l'endroit où les bombes sont tombées. Mais même si, d'aventure, une frappe conventionnelle avait visé un dépôt, jamais on n'aurait obtenu autant de victimes. Cette thèse n'est pas crédible une seule seconde. (..)

Pour être « efficace », un agent chimique toxique doit être couplé à un mode de dissémination. Sans celui-ci, l'efficacité se révèle relativement faible. Le nombre de victimes d'une arme chimique dépend donc de sa capacité à « aérosoliser » (..)  Dans le cas précis de l'attaque de Khan Cheikhoun, le nombre de victimes prouve bien qu'on a affaire à un mécanisme de dissémination

 

Le Figaro : Mais n'a-t-il pas été prouvé à plusieurs reprises par le passé que la rébellion a déjà utilisé des armes chimiques comme le chlore ?

 

Olivier Lepick : Jamais il n'a été prouvé qu'une entité subétatique présente sur le territoire syrien possédait un neurotoxique et était capable d'en fabriquer...

 

Notes : il ment ! et voici la preuve , en 2015 il affirmais se qu'il renie aujourd'hui - voir cette vidéo de 2015  ( n'oublions pas aussi qu'il a bien des liens entre l'Ei et les rebelles, la preuve c'est que les USA ont reconnu que certaines armes qu'ils avaient fournies aux rebelles se retrouvées souvent chez l'EI- sans compté que les Saoudien fournissent aux rebelles se qu'ils veulent)

 

La figaro: Quel serait l'intérêt de Bachar el-Assad d'utiliser de nouveau du chimique alors qu'il est politiquement en position de force ?

 

Olivier Lepick :  C'est ce que rétorquent les partisans d'Assad à chaque attaque de l'armée syrienne. Je constate simplement qu'il y a eu une opération aérienne et que personne ne conteste qu'il s'agissait bien de l'aviation syrienne. De plus, on a frappé à trois reprises des quartiers dans lesquels on a constaté des victimes d'un agent neurotoxique chimique, ce qui est quasiment incontestable. Par ailleurs, le sarin et les neurotoxiques figuraient dans l'arsenal chimique du régime syrien et n'ont jamais été trouvés ni dans les mains ni même dans un atelier de la rébellion. Car il est indispensable de rappeler qu'il est extrêmement complexe de conserver du sarin. Il y a donc beaucoup de preuves et de faisceaux de présomption qui laissent à penser que le régime est coupable.

Source

 

Notes ; Alors pour ce soi-disant spécialiste, il faut obligatoirement des entrepôts pour posséder des armes chimiques ! prend-il les gens pour des imbéciles ! Lorsque la secte d'Aum Shinrikyō a utilisé en 1995 du gaz sarin dans le métro de Tōkyō,  avait-elle eut besoin d'un entrepôt . Une simple maison, une simple salle ne peut-elle suffire pour entreposer des substances toxiques?

Et puis encore une fois quel intérêt pour Assad d'attaquer une banlieue résidentielle de civiles (sans armes) aux neurotoxiques ? alors que cet acte, métrait contre Assad des personnes comme Trump et mm Erdogan qui lui étaient dernièrement favorables !

Bachar El Assad a été diplômé en médecine à 23 ans pour finir en Angleterre sa spécialisation en ophtalmologie (traitement des maladies de l’œil) c'est juste pour faire comprendre qu'il est beaucoup plus intelligent qu'un rebelle barbu qui crie Allahu akbar du matin jusqu'au soir

Je pense que juste après les attaques des avions syriens sur la banlieue de Khan Cheikhoun, les rebelles ont bombardé eux-mêmes avec des mortiers la population. Bien sûr dans les seuls buts d’obtenir une réaction militaire américaine contre le régime d'Assad (c'est de plus maintenant leur seul manière d'espérer une intervention en leur faveur, puisqu'ils perdent cette guerre)

Je pense aussi que les rebelles ont un QI  bien trop faible pour avoir imaginé à une telle entreprise, ils sont aidés de l’extérieur

Lire aussi ; Les djihadistes de l'État islamique ont utilisé du gaz moutarde (avec des obus de mortier)

Et encore une fois mes analyses sont confirmées par l'actualité (mes analyses plus haut ont été écrite a 3 heures du matin  avant cette article plus bas  et celui plus haut sur Clinton )

 

 

 

Le Daily Mail retire un article sur le plan US d’organiser une attaque chimique en Syrie

 

Le Daily Mail britannique retire de son site l’article intitulé «Les États-Unis ont soutenu le projet d’effectuer une attaque chimique en Syrie et d’en rejeter la responsabilité sur le gouvernement d’Assad» datant le 29 janvier 2013. S’agit-il d’une coïncidence?

Le Daily Mail retire un article sur le plan US d’organiser une attaque chimique en Syrie

En janvier 2013, le quotidien britannique Daily Mail publie un article de la journaliste Louise Boyle qui évoque le sujet du projet américain portant sur l'organisation d'une attaque chimique en Syrie ayant pour objectif de «faire accuser le gouvernement de Bashar al-Assad». Cependant sur fond d'escalade du conflit actuel, l'article a été retiré du site. Sputnik s'est adressé à la direction du Daily Mail afin de savoir quand cet article avait été supprimé et pour quelle raison. Pour l'instant, aucune réponse n'été donnée.

Selon les propos publiés il y a quatre ans, ce projet américain devait servir de prétexte pour renforcer les opérations militaires sur le territoire syrien effectuées par la coalition internationale.

« Les fuites des messages électroniques prouvent, au préalable, que la Maison-Blanche avait donné son accord à la réalisation de l'attaque chimique en Syrie qui pourrait servir de cause pour accuser le régime d'Assad, puis renforcer les opérations militaires internationales dans un pays affaibli », était-il écrit dans l'article de 2013.

De même, le rapport publié contenait la correspondance entre deux personnalités haut placées de la compagnie Britam Defence qui révélait que « le schéma approuvé par Washington » supposait que « le Qatar financerait l'utilisation des armes chimiques par des forces de l'opposition syrienne»

En plus, l'auteur de l'article a indiqué que cette correspondance avait été rendue publique par un hacker malaisien qui avait pu avoir accès aux résumés ainsi qu'aux copies des passeports de ses dirigeants via un serveur non-sécurisé de la compagnie.

Source

 

 

 

La volte-face de Donald Trump sur le dossier syrien vue par un député français

 

Extrait:

Thierry Mariani   « Une attaque au gaz de l'armée syrienne n'a aucun sens, en dehors de l'aspect humanitaire (…) qui serait inadmissible. Les Syriens feraient une véritable provocation alors que côté militaire, ils sont en train de gagner, alors que côté diplomatique, les États-Unis et la France ont désormais admis que le Président syrien faisait partie de la solution », explique-t-il.

« Si des gaz ont été utilisés sciemment contre la population, les coupables doivent être châtiés, sauf que, qui est le coupable aujourd'hui? Un certain nombre d'acteurs ont demandé une véritable enquête pour savoir qui a véritablement utilisé ce gaz, ou alors est-ce dû à un accident à cause d'un bombardement? », s'interroge-t-il.

Lire l'article

 

Notes ; contant de voir que Thierry Mariani  comme Nicolas Dupont Aignan (vidéo plus bas)  savent raisonné 

 

 

 

 

Diplomate bolivien à l’ONU: «Washington est à la fois l'enquêteur, le procureur, le juge et le bourreau»

 

Nicolas Dupont Aignan réagit aux Frappes Américaines en Syrie

 

 

 

Israël aurait de nouveau frappé des positions du Hezbollah en Syrie

 

Se référant à l'opposition syrienne, un portail d'informations israélien affirme que pour la deuxième journée consécutive l'aviation de Tsahal a visé des positions du mouvement chiite libanais Hezbollah en Syrie.

Des F-16 israéliens

L'aviation militaire israélienne a effectué dans la nuit du 6 au 7 avril une série de frappes sur des positions du groupe chiite libanais Hezbollah en Syrie, annonce NEWSru Israel.

Les avions militaires de Tsahal ont visé quatre cibles au nord de Damas, non loin de la frontière syro-libanaise. Les frappes ont été effectuées la nuit dernière et vendredi matin, précise la source, se référant à l'opposition syrienne. Il est en outre souligné que ce raid a été réalisé sur fond d'attaque américaine sur une base militaire syrienne.

Ni Jérusalem, ni Damas ne commentent ces informations. Les sources liées au Hezbollah ne confirment pas les attaques de l'aviation israélienne, mais font état d'affrontements avec l'opposition syrienne armée.

Lire la suite

 

 

Daesh aurait exécuté 140 civils qui tentaient de fuir Mossoul, selon les autorités kurdes irakiennes

 

Des militants du groupe terroriste Daesh auraient exécuté 140 civils qui tentaient de fuir la ville assiégée de Mossoul, selon des informations du Conseil de sécurité du Kurdistan irakien (CSKI). Cet organe sécuritaire du gouvernement régional kurde d'Irak a affirmé que les assassinats de masse auraient eu lieu les 3 et 4 avril.

Lire la suite

 

 

Le cheikh d’Erdogan appelle la Turquie à développer des armes nucléaires

 

Dans son éditorial publié le 16 mars 2017 dans le quotidien pro-gouvernemental Yeni Safak, Hayrettin Karaman suggère, sous le titre « Que faire », que la Turquie développe ses armes nucléaires pour contrebalancer [celles de] l’Occident.

Karaman, professeur de droit islamique célèbre en Turquie, réputé pour ses liens étroits avec le président turc Recep Tayyip Erdogan, est souvent dénommé « l’imam aux fatwas » d’Erdogan, ou le cheikh d’Erdogan.

Cet éditorial est le premier de deux articles publiés en l’espace de quelques semaines dans Yeni Safak par des commentateurs qui appellent la Turquie à acquérir des armes de destruction massive. Le 27 mars, le rédacteur en chef du quotidien, Ibrahim Karagul, avait appelé la Turquie à cesser de combattre les ennemis de l’Occident, à savoir l’Etat islamique (EI), et à acquérir toutes sortes d’armes, y compris nucléaires (voir Dépêche spéciale de MEMRI No. 6845, Sensationalist Pro-Erdogan Turkish Daily Calls For Nuclear Weapons, A Stop To Fighting ISIS, 27 mars 2017).

Extraits : 

" Tout d’abord, avec le fanatisme chrétien ; ensuite lorsque l’Occident a commencé à utiliser la religion comme instrument et que les motifs principaux sont devenus financiers – pour engranger des bénéfices internationaux et locaux – l’Occident a planifié de détruire l’Orient islamique, ou de le modifier pour l’utiliser à son service ...

(..) Chacun connaît et voit les doubles standards qu’applique l’Occident, sans honte ou considération pour quiconque d’autre, s’agissant de valeurs comme les droits de l’homme, la moralité, les bonnes manières et la justice. La fortune que l’Occident (y compris les Etats-Unis) détient aujourd’hui a été obtenue par l’usurpation et par le vol (le colonialisme) de l’Orient. Il n’est même pas possible de sonder la destruction matérielle et spirituelle et le sang répandu en Orient pour [obtenir] les maudits bénéfices financiers de l’Occident

Lire la suite

 

 

 

Mali : la nouvelle alliance djihadiste revendique l'attaque fatale à un soldat français

 

Le «Groupe de soutien à l'islam et aux musulmans», nouvelle formation djihadiste réunissant plusieurs groupes du Sahel, a revendiqué l'attaque qui a coûté la vie à un militaire français au Mali le 5 avril.

Lire l'article

 

 

Commenter cet article