Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
troisiemeguerremondiale.net

troisiemeguerremondiale.net

Affirmer que l'Islam est une religion de paix, c'est admettre que la charia et le djihad sont des préceptes humanistes. Ce blog a pour but de démontrer que nous nous dirigeons droits vers une guerre de religion

Publié le par 3guerremondiale
Publié dans : #Les infos les plus cruciales

_________________

Le 13 avril 2017

 

 

Syrie: frappe de la coalition contre un dépôt d'armes chimiques de l'EI, des victimes

 

(14 hs 25)

La coalition internationale a porté mercredi une frappe contre un dépôt d’armes chimiques appartenant à Daech à Deir ez-Zor, faisant des centaines de victimes, a annoncé l’État-major syrien. L’incident prouve que les terroristes possèdent des armes chimiques, affirme l’armée syrienne.

Une frappe portée mercredi par la coalition menée par les États-Unis contre un dépôt d'armes chimiques appartenant à Daech dans la région de Djalta, près de la ville de Deir ez-Zor, a provoqué l'intoxication de centaines de personnes, a annoncé le commandement des forces armées syriennes dans un communiqué diffusé par l'agence syrienne Sana.

Selon l'agence, le raid aérien a été mené mercredi à 17h30 (heure locale) et a permis d'éliminer un grand nombre de terroristes de Daech, y compris plusieurs étrangers engagés à leurs côtés.

Suite à la frappe, « un nuage de fumée blanche, puis jaune s'est formé » au-dessus du lieu de l'attaque, «ce qui témoigne de la présence importante de substances toxiques», indique le document dont Sputnik a obtenu une copie. « L'incendie sur les lieux a duré jusqu'à 22h30 », précise le communiqué.

Lire la suite

 

 

 

 

La Corée du Nord annonce un «événement très important» qui pourrait être un essai nucléaire

 

Plusieurs images satellites datées de mercredi, sur lesquelles se basent ces experts, montrent ainsi « une activité continue autour du portail nord, de nouvelles activités dans la zone administrative principale et du personnel près du centre de commandement ». De précédentes images satellites datées du 25 mars montraient déjà des préparatifs en vue d’un nouveau test nucléaire en Corée du Nord, selon « 38 North ».

« Un événement important » jeudi

La Corée du Nord aurait « apparemment placé un engin nucléaire dans un tunnel » qui pourrait être lancé d'ici à samedi matin, affirme par ailleurs la radio Voice of America, qui cite plusieurs responsables américains sous couvert de l’anonymat.

Jeudi, l'agence officielle nord-coréenne KCNA a rapporté que Kim Jong-un avait assisté depuis un poste d'observation à des manoeuvres consistant au parachutage depuis des appareils légers de commandos des forces spéciales qui sont tombés «comme la grêle» pour «aller détruire sans pitié des cibles ennemies». Tout sourire, le leader nord-coréen a couvert ses troupes d'éloges pour leur précision, expliquant que «les balles semblent avoir leurs propres yeux», rapporte KCNA, qui ne dit pas quand ces exercices ont eu lieu.

Le régime communiste a prévu de célébrer samedi le 105e anniversaire de Kim Il-sung, son fondateur, des cérémonies qui sont souvent le prétexte à un déploiement de forces militaires. Par ailleurs, le régime communiste a demandé à quelque 200 journalistes étrangers qui se trouvent à Pyongyang pour couvrir l’événement de se préparer à « un événement important » jeudi, sans plus de précisions

Source

 

Corée du Nord: Comment 200 journalistes se sont fait duper par Kim Jong-Un

 

Une déclaration de guerre ou le lancement d’un nouveau missile nucléaire ? Les journalistes s’attendaient à tout sauf à ça. Convoqués par le pouvoir nord-coréen pour un « événement important », ils ont en fait assisté… à l’inauguration d’une nouvelle avenue à Pyongyang, la capitale. Parmi eux, de nombreux journalistes étrangers, dont des Américains venus de loin. Cet épisode était prévisible, d’après Dorian Malovic, coauteur du livre La Corée du nord en 100 questions (Tallandier).

Comment interpréter cette « grande annonce », qui a déçu les journalistes présents sur place ?

Pour les Nord-Coréens, ce nouveau quartier, avec de grands immeubles et des centres commerciaux, c’est un gros événement. D’autant plus que la présence du leader Kim Jong-un était annoncée.

Souvenez-vous des famines des années 90. Quand il a pris le pouvoir, Kim Jong-un a annoncé que plus jamais le peuple nord-coréen ne mourrait de faim. Il a enclenché un processus de réforme économique, de libéralisation des affaires. Chaque avancée du régime dans ce domaine est célébrée. La déception des journalistes prête à sourire. Ils étaient tous rassemblés dès 6h20 ce matin. A quoi s’attendaient-ils ?

Lire la suite

 

 

 

Attaque chimique en Syrie: Trump traite Assad de "boucher"

 

Donald Trump a déclaré ce mercredi :

"Il est temps de mettre fin à cette guerre civile brutale, de vaincre les terroristes et de permettre aux réfugiés de revenir chez eux", a déclaré le président américain lors d'une conférence de presse à la Maison Blanche, au côté du secrétaire général de l'Otan Jens Stoltenberg. 

Donald Trump a qualifié de "boucher" le président syrien accusé par les pays occidentaux d'avoir été l'instigateur de cette attaque. "Des jeunes enfants qui meurent. Des bébés qui meurent. Des pères qui tiennent leurs enfants morts dans leurs bras. Des enfants morts. Il n'y a pas pire à voir et ça ne devrait pas être permis. C'est un boucher. C'est un boucher. C'est pourquoi nous devions faire quelque chose à cet égard", a-t-il déclaré. 

(..)

Dans une interview à la télévision Fox Business diffusée mercredi matin, le président américain avait estimé que "quand on balance du gaz, des bombes ou des barils d'explosifs [...] au milieu d'un groupe de gens [...] on est un animal". 

(..)

Juste avant la conférence de presse, la Russie a posé son veto à un projet de résolution du Conseil de sécurité réclamant une enquête sur l'attaque chimique, bloquant pour la huitième fois toute action de l'ONU contre son allié syrien. 

Lire la suite

 

 

 

La Russie bloque l'enquête sur l'attaque chimique en Syrie : le veto de trop ?

 

De façon prévisible, la Russie a posé mercredi 12 avril son veto à un projet de résolution du Conseil de sécurité de l'ONU, qui demandait une enquête internationale sur l'attaque chimique survenue la semaine dernière dans le nord de la Syrie, imputée au régime de Bachar al-Assad. Rédigée par trois autres membres permanents du Conseil, les Etats-Unis, la France et le Royaume-Uni, la résolution visait à répondre au raid aérien qui a frappé le 4 avril la localité de Khan Cheikhoun, faisant 87 morts dont 31 enfants. 

(..) Le texte exigeait que les autorités syriennes fournissent les détails des activités militaires de l'armée syrienne le jour de l'attaque ainsi que les noms des commandants des escadrons aériens, et donnent aux enquêteurs un accès aux bases aériennes. C'était visiblement trop de soupçons pour Moscou, qui avait qualifié le texte d'"inacceptable". C'est la huitième fois, en six ans de guerre, que la Russie dégaine son veto pour protéger son allié syrien.

(..) François Hollande a rapidement réagi, mercredi soir, en déplorant que la Russie ait pris "une lourde responsabilité"

Source

 

Il s'agit d'une nouvelle version pratiquement inchangée du projet de résolution présenté la semaine dernière par les mêmes pays. Le projet contient un appel adressé aux autorités syriennes à ouvrir l'accès des bases aériennes pour les experts de l'Onu et de l'Organisation pour l'interdiction des armes chimiques (OIAC).

Selon le ministère russe des Affaires étrangères, ce texte « prévoit de lancer une enquête réelle au lieu de nommer les coupables avant qu'on fasse la lumière sur cette affaire ».

Source russe

 

 

Lavrov: La Russie ne soutiendra pas les accusations gratuites contre Damas

 

Suite au veto russe opposé hier au projet de résolution sur l’attaque chimique en Syrie, le chef de la diplomatie russe, Sergueï Lavrov, a affirmé que la Russie ne permettrait pas d’adopter une résolution qui accuserait les autorités syriennes sans présenter suffisamment de preuves.

Moscou exige une enquête sur l'attaque chimique de Khan Cheikhoun et ne soutiendra pas les tentatives de faire passer « en douce » une résolution accusant Damas sans preuves, a déclaré le ministre russe des Affaires étrangères Sergueï Lavrov.

« Nous ne pouvons pas soutenir et ne soutiendrons pas les tentatives d'adopter une résolution au Conseil de sécurité de l'Onu accusant gratuitement, en douce, et sans aucune enquête les autorités syriennes », a-t-il affirmé.

Lire la suite

 

 

La Syrie demande l'ouverture d'une enquête impartiale sur l'utilisation d'armes chimiques

 

Après Moscou et Téhéran, Damas a officiellement exigé que l'Organisation pour l'interdiction des armes chimiques mène une enquête impartiale et transparente à Khan Cheikhoun et sur la base d'Al-Chaayrate pour déterminer la présence d'armes chimiques.

Le 12 avril, le représentant permanent de la Syrie auprès de l'ONU, Bachar el-Jaafari, a envoyé une lettre à l'Organisation pour l'interdiction des armes chimiques (OIAC). Il y demande l'ouverture d'une enquête approfondie sur la présence d'armes chimiques à Khan Cheikhoun, près d'Idlib, où, selon les accusations de Washington, elles auraient été utilisées par le gouvernement de Bachar el-Assad contre la population civile.

Damas demande également à ce que la base aérienne d'Al-Chaayrate, près de Homs, bombardée le 7 avril par les Etats-Unis qui assuraient que des armes chimiques y étaient stockées, fasse l'objet d'une inspection. 

«Dans le cadre de sa coopération avec l'OIAC, la Syrie a demandé au directeur général de l'Organisation d'envoyer une mission composée de spécialistes pour mener une enquête impartiale et transparente à Khan Cheikhoun et Al-Chaayrate afin de déterminer exactement ce qu'il s'y est passé. La Syrie est prête à fournir un accès à sa base militaire pour que les enquêteurs y fassent des analyses et déterminent la présence ou non de gaz sarin», a déclaré Bachar el-Jaafari dans un communiqué.

(..)

«La seule manière d’obtenir et de présenter à l’ensemble de la communauté internationale une preuve objective de la présence supposée de substances toxiques à Al-Chaayrate est d’[y] envoyer une mission d’experts professionnels», avait déclaré le porte-parole du ministère russe de la Défense Igor Konachenkov.

Source  RT site Russe

 

 

Accusations de raid chimique en Syrie : pour Assange, «la CIA n'a aucune crédibilité en la matière»

 

Lors d'un entretien avec la journaliste Laura Ingraham, le lanceur d'alerte et fondateur du site Wikileaks est revenu sur l'attaque chimique présumée en Syrie imputée par Washington à Bachar el-Assad. Pour lui, le manque de preuves est criant.

«Lorsqu'on se demande à qui profite le crime, cette histoire ne sent pas bon», a déclaré Julian Assange, le 11 avril, lors d'une émission de radio animée par la célèbre journaliste américaine Laura Ingraham.

Accusations de raid chimique en Syrie : pour Assange, «la CIA n'a aucune crédibilité en la matière»

Le fondateur du site Wikileaks s'exprimait ainsi sur les récentes attaques chimiques en Syrie du 4 avril, que les Etats-Unis attribuent sans preuves à Bachar el-Assad, et qui ont servi de motif officiel au bombardement américain contre la base militaire syrienne d'al-Chaayrate du 7 avril.

«Ceci dit, les gens font parfois des choses stupides. Il est donc théoriquement possible qu'Assad l'ait fait. Mais [...] la CIA n'a aucune crédibilité en la matière», a poursuivi Julian Assange.

«Jusqu'à ce que nous ayons accès à des preuves publiques, nous devons simplement parler [d'attaque chimique] "présumée". Je suis assez gêné par le fait que de nombreux journalistes du New York Times ou d'ailleurs affirment qu'il y a eu une attaque. C'est une chose que l'administration américaine prétend, mais nous ne savons pas où se trouvent les preuves», a-t-il conclu.

Lire la suite

 

 

 

 

Pour Trump, l'Otan n'est plus "obsolète", mais un "rempart pour la paix internationale"

 

 

Moscou espère que les USA n’attaqueront pas la Syrie simplement parce qu'ils le veulent

 

La Russie espère que les États-Unis se montreront raisonnables et ne bombarderont plus la Syrie tout simplement en raison des caprices de quelqu’un à la Maison-Blanche.

Moscou espère que les États-Unis ne bombarderont plus la Syrie tout simplement parce que quelqu'un à Washington le veut, a déclaré la porte-parole du ministère des Affaires étrangères Maria Zakharova.

« Je refuse de croire qu'un grand pays comme les États-Unis peut agir de la même manière qu'il a agi depuis des décennies. Après tout, nous vivons en 2017, pas dans les années 1970, 1980 et même dans les années 1990, lorsque des frappes ont été effectuées tout simplement parce que quelqu'un à Washington le voulait », a déclaré la diplomate russe.

Évoquant la récente frappe de missiles US contre une base aérienne en Syrie, elle a souligné qu'une telle politique, effectuée à l'encontre du droit et de la communauté internationale, sapait les piliers du mécanisme collectif de prise de décisions.

« Il y a le droit international, il y a la communauté internationale […] de telles attaques portent un coup, non seulement au territoire syrien, mais aussi à la base collective de prise de décisions les plus importantes du monde », a déclaré Mme Zakharova lors d'un briefing.

Lire la suite

 

 

 

 

 

Rakhmat Akilov, le terroriste de Stockholm, avait tenté de rejoindre la Syrie

 

Rakhmat Akilov, qui a avoué être l’auteur de l’attentat au camion bélier à Stockholm, avait tenté de rejoindre l’organisation Etat islamique en Syrie via la Turquie, a indiqué jeudi une source policière ouzbèke citée par les agences de presse russes.

Selon cette source, Akilov, Ouzbek mais de la minorité tadjike, avait tenté de passer en 2015 la frontière entre la Turquie et la Syrie mais avait été arrêté puis renvoyé en Suède, où il vivait.

La même source a ajouté que les autorités ouzbèkes avaient émis en février un mandat d’arrêt international contre Rakhmat Akilov après l’ouverture d’une information judiciaire pour « extrémisme religieux ».

[…]

Il avait déposé une demande de permis de séjour en 2014, pour laquelle il avait été débouté en juin 2016. En décembre 2016, l’Office des migrations l’avait informé qu’il avait quatre semaines pour quitter le pays.

Source

 

 

Explosions à Dortmund : la piste islamiste privilégiée, le suspect interpellé est un Irakien de 25 ans (MàJ)

 

Après les explosions visant un bus de l’équipe de football du Borussia Dortmund, le Parquet allemand n’exclut aucune piste. Mais la police allemande examine surtout la piste islamiste excluant celle d’extrême gauche. Deux suspects « islamistes » ont été identifiés, dont un a été interpellé, annonce le Parquet.
RTBF

 

 

En bref - L'actualité de France

 

11/04: (59) Coups de couteau entre migrants Afghans et Kurdes: le camp en feu (source)
11/04: (06) Un réfugié Tchétchène récidiviste poignarde un vigile au couteau (source)
11/04: (77) Fermeture de la mosquée Rahma de Torcy légitimant le djihad armé (source)
11/04: (94) Rimka et Benzé: enorme traffic de cannabis entre le Maroc et la France (source)
11/04: (59) Mehdi.B condamné pour avoir arraché le collier d’une octogénaire (source)
10/04: (95) Alhousayne.B, 14 fois condamné, gazait et volait les personnes âgées (source)
10/04: (62) Un policier blessé après une rixe entre plus de 20 migrants à Calais (source)
10/04: (78) La profession de foi de Daech tagué sur le panneau du commissariat (source) )

 

 

17 393 individus sont inscrits au fichier des signalements pour la prévention de la radicalisation terroriste

 

La mesure de la radicalisation n’est évidemment pas une science exacte. On ne peut guère se fonder que sur les signalements traités par l’UCLAT pour avoir une vue globale de la situation.

Les chiffres qui suivent sont actualisés à la date du 1er mars 2017 ; ils prennent en compte les individus signalés par les services et le Centre national d’assistance et de prévention de la radicalisation (CNAPR), qui gère la plateforme téléphonique nationale de signalement, ainsi que les « objectifs » créés par les services spécialisés.

A. LES CHIFFRES DE L’UCLAT

1. Individus inscrits au fichier de traitement des signalements pour la prévention de la radicalisation à caractère terroriste (FSPRT)

Au total, 17 393 individus étaient inscrits au FSPRT, dont :

– 7 400 individus signalés par les préfectures via les États-Majors de Sécurité (EMS) ;

– 5 346 individus signalés par le public via le CNAPR ;

– 5 799 objectifs inscrits par des services de police ou gendarmerie.

Tous ces individus ne sont pas nécessairement contrôlés en permanence. Un certain nombre d’entre eux sont dits « clôturés » : les services estiment qu’ils ne nécessitent plus de surveillance, mais ils demeurent au FSPRT du fait des signes de radicalisation ayant été constatés. D’autres encore sont dits « en veille » : ils ne nécessitent plus de suivi actif mais restent néanmoins attribués à un service.

2. Origine des signalements validés par le CNAPR

Sur 5 651 signalements validés par le CNAPR :

· 3 939 provenaient d’appels au numéro vert ;

· 770 provenaient du formulaire internet du site du ministère de l’Intérieur ;

· 941 provenaient des courriels des services de police et de gendarmerie36(*).

Par ailleurs, 2 046 individus ont été formellement identifiés sur une zone de combat en Syrie et en Irak et 249 individus présumés décédés ont été recensés.

Répartition totale des signalements CNAPR + EMS depuis le 29 avril 2014

 

 

(…) Senat.Fr

 

 

Malaise de Clémentine Autain à l’évocation du point 62 du programme de Mélenchon

 

«Vous sortez des traités européens, vous sortez de l’Otan, vous sortez de l’OMC, mais la France ne reste pas seule puisque chapitre 62, nous adhérons à l’Alliance bolivarienne, dont les principaux pays membres sont Cuba et le Venezuela et les pays observateurs, la Russie et l’Iran. Cuba et le Venezuela ne sont pas des démocraties, et la Russie et l’Iran non plus», relève le journaliste.

Voir la vidéo sur F de Souche

Lire aussi :  Qu'est-ce que l'Alliance bolivarienne que souhaite rejoindre Mélenchon ?

 

 

 

Marine Le Pen va porter plainte après la tentative d'incendie de son QG

 

La candidate du Front national à l'élection présidentielle pointe du doigt «les groupuscules d'extrême gauche» tandis que le ministre de l'Intérieur dénonce des «actes inacceptables».

Le rez-de-chaussée de l'immeuble accueillant le QG de campagne de Marine Le Pen à Paris a fait l'objet, dans la nuit de mercredi à jeudi, d'une tentative d'incendie sans gravité, et un tag faisant mention du FN a été retrouvé, rapporte l'AFP. Les pompiers sont intervenus peu avant 3 heures du matin dans une agence d'assurances située au rez-de-chaussée du 262 rue du Faubourg Saint-Honoré pour un feu «rapidement maîtrisé» qui a «dégradé une porte et un paillasson», a indiqué un porte-parole des pompiers. L'origine du feu n'est «pas naturelle, probablement d'origine criminelle», a précisé une source policière. Une inscription «FN vs KLX» avait été taguée sur la façade. Un groupe affirmant s'appeler «Combattre la xénophobie»

(..) Contactée jeudi par Le Figaro, la présidente du Front national a indiqué avoir l'intention de porter plainte tout en s'étonnant avoir été informée de cette tentative d'incendie en écoutant BFMTV ce matin. «Les services de l'Etat ne nous ont pas contactés pour nous en informer», a-t-elle ajouté sur France 2. Au Figaro, elle pointe du doigt «les groupes d'extrême gauche qui s'agitent en fin de campagne. Ils agissent dans une impunité totale, depuis des mois, avec la complaisance du gouvernement» a accusé la candidate à la présidentielle

Lire la suite

 

 

Kosovo, une chrétienté en péril.

 

Le Kosovo-Métochie est une terre où la chrétienté orthodoxe est présente depuis plus de 700 ans.

Ce documentaire, diffusé sur la chaîne KTO, est une sorte d’état des lieux de la situation dans laquelle perdurent la tradition et la présence serbe orthodoxe, comment elle se maintient en vie dans ses monastères et rayonne dans ses villages, chez les fidèles. Une communauté soumise à épreuve face à la tentation de radicalisation d’un Islam démographiquement majoritaire au Kosovo.

Qu’est-ce que le Kosovo ? Que représente-t-il pour vous ? Quel avenir y voyez-vous ? C’est en résumé les questions essentielles que les auteurs ont posées aux intervenants. (infos via F de souche)

 

 

Libye : l’ONU dénonce des marchés où les migrants africains sont vendus comme esclaves

 


L’Organisation mondiale pour les migrations dénonce l’existence de marchés aux esclaves en Libye et notamment dans le sud-ouest du pays. Des migrants sub-sahariens rescapés témoignent que ces marchés aux esclaves sont tenus par des Libyens avec l’aide de ressortissants ghanéens et nigérians.
Le chef de mission pour la Libye de l’organisation mondiale pour les migrations, Othman Belbeisi, explique que les marchés se tiennent à ciel ouvert et qu’on peut y acheter un migrant pour quelques centaines d’euros…

Commenter cet article