Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
troisiemeguerremondiale.net

troisiemeguerremondiale.net

Affirmer que l'Islam est une religion de paix, c'est admettre que la charia et le djihad sont des préceptes humanistes. Ce blog a pour but de démontrer que nous nous dirigeons droits vers une guerre de religion

Publié le par 3guerremondiale
Publié dans : #Les infos les plus cruciales

_________________

Le 4 avril  2017

 

La tour Eiffel sera éteinte le 4 avril en hommage aux victimes de l'attentat de Saint-Pétersbourg

 

En hommage aux victimes de l'attentat de Saint-Pétersbourg, Anne Hidalgo a annoncé l'extinction de la tour Eiffel. Le silence de la mairie de Paris et l’absence d'illuminations du monument parisien avaient suscité un tollé sur les réseaux sociaux.

Lire la suite

 

 

L’auteur de l’attentat de Saint-Pétersbourg identifié comme un homme d’origine kirghize
 

 
Une enquête a été ouverte lundi pour acte de terrorisme après l’attaque dans le métro, qui n’a toujours pas été revendiquée. Le dernier bilan fait état de 14 morts.
Un homme originaire du Kirghizistan est l’auteur de l’attentat qui a fait 14 morts lundi dans le métro de Saint-Pétersbourg, ont affirmé mardi 4 avril les services de sécurité de cette ex-république soviétique d’Asie centrale. Ceux-ci ont annoncé avoir été informés par les services de renseignement russes du fait que le suspect était un prénommé Akbarjon Djalilov.

L’homme est né en 1995 et « il est probable qu’il ait acquis la nationalité russe », a déclaré à plusieurs agences – dont la TASS et l’Agence France-presse (AFP) – le porte-parole des services de sécurité kirghizes, Rakhat Saoulaïmanov.

Mardi, le bilan de l’attentat a été revu à la hausse par la ministre de la santé russe, Veronika Skvortsova. Onze personnes ont été tuées sur les lieux et trois autres sont mortes dans des ambulances ou à l’hôpital de Saint-Pétersbourg, deuxième ville de Russie, a-t-elle précisé. Le bilan établi la veille par les services antiterroristes russes faisait état de 11 morts.

L’attaque a été perpétrée par un kamikaze, « dont des restes ont été retrouvés dans le troisième wagon de la rame », a précisé mardi le Comité d’enquête russe dans un communiqué.

Lire la suite

 

 

 

Moscou face à la menace des djihadistes russophones

 

 

Syrie : une attaque chimique fait au moins 58 morts

 

VIDÉO - Paris demande la convocation d'une réunion d'urgence du Conseil de sécurité de l'ONU. Pour l'opposition qui accuse le régime d'être responsable, cette attaque «remet en cause» le processus de paix.

Au moins 58 personnes, dont onze enfants, ont été tuées mardi dans une frappe aérienne qui a émis du «gaz toxique» dans une ville du nord-ouest de la Syrie tenue par des rebelles et des djihadistes, assure l'Observatoire syrien des droits de l'Homme (OSDH). La Coalition nationale, importante composante de l'opposition syrienne, réclame dans un communiqué au Conseil de sécurité de l'ONU de «convoquer une réunion urgente après ce crime et d'ouvrir une enquête immédiate». Le Conseil «doit prendre les mesures nécessaires pour que les responsables (de cette attaque) rendent compte de leurs actes», indique le texte. Si l'OSDH ne dit pas qui est responsable de l'attaque, l'opposition accuse le «régime du criminel Bachar» el-Assad d'avoir mené ces raids sur la ville de Khan Cheikhoun avec des «obus contenant du gaz chimique».

Le chef de la diplomatie française Jean-Marc Ayrault a lui aussi condamné «cet acte ignoble». «L'utilisation d'armes chimiques constitue une violation inacceptable de la Convention sur l'Interdiction des Armes chimiques (CIAC) et un nouveau témoignage de la barbarie, dont le peuple syrien est victime depuis tant d'années», a-t-il déclaré dans un communiqué, ajoutant qu'il demandait «la convocation d'une réunion d'urgence du Conseil de Sécurité des Nations Unies». Lors d'un entretien téléphonique avec son homologue russe, le président turc Recep Tayyip Erdogan a affirmé que l'attaque était «inhumaine» et menaçait le processus de paix. Moscou, de son côté, assure ne pas être responsable de ces raids sur la province d'Idleb. «Aujourd'hui, les nouvelles sont horribles. Evidemment la principale responsabilité repose sur le régime» syrien, a pour sa part déclaré la chef de la diplomatie européenne, Federica Mogherini.

«Ce crime remet en cause l'ensemble du processus de paix (...) Si l'ONU est incapable d'empêcher le régime de commettre de tels crimes, comment faire réussir un processus politique en vue d'une transition (en Syrie)?», a réagi Mohammad Sabra, négociateur en chef de l'opposition.

VIDÉO - Paris demande la convocation d'une réunion d'urgence du Conseil de sécurité de l'ONU. Pour l'opposition qui accuse le régime d'être responsable, cette attaque «remet en cause» le processus de paix.

Au moins 58 personnes, dont onze enfants, ont été tuées mardi dans une frappe aérienne qui a émis du «gaz toxique» dans une ville du nord-ouest de la Syrie tenue par des rebelles et des djihadistes, assure l'Observatoire syrien des droits de l'Homme (OSDH). La Coalition nationale, importante composante de l'opposition syrienne, réclame dans un communiqué au Conseil de sécurité de l'ONU de «convoquer une réunion urgente après ce crime et d'ouvrir une enquête immédiate». Le Conseil «doit prendre les mesures nécessaires pour que les responsables (de cette attaque) rendent compte de leurs actes», indique le texte. Si l'OSDH ne dit pas qui est responsable de l'attaque, l'opposition accuse le «régime du criminel Bachar» el-Assad d'avoir mené ces raids sur la ville de Khan Cheikhoun avec des «obus contenant du gaz chimique».

Le chef de la diplomatie française Jean-Marc Ayrault a lui aussi condamné «cet acte ignoble». «L'utilisation d'armes chimiques constitue une violation inacceptable de la Convention sur l'Interdiction des Armes chimiques (CIAC) et un nouveau témoignage de la barbarie, dont le peuple syrien est victime depuis tant d'années», a-t-il déclaré dans un communiqué, ajoutant qu'il demandait «la convocation d'une réunion d'urgence du Conseil de Sécurité des Nations Unies». Lors d'un entretien téléphonique avec son homologue russe, le président turc Recep Tayyip Erdogan a affirmé que l'attaque était «inhumaine» et menaçait le processus de paix. Moscou, de son côté, assure ne pas être responsable de ces raids sur la province d'Idleb. «Aujourd'hui, les nouvelles sont horribles. Evidemment la principale responsabilité repose sur le régime» syrien, a pour sa part déclaré la chef de la diplomatie européenne, Federica Mogherini.

«Ce crime remet en cause l'ensemble du processus de paix (...) Si l'ONU est incapable d'empêcher le régime de commettre de tels crimes, comment faire réussir un processus politique en vue d'une transition (en Syrie)?», a réagi Mohammad Sabra, négociateur en chef de l'opposition.

Lire la suite

 

Plus d’une cinquantaine de personnes ont été tuées à Khan Cheikhoun, une ville du nord-ouest du pays tenue par les rebelles, selon les casques blancs.
En savoir plus

 

Notes : À qui profite ses crimes ! À Assad qui est pourtant proche d'une victoire assurée,  ou aux djihadistes qui sont près de leur fin ?

 

 

 

 

Pas d’armes chimiques, pas d’attaques: Damas rejette les accusations

 

Damas ne détient pas d'armes chimiques, et les déclarations au sujet de l'attaque perpétrée dans la province d’Idlib pourraient faire partie d'une campagne de propagande contre l'armée syrienne, a déclaré à Sputnik une source au sein des forces armées syriennes.

L'opposition syrienne a accusé mardi le gouvernement de Bachar el-Assad d'avoir mené à Khan Cheikhoun, dans la province d'Idlib, une attaque « chimique » qui a fait au moins 80 morts et près de 200 blessés. Damas a pour sa part démenti toutes les accusations en raison de leur caractère non fondé.

« L'armée syrienne ne détient pas d'armes chimiques, et elle n'a pas porté de frappes contre la ville de Khan Cheikhoun, dans la province d'Idlib. Toutes les déclarations faites par des groupes terroristes ne correspondent pas à la réalité. C'est la justification de lourdes pertes au cours de la récente offensive de l'armée syrienne dans le quartier nord de Hama », a déclaré à Sputnik une source au sein des forces armées syriennes.

« Il n'est pas exclu qu'ils aient eux-mêmes procédé à l'attaque, dans le but de lancer une campagne de propagande contre l'armée syrienne », a ajouté la source.

Moscou a aussi déclaré ne pas être concerné par les accusations. Selon le ministère russe de la Défense, « aucune frappe aérienne n'a été menée par l'aviation russe dans les environs de Khan Cheikhoun, dans la province d'Idlib ».

L'ONG Human Rights Watch a publié en février dernier un rapport dans lequel elle avait aussi accusé les troupes syriennes d'avoir utilisé à au moins huit reprises en 2016 des armes chimiques en Syrie, notamment dans les zones d'Alep contrôlées par l'opposition. De son côté, le ministère russe de la Défense juge dénuées de tout professionnalisme ces tentatives visant à rejeter la responsabilité sur le gouvernement d'Assad.

Lire la suite

 

 

 

 

Damas qualifie d’agression contre sa souveraineté la nouvelle opération turque en Syrie

 

Le Premier ministre turc Binali Yildirim a annoncé mercredi 29 mars la fin de la première étape de l'opération Bouclier de l'Euphrate. Pourtant, le Président turc Recep Tayyip Erdogan a évoqué la possibilité d'une nouvelle opération militaire de l'armée turque en Syrie. Des projets qualifiés par Damas d'agression contre la souveraineté de la Syrie.

« Peu importe si la première opération est terminée ou non et s'il [le Président turc, ndlr] veut lancer une deuxième opération, nous estimons depuis le début que la présence de l'armée turque sur notre territoire représente une occupation. C'est une agression flagrante contre la souveraineté de notre pays », a déclaré Riyad Haddad, l'ambassadeur de Syrie en Russie.

Et d'ajouter: « Notre position ne sera pas changée par rapport à la présence de l'armée turque sur notre territoire, même si la deuxième opération commence. »

Lire la suite

 

 

Damas accuse Israël de soutenir des groupes terroristes en Syrie

 

Deux semaines après les frappes israéliennes en Syrie, suivies d’une contre-attaque des forces de Bachar el-Assad, Damas accuse l’État hébreux de soutenir des terroristes opérant sur le sol syrien et promet de riposter à nouveau si l’agression se répète.

Damas estime qu'Israël « cherche à soutenir des groupes terroristes » opérant en Syrie et affirme que les frappes de l'aviation israélienne en Syrie sont destinées à les appuyer, a indiqué dans un entretien à Sputnik l'ambassadeur de Syrie en Russie, Riyad Haddad.

« Dès qu'Israël voit que les groupes terroristes s'affaiblissent, il intervient immédiatement pour les soutenir », a-t-il assuré.

« De ce fait, nous répondrons à chaque agression de la part d'Israël, comme cela a été récemment le cas quand nous avons riposté en détruisant un avion et en en frappant un autre. Nous le ferons à chaque fois qu'une tentative de ce type se répètera », a poursuivi l'ambassadeur.

Lire la suite

 

 

 

 

Un adolescent recrute sans le savoir un agent du FBI pour tuer le pape

 

Au nom du groupe État islamique, un adolescent américain avait fomenté l'assassinat du pape François en 2015, lors d'une visite officielle de ce dernier aux États-Unis. Lors de son procès, qui se tenait lundi 3 avril, Santos Colon a plaidé coupable. Originaire du New Jersey (nord-est des USA), le jeune homme âgé de 17 ans avait tenté de recruter un sniper pour abattre le souverain pontife et cherché à déclencher des explosifs lors d'une messe dite par le pape à Philadelphie le 27 septembre 2015, clôturant un rassemblement mondial des familles, a expliqué le département américain de la Justice.

Heureusement pour le pape François, en tentant de recruter un sniper, l'adolescent est tombé sur un agent du FBI sous couverture et a été arrêté 12 jours avant ce qui devait marquer l'assassinat du Saint-Père. Lors de son procès, Santos Colon a plaidé coupable de tentative de soutien matériel à une organisation "terroriste".

Ses liens avec Daesh restent flous

L'adolescent, qui a expliqué avoir utilisé le nom de guerre de Ahmad Shakoo, risque jusqu'à 15 ans de prison pour cet attentat qu'il entendait mener au nom du groupe État islamique

Source

 

 

 

Espagne : une statue de la Vierge de Lourdes décapitée en Andalousie

 

Vierge Andalousie UNE

Des inconnus ont décapité la statue de la Vierge située dans une réplique de la grotte de Lourdes à Higuera de la Sierra, commune de la province de Huelva en Andalousie. Le forfait a été constaté vendredi 31 mars dernier et la tête n’a pas été retrouvée. La Guardia Civil enquête.

Source : Huelva24.com, 1er avril

 

_________________

Le 3 avril 2017

 

 

Russie : (explosion dans le métro à Saint-Pétersbourg, au moins 10 morts

 

 

L'agence Interfax annonce que les caméras de surveillance ont filmé l'individu ayant déposé l'engin explosif dans la station Sennaya Plochtchad. Celui-ci l'aurait transporté dans une mallette avant de le déposer dans l'un des wagons.

 

Le parquet général annonce ouvrir une enquête pour «attentat terroriste» selon le quotidien Kommersant. Elle visera notamment à déterminer comment les engins explosifs ont été fabriqués.

Le Comité national antiterroriste confirme qu'un second engin explosif a bel et bien été désamorcé à la station Plochtchad Vosstania. Annoncée dans un premier temps par un média local, cette information avait été démentie par un autre journal.

Le bilan des blessés s'alourdit : selon une source municipale, au moins 50 personnes auraient été blessées dans l'explosion.

Selon les informations préliminaires communiquées par une source des services d'urgence et citée par l'agence Ria Novosti, au moins 10 morts sont à déplorer.

Deux engins explosifs ont explosés dans le métro, selon une source citée par l'agence Ria Novosti. Au moins l'un d'entre eux contiendrait des obus à balles.

Ici direct sur le site Russe RT

Direct LCI

 

 

 

Au moins une explosion a eu lieu dans le métro de Saint-Pétersbourg ce lundi. Il y aurait au moins 10 morts selon les médias russes. 

Une explosion a eu lieu ce lundi dans la station Institut Technologique, à Saint-Pétersbourg (Russie). 

«Selon les premières informations, 10 personnes ont été tuées et 20 blessées», a indiqué à l'agence Interfax une source au sein du ministère russe des Situations d'urgence. 

Des images circulant sur Twitter montrent un wagon de métro dont l'intérieur semble dévasté et ses portes arrachées. La station de métro serait envahie de fumée.  

Source

 

 

 

 

Vidéos a venir...

 

 

 

Corée du Nord: Trump se dit prêt à «régler» le problème sans l'aide de la Chine

 

Depuis son arrivée à la Maison Blanche, le milliardaire laisse planer la possibilité d’une action militaire contre Pyongyang...

« Si la Chine ne règle pas la Corée du Nord, nous le ferons. » A quelques jours de la visite aux Etats-Unis du président chinois Xi Jinping, Donald Trump s’est dit prêt à résoudre seul le problème nord-coréen, sans l’aide de Pékin.

« La Chine décidera de nous aider ou pas avec la Corée du Nord (…) S’ils ne le font pas, ce ne sera bon pour personne », ajoute le président américain dans un entretien au Financial Times publié dimanche. L’intention de montrer sa détermination et sa fermeté avant de recevoir son homologue chinois dans sa résidence privée de Floride, qui ressort clairement de cette interview, ne s’accompagne pas d’autres détails.

Un tête-à-tête tendu s’annonce

L’ambassadrice américaine à l’ONU, Nikki Haley, avait déjà déclaré dimanche que les Etats-Unis entendaient « mettre la pression » sur la Chine pour qu’elle « agisse » contre la course à l’arme nucléaire de la Corée du Nord. « Le seul pays qui peut stopper la Corée du Nord est la Chine et ils le savent (…) Ils doivent agir et nous allons continuer à mettre la pression sur la Chine pour qu’ils agissent », a-t-elle martelé sur la chaîne américaine ABC.

Trump laisse planer la possibilité d’une action militaire contre la Corée du Nord

Pékin a déjà annoncé la fin de ses importations de charbon nord-coréen, conformément aux sanctions de l’ONU visant à convaincre ce pays de renoncer à ses programmes nucléaire et balistique. Une mesure jugée insuffisante par Nikki Haley. « Nous savons que (le charbon) rentre par d’autres moyens. Nous voulons voir des actions fortes de la Chine pour condamner la Corée du Nord et non pas seulement des paroles », a-t-elle ajouté.

Depuis son arrivée à la Maison Blanche, Donald Trump laisse planer la possibilité d’une action militaire contre la Corée du Nord, si cette dernière refuse d’obtempérer. Début mars, le président américain avait indiqué être prêt à utiliser « la totalité des capacités militaires des Etats-Unis » pour « contrer les missiles balistiques nord-coréens ». L’option militaire « a toujours été sur la table », a rappelé dimanche l’ancien ministre de la Défense de Barack Obama, Ashton Carter.

« En 1994, j’ai travaillé sur un plan pour une frappe préventive [sur la Corée du Nord] dont nous n’avons pas eu besoin. Nous avons ces options. Nous devons les conserver », a-t-il dit, également sur la chaîne ABC. Selon lui, les réticences de Chine à aller trop loin sur la Corée du Nord, s’expliquent par la crainte de Pékin de voir le régime de Pyongyang s’effondrer. « Ils ont peur d’un effondrement de la Corée du Nord (…) qui créerait une Corée unifiée, alliée aux Etats-Unis, à leur frontière. »

Source

 

 

 

 

Les victimes civiles à Alep et Mossoul : le deux poids deux mesures des médias occidentaux (VIDEO)

 

Les civils de Mossoul souffrent-ils moins que ceux d'Alep ? Les images des victimes des bombardements d'Alep ont fait le tour du monde, ce qui est loin d'être le cas pour celles de Mossoul, dont la couverture médiatique est quasi nulle.

Chaque guerre a son symbole. Dans le cas du conflit syrien, l'image d'un enfant de cinq ans, Omar Daknish, sauvé des décombres à Alep, a fait le tour du monde. Cependant, le sort de la jeune irakienne Hawra, blessée dans un raid aérien lors d'une opération visant à libérer Mossoul de l'Etat islamique, n'a pas semblé mériter l'attention des médias occidentaux. RT a appelé les représentants de la BBC, de CNN et d'autres chaînes à s'exprimer sur la question, invitation qui est resté lettre morte.

 

En bref - L'actualité de France

 

31/03: (77) Ali.K, Tchétchène condamné à 6 mois pour apologie du terrorisme (source)
31/03: (33) Un Turc accusé d’agression sexuelle sur une joggeuse: 8 ans requis (source)
31/03: El Hassania A, condamnée à de la prison pour maltraitance sur enfants (source)
31/03: (92) Encore des nouvelles prières de rue musulmanes à Clichy/Garenne (source)
30/03: (83) Hicham.G agresse violemment une femme de 92 ans et la vole (source)
30/03: (81) Rachida tue une prof, bientôt déclarée irresponsable pénalement (s01/so2)
30/03: (06) Des armes et des explosifs saisis chez un islamiste au Cap d’Ail (source)
30/03: (38) Un Tunisien menace d’égorger son bébé devant les gendarmes (source)
30/03: (58) Shems Beggui reconnaît avoir tué Thibault.C en le poignardant (source)
29/03: (83) Omar.G, 11 fois condamné, frappe son voisin qui se plaint du bruit (source)

 

 

Nice : arrestation de deux ados soupçonnées de vouloir commettre un attentat

 

Deux jeunes filles, âgées de 15 et 17 ans, ont été arrêtées, samedi 1er avril, dans les environs de Nice (Alpes-Maritimes) Elles ont été arrêtées à Nice et à Levens, par les services de la Direction générale de la sécurité intérieure (DGSI), puis placées en garde à vue.

Depuis les attaques jihadistes de janvier 2015, plusieurs jeunes filles, parfois mineures, ont été arrêtées en France pour leurs liens avec des membres du groupe État islamique ou soupçons de préparation d’acte terroriste. Parmi les dernières en date, trois mineures de 14 à 17 ans ont été interpellées fin février puis mises en examen par un juge antiterroriste parisien début mars.

France TV Info

 

 

Projet d’attentat déjoué à Venise

 

Info du 30 mars 2017 - Mise a jours

La police italienne a annoncé, jeudi, l’arrestation à Venise de trois personnes originaires du Kosovo et soupçonnées de vouloir commettre un attentat dans la cité des Doges.

Après avoir établi « la radicalisation religieuse » des suspects, les forces de l’ordre ont réuni suffisamment d’éléments sur leurs activités pour arrêter trois personnes et interpeller un mineur, « tous originaires du Kosovo », a expliqué la police dans un communiqué. Le ministre de l’intérieur, Marco Minniti, a salué ces arrestations.

Lors d’une conférence de presse, le procureur Adelchi d’Ippolito, en charge de l’enquête, a précisé que le groupe envisageait un attentat sur le célèbre pont du Rialto à Venise.

« Avec Venise, tu gagnes tout de suite le paradis, vu le nombre de mécréants qu’il y a, à mettre une bombe au Rialto », a déclaré l’un des hommes, le suspect mineur identifié par ses seules initiales, dans une conversation téléphonique enregistrée par les enquêteurs.

En savoir plus

 

 

 

Attaque au couteau à Jérusalem : trois blessés, l’agresseur palestinien abattu

 

Info du 1 avril 2017

Un homme a attaqué à coups de couteau deux passants et un policier avant d’être tué. Il s’agirait, selon la presse locale, d’un Palestinien de 17 ans.

Un homme a attaqué à coups de couteau deux passants et un policier avant d’être abattu, samedi 1er avril, à Jérusalem. Selon la police israélienne, l’agresseur, un Palestinien âgé de 17 ans, a d’abord agressé deux passants juifs dans le quartier arabe de la vielle ville. Des garde-frontières l’ont pourchassé et tué après qu’il a blessé l’un d’entre eux.

Les trois victimes, toutes âgées de la vingtaine selon la presse locale, ont été légèrement blessées. Peu après, des Palestiniens ont jeté des pierres sur des policiers qui ont répondu par des grenades assourdissantes.

C’est la deuxième attaque de ce type depuis le 29 mars dans cette zone de Jérusalem. Mercredi, une Palestinienne qui avait tenté d’agresser des gardes-frontières avec une paire de ciseaux avait été tuée non loin de l’endroit où s’est produite l’agression de samedi.

[…]

Le Monde

 

 

 

Un million de migrants africains seraient en route vers l’Europe

 

D’après Joe Walker-Cousins, ancien responsable britannique en Lybie, chef du bureau de l’ambassade britannique à Benghazi de 2012 à 2014, un million de migrants pourraient être en ce moment en route pour l’Europe depuis l’Afrique.

Joe Walker Cousins à fait cette remarque à l’occasion d’un témoignage devant le sous comité des affaires étrangères pour l’union européenne de la Chambre des Lords. Il s’exprimait pour un think tank « Institute for Statecraft ». Le million de migrants africain serait « dans le pipe line » vers l’Europe passant par la Lybie.

Daily Mail & The Guardian

 

 

 

Selon le président du Parlement européen : « 30 millions de migrants africains pourraient arriver en Europe dans les prochaines années »

 

Le président du Parlement européen Antonio Tajani a reconnu que des dizaines de millions d’immigrés afro-musulmans pourraient migrer en Europe dans les dix ans à venir. Il a également évoqué la menace du terrorisme musulman.

Interrogé par le journal allemand Die Welt sur la crise migratoire et le flux de candidats africains à l’asile qui tentent de rallier l’Europe, Antonio Tajani a appelé l’Union européenne «à investir des milliards en Afrique et à développer une stratégie sur le long terme». «L’Afrique se trouve dans une situation dramatique […] si nous ne parvenons pas à résoudre les problèmes centraux des pays d’Afrique, 10, 20, voire 30 millions d’immigrés vont arriver en Europe d’ici dix ans», a-t-il alerté. […]

Die Welt

 

 

Le Père Boulad nous met en garde sur l’islam

 

Lors de son passage en Hongrie, le Père Henri Boulad a accordé un entretien vidéo d’un grand intérêt à Philippe Pellet, le 17 mars, c’est-à-dire au lendemain du jour où il est devenu citoyen de ce pays où il se rend souvent. Il nous y met en garde sur l’islam : « Je n’ai rien contre les musulmans, mais j’en ai beaucoup contre l’islam »… Ces 14 minutes d’entretien constituent 14 minutes de bon sens et de mise en garde, notamment à nous Français. Il faut prendre le temps de l’écouter. Ce n’est pas du temps perdu…

 

Commenter cet article