Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
troisiemeguerremondiale.net

troisiemeguerremondiale.net

Affirmer que l'Islam est une religion de paix, c'est admettre que la charia et le djihad sont des préceptes humanistes. Ce blog a pour but de démontrer que nous nous dirigeons droits vers une guerre de religion

Publié le par 3guerremondiale
Publié dans : #Les infos les plus cruciales

_________________

Le 17 avril 2017

 

A Séoul, le vice-président américain met en garde Pyongyang

 

Mike Pence s'est rendu sur la ligne démilitarisée entre les deux Corées pour dire que Kim Jong-un ne «devait pas se méprendre sur la détermination des Etats-Unis».

Dans un climat tendu sur la péninsule nord-coréenne, le vice-président américain Mike Pence a effectué lundi matin une visite au parfum de guerre froide à la DMZ, la zone démilitarisée entre le nord et le sud. Au lendemain d’un tir raté de missile par Pyongyang, qualifié de «provocation» par le vice-président, Pence a déclaré que «l’ère de la patience stratégique est révolue», tirant un trait sur la politique de l’administration Obama envers la Corée du nord.

«Le président Trump a clairement indiqué que la patience des Etats-Unis et de nos alliés dans cette région s’est épuisée et que nous voulons voir le changement. Nous voulons voir la Corée du Nord abandonner son cheminement imprudent vers le développement des armes nucléaires, et ses tests continuels de missiles balistiques sont inacceptables», a dit Pence au second jour d’un voyage en Asie (Corée du sud, Japon, Indonésie, Australie) prévu de longue date.

Lire la suite 

 

Lire aussi : Pyongyang mettrait 5 à 6 ans pour construire un missile capable d’atteindre les USA

 

 

La Corée du Nord réagit à l'échec de son tir de missile

 

Le lancement de missile nord-coréen survenu dans la nuit de samedi à dimanche n'a pas été annoncé officiellement et si un tel tir a eu lieu, c'est tout à fait normal et non surprenant, a déclaré le représentant du département de l'Europe du ministère nord-coréen des Affaires étrangères, Kim Young-Ho.

« Dans son discours du Nouvel An, notre dirigeant suprême Kim Jong-un a souligné que la préparation des tentatives de lancement de missiles balistiques en était déjà à sa phase finale et nous avons déclaré à plusieurs reprises que de telles mesures pourraient être entreprises à tout moment sur ordre de Kim Jong-un ».

Lire la suite

 

 

Turquie : l'UE souhaite un «large consensus national»

 

L'inquiétude. C'est clairement le sentiment exprimé par les institutions de l'Union européenne (UE) dimanche(..)
«Au vu du résultat serré du référendum et des implications profondes des amendements constitutionnels, nous appelons (...) les autorités turques à rechercher le consensus national le plus large possible dans leur mise en oeuvre», écrivent dans un communiqué commun le président de la Commission de l'UE, Jean-Claude Juncker

(..) «Nous encourageons la Turquie à prendre en compte les inquiétudes et les recommandations du Conseil de l'Europe, y compris au sujet de l'état d'urgence», poursuit le communiqué de l'UE.

(..) Dans un communiqué en son nom, le Conseil de l'Europe a également réagi dimanche soir au résultat de ce référendum, demandant à Ankara d'«envisager les prochaines étapes avec prudence» et de respecter l'indépendance du pouvoir judiciaire.
«Etant donné le résultat serré, le pouvoir turc doit envisager les prochaines étapes avec prudence», a mis en garde le secrétaire général de l'organisation paneuropéenne, Thorbjørn Jagland.

Source

 

 

Erdogan évoque un référendum sur le rétablissement de la peine de mort

 

Le jour du référendum sur le renforcement des pouvoirs présidentiels en Turquie, Recep Tayyip Erdogan, victorieux, a évoqué la possibilité de rétablir la peine capitale dans le pays. Il a notamment promis d'examiner la question avec son Premier ministre et l'opposition et si nécessaire de convoquer un nouveau référendum.

Lire l'article

 

 

Les Turcs de Belgique fêtent la victoire du «oui» au référendum d’Erdogan

 

Ambiance festive après résultats du vote dans le quartier turque de Saint-Josse, à Bruxelles

Ce dimanche, à Schaerbeek et à Saint-Josse, impossible de passer à côté. Dans les cafés, les snacks et les restaurants, les télés ne parlent que de ça. On écoute la radio, on vérifie son smartphone. Et surtout, on arbore les couleurs nationales. Et pour cause, ce dimanche c’est jour de vote en Turquie, pour réformer la constitution.

Dans les rues, difficile de rater les supporters du « oui », qui se rangent derrière la campagne du président Erdogan. […]

Le Soir

 

 

 

Irak : Daech a utilisé des armes chimiques contre l'armée à Mossoul

 

Selon l'armée irakienne, le groupe État islamique a utilisé des obus chargés de substances chimiques toxiques contre elle mais les effets ont été limités.

Le groupe djihadiste État islamique (EI) a utilisé des armes chimiques lors d'une attaque contre les forces irakiennes engagées dans la bataille pour reprendre la ville de Mossoul, blessant quelques soldats, a indiqué dimanche l'armée irakienne. "Les terroristes de Daech (acronyme arabe de l'EI) ont essayé de bloquer l'avancée de nos forces en utilisant des obus chargés de substances chimiques toxiques mais les effets ont été limités", a indiqué le commandement conjoint des opérations, une structure coordonnant les forces engagées contre les djihadistes.

Quelques blessés légers selon l'armée. Cet incident a eu lieu samedi selon l'armée qui n'a déploré aucun mort, seulement quelques "blessures limitées" chez certains soldats.

Source Europe 1

 

Notes :On remarquera ici que les autres journaux sont plutôt frileux pour donner cette information !

 

 

 

Un tiers des Russes jugent possible une guerre USA-Russie

 

La majorité des Russes jugent toujours improbable ou peu probable une guerre entre la Russie et les États-Unis, mais 30% évoquent désormais la possibilité d’un affrontement ou disent même que la guerre est déjà en cours.

Lire l'article

 

 

 

 

Syrie : ce que l'on sait de l'attentat-suicide contre des habitants évacués, qui a fait au moins 126 morts

 

Une opération d'évacuation d'habitants de localités loyalistes assiégées en Syrie a tourné au carnage avec la mort, samedi, de 126 d'entre eux dans un attentat-suicide. La moitié de ces victimes étaient des enfants, et le bilan reste provisoire.

Un attentat-suicide a visé samedi 15 avril un convoi de bus transportant des habitants favorables au régime de Bachar Al-Assad, près d\'Alep (Syrie). 

Comment s'est produit l'attentat ? 

Le kamikaze a lancé sa camionnette piégée contre un convoi de bus transportant des milliers d'habitants chiites évacués de Foua et Kafraya, selon l'Observatoire syrien des droits de l'homme (OSDH). Ces localités, restées loyales au régime de Bachar Al-Assad, sont assiégées par les insurgés dans la province d'Idleb (nord-ouest). L'attaque, qui n'a pas encore été revendiquée, est survenue à Rachidine, une banlieue rebelle de la ville d'Alep, plus au nord, où avait été bloqué le convoi pendant plusieurs heures, en raison de désaccords entre les belligérants. L'évacuation se faisait dans le cadre d'un accord ponctuel entre rebelles et forces armées loyalistes.

C'est à côté des dizaines de bus à l'arrêt à Rachidine que le kamikaze a fait exploser sa camionnette piégée.

Dans quel contexte s'est déroulé l'attentat ? 

L'attentat-suicide visait l'opération d'évacuation qui concerne également des milliers d'habitants des localités rebelles de Madaya et Zabadani, près de Damas. Elle a été lancée, vendredi, en vertu d'un accord entre le Qatar, soutien de la rébellion, et l'Iran, allié du régime.

Plus de 7 000 personnes ont ainsi été évacuées vendredi et samedi des quatre localités. Quelque 5 000 personnes (civils et combattants) habitant à Foua et Kafraya, fidèles au régime, ont atteint Alep, d'où elles choisiront leur destination finale. Les 2 200 habitants évacués de Madaya et Zabadani, favorables pour leur part aux rebelles, ont rejoint la province d'Idleb contrôlée en grande majorité par les forces opposées au régime de Bachar Al-Assad.

On ignore si l'opération d'évacuation, qui concerne plusieurs autres milliers de personnes, pourra se poursuivre après l'attentat.

Qui sont les victimes ? 

Au moins 68 enfants figurent parmi les 126 personnes tuées dans l'attentat-suicide, selon un nouveau bilan donné dimanche par une ONG. Ces victimes sont des musulmans chiites, restés dans leur immense majorité fidèles au régime de Bachar Al-Assad, lui-même alaouite (une branche rattachée au chiisme).

"Le bilan ne cesse de s'alourdir. Il y a des centaines de blessés", a indiqué à l'AFP Rami Abdel Rahmane, directeur de l'Observatoire syrien des droits de l'Homme (OSDH), qui avait précédemment donné un bilan de 112 morts. Il a par ailleurs précisé que 109 des 126 tués sont des habitants de Foua et Kafraya, les deux localités pro-régime évacuées, tandis que les autres sont des rebelles qui gardaient les bus et des travailleurs humanitaires.

Source

 

Notes :Lorsque des enfants chiites meurent, on n'entend pas nos politiciens se lamenter sur ses massacres! sont-ils trop devenue alliés des monarchies sunnites !

 

 

En Syrie ou ailleurs, la Russie s'oppose aux renversements fomentés depuis l'étranger

 

En déplacement en Arabie saoudite, la présidente du Conseil de la Fédération Valentina Matvienko a rappelé en évoquant la Syrie, dossier qui a été au cœur des négociations avec les officiels saoudiens, que la Russie ne cherchait pas à maintenir le Président syrien au pouvoir, mais s'opposait à toute ingérence étrangère aux processus politiques.

Lire l'article

 

 

 

Manifestation anti-FN. Nombreux incidents / Aubervilliers (93) Paris - France 16 avril 2017

https://www.youtube.com/watch?v=bqfinU4_e24&t=75s

Notes: Race de vipère gauchiste et pro-islamique ! sur leurs banderoles on pouvait lire

"Stop au racisme ouvrez les frontières" (écrit aussi en arabe a 1:13) - "Flics, fachos,machos... détruisons toutes les forme de pouvoir !" (2:06) - "On viens bruler la France FN" (3:04)  - "Pour une France Black block beur !" (3:53) -  et meme des baniéres en Arabe (2:21)

 

 

 

Quand les Tunisiennes exigent de se marier avec qui elles veulent

 

Des organisations locales demandent l’abrogation d’une circulaire datant de 1973 interdisant aux femmes musulmanes de se marier avec un non-musulman.

L’énième appel des associations tunisiennes pour autoriser les Tunisiennes musulmanes à se marier à des non-musulmans sera-t-il suffisant pour permettre des avancées en matière de droits des femmes ? La semaine dernière, près d’une soixantaine d’organisations se sont réunies pour dénoncer l’interdiction du mariage mixte basée sur une circulaire du 5 novembre 1973. Selon le document, une Tunisienne musulmane ne peut contracter mariage avec un non-musulman si ce dernier ne présente pas un certificat de conversion devant « l’autorité compétente », c’est-à-dire le mufti de la République.

Il est vrai qu’en 2001, la Cour de cassation a allégé la disposition en précisant que « le passage devant le mufti de la République n’est pas obligatoire » et que « tous les moyens de preuves sont valables pour démontrer la conversion à l’islam, y compris le témoignage de deux personnes ».
Mais en dépit de cela, « cette prohibition est une souffrance pour des milliers de Tunisiennes et leurs familles », ont souligné plusieurs associations dans un communiqué. Les hommes tunisiens musulmans ne sont en revanche par concernés par cette circulaire. « C’est une véritable discrimination », estime Hazar Jhinaoui, porte-parole du parti Les Démocrates. « Une musulmane tunisienne est libre de se marier avec qui elle veut, elle n’a pas besoin d’une loi » lui imposant un partenaire de la même confession, ajoute-t-elle.

(…) L’Orient – Le Jour

 

 

Migrants en Méditerranée : « Nous n’avons jamais eu à nous occuper d’autant de personnes en même temps »

 

 

Quelque 35 opérations de secours ont eu lieu ou étaient toujours en cours samedi, pour venir en aide à près de 4.000 migrants au large des côtes libyennes, ont indiqué à l’AFP les garde-côtes italiens et une ONG.

Selon une ONG participant aux secours, Jugend Rettet, quelque 3.000 personnes ont été secourues dans la journée, particulièrement dense pour les secouristes en raison du beau temps qui prédomine dans la région.

Mais selon leur porte-parole, Pauline Schmidt, interrogée par l’AFP, plus d’un millier de personnes restaient encore à secourir, alors que la nuit était tombée au large de la Libye, et que les navires sur place ont tous atteint leur capacité d’accueil. « Au moins six canots pneumatiques sont encore à la dérive autour de notre bateau », a-t-elle assuré en début de soirée.

D’autres navires devaient arriver sur les lieux pour prendre le relais de la flottille déjà sur place, composée essentiellement de bateaux affrêtés par les organisations non gouvernementales (ONG), a encore indiqué cette porte-parole. « Nous n’avons jamais eu à nous occuper d’autant de personnes en même temps », a-t-elle encore affirmé.

Vendredi, plus de 2.000 migrants avaient déjà été secourus en Méditerranée au large de la Libye. Un adolescent avait été retrouvé mort dans l’un des canots à la dérive, tous pleins à craquer.

[…]

Plus de 27.000 personnes ont déjà été secourus et transportés en Italie depuis le début de l’année, soit une très forte hausse par rapport à la même période de l’an dernier, selon l’Organisation internationale des migrations (OIM).

Source

 

 

Bernard Lugan : «100 millions d’Africains veulent arriver en Europe»

 

En perdition depuis l’intervention de l’OTAN, la Libye pourrait retrouver son unité et cesser d'être le point de passage obligé des réfugiés en partance pour l'Europe, avec un retour à la realpolitik, selon le spécialiste de l’Afrique Bernard Lugan. 

«En renversant le régime, l’OTAN n’a pas vu qu’elle disloquait toute l’organisation sociale et politique de la Libye, qui était faite autour de l’alliance tribale», estime l’universitaire spécialiste de l’Afrique Bernard Lugan. Les raisons de cet échec, selon lui, sont à chercher dans un a priori idéologique et un refus du réel qui ont guidé l’intervention en Libye.

C’est cette réalité tribale que l’ONU refuse de voir, préférant s’enfermer dans une logique totalement désincarnée et coupée des réalités

Scindé en deux, le pays ne peut compter que sur les forces du général Haftar, qui ont presque réussi à éliminer les islamistes de la Cyrénaïque [région traditionnelle de Libye située autour de l'ancienne cité grecque de Cyrène], juge le chercheur. Pour lui, la levée de l'embargo sur les armes pour le général Haftar constitue l'une des conditions de sortie de crise. 

«Toute la question est de savoir si la Libye peut encore exister avec une alliance, une union, une fusion, une entente entre la Tripolitaine et la Cyrénaïque», note Bernard Lugan qui affirme que la Libye pourrait redevenir un pays uni si l’anarchie qui règne en Tripolitaine [région historique de la Libye], où est installé le gouvernement de l’union nationale, prend fin.

Lire la suite

 

 

L’UOIF change de nom et s’appelle désormais les «Musulmans de France»

 

C’est un nouveau départ qu’a acté, ce samedi, Amar Lasfar, président del’Union des organisations islamiques de France (UOIF). « A partir de maintenant, nous n’utiliserons plus UOIF, mais Musulmans de France », a déclaré Amar Lasfar à la tribune de la 34e Rencontre annuelle des musulmans de France (RAMF), qui se tient jusqu’à lundi au parc des expositions du Bourget (Seine-Saint-Denis).

« Ce qui est mis en avant » avec ce nouveau nom, c’est « le côté citoyen », a ajouté Amar Lasfar. Avec le nom « Musulmans de France », nous parlons de personnes physiques et non pas de structure ». Ce nouveau nom, adopté en février, suit les « différentes étapes par lesquelles est passée la communauté musulmane de France », a-t-il dit, alors que certains observateurs voient plutôt dans ce processus un moyen de redorer l’image de l’UOIF ternie par ses liens supposés avec l’islam politique des Frères musulmans.

(…) 20minutes.fr

 

 

 

Les «Musulmans de France» appellent à voter contre le Front national

 

Réunis ce week-end en congrès annuel au Bourget, les « Musulmans de France », nouveau nom depuis le 15 avril de l’Union des organisations islamiques de France (UOIF), ont appelé à voter contre le Front national, à travers leur président, Amar Lasfar.

« Nous le disons sans réserve : préservons la France, notre pays, de la menace de l’extrême droite, a-t-il martelé. Et je ne dis pas cela parce que son parti politique réclame notre dissolution tous les quatre matins, non. C’est bien parce que les idées racistes, antisémites et xénophobes sont un péril pour notre pays, péril moral et institutionnel. »

[…] Amar Lasfar a expliqué comment ce mouvement « a évolué idéologiquement et structurellement » pour démontrer qu’« être musulman et français était parfaitement compatible ». […]

Le Figaro

 

 

Présidentielle : déçus par Hollande, pour qui les musulmans vont-ils voter ?

 

En 2012, de nombreux musulmans avaient voté François Hollande par rejet de Nicolas Sarkozy. Mais cette année la déception du quinquennat socialiste rebat les cartes. Cette question a fait l’objet d’un débat, samedi, lors des rencontres annuelles des Musulmans de France qui se tiennent jusqu’à lundi au Bourget.

Cette question a fait l’objet d’un débat, samedi, lors des rencontres annuelles des Musulmans de France qui se tiennent jusqu’à lundi au Bourget.

Si plusieurs intellectuels de l’islam, dont le médiatique Tariq Ramadan, appellent à s’abstenir en guise de protestation. Cette position est combattue par Nabil Ennasri, président du collectif des musulmans de France. Aucune consigne de vote n’a été donnée, mais un mot d’ordre a été passé : aller voter dimanche prochain. Un cap qui s’annonce dur à tenir pour les nombreux indécis, de gauche comme de droite. […]

 

 

 

Marine Le Pen dénonce le scandale des Indigènes de la République formant les professeurs

 

Commenter cet article