Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
troisiemeguerremondiale.net

troisiemeguerremondiale.net

Affirmer que l'Islam est une religion de paix, c'est admettre que la charia et le djihad sont des préceptes humanistes. Ce blog a pour but de démontrer que nous nous dirigeons droits vers une guerre de religion

Publié le par 3guerremondiale
Publié dans : #Les infos les plus cruciales

_________________

Le 13 mars 2017

 

La tenue d'un meeting électoral turc à Metz critiquée à gauche comme à droite

 

À l'inverse de plusieurs pays européens, la France a autorisé la tenue, dimanche, d'un meeting pro-Erdogan à Metz, en présence du ministre turc des Affaires étrangères.

 

Turquie : Erdogan menace les Pays-Bas

 

Info du 12 au soir

Ankara répond avec vigueur au gouvernement néerlandais qui a refoulé en 24 heures deux ministres turcs sur son sol. Le président Recep Tayyip Erdogan s’est même fait menaçant.

« Si vous sacrifiez les relations turco-néerlandaises pour vos élections de mercredi, vous en paierez le prix » a-t-il lancé devant ses partisans.

 Notes : On reconnait bien le dialogue victimaire d'un pur produit islamique
Des racistes en Europe  ! sauf que l’Islam n'est pas une race
Hé, puis pour un pays a 99% musulman (parce qu'ils ont massacré leur propre population chrétienne) il est pas conseillé de donné des leçons d'anti raciste aux autres

 

L'ex-branche d'Al-Qaïda revendique le double attentat de Damas

 

Le Front Fateh al-Cham, ex-Al-Qaïda en Syrie, a revendiqué dimanche le double attentat qui a fait la veille 74 morts, dont de nombreux pèlerins chiites, dans la vieille ville de Damas.

"Samedi (...) une double attaque a été menée par deux héros de l'islam (...) au coeur de la capitale Damas, faisant des dizaines de morts et de blessés", a indiqué le groupe jihadiste sunnite dans un communiqué.

43 des victimes de l'attentat sont des pèlerins irakiens chiites, venus se recueillir dans les mausolées situés dans la vieille ville, selon L'Observatoire syrien des droits de l'Homme (OSDH). L'attentat a en outre tué 11 civils syriens et 20 combattants prorégime.

Le groupe jihadiste affirme que cette attaque est "un message à l'Iran et à ses milices"...

Lire la suite

 

 

Bachar el-Assad rencontre des députés européens et accuse l'UE de propagation du terrorisme

 

Lors d’une rencontre entre le président syrien et une délégation du Parlement européen, Bachar el-Assad a fustigé l’UE qui, selon lui, a soutenu l’extrémisme en Syrie, causant un afflux migratoire vers l'Europe et la propagation du terrorisme.

«Les mesures adoptées par plusieurs pays européens vis-à-vis de la Syrie – et des pays du Moyen-Orient en général – qui consistent à soutenir l’extrémisme et imposer des sanctions économiques contre Damas ont mené à la situation actuelle : la propagation du terrorisme et l'afflux massif de réfugiés dans ces pays [européens]», a déclaré le président de la Syrie Bachar el-Assad le 12 mars à Damas, dans des propos rapportés par l’agence de presse syrienne Sana. Cette intervention du chef d'Etat syrien a eu lieu à l'issue d'une rencontre avec une délégation de parlementaires européens présidée par Javier Couso, vice-président du Comité des Affaires étrangères du Parlement européen.

Lire la suite

 

 

Mossoul : le groupe Etat islamique commence à "s'effondrer"

 

 

Frankenthal (All.) : un demandeur d’asile égyptien attaque les passants au couteau, 4 blessés

 

[Communiqué de la police :]

« Ce soir, 12 mars 2017, vers 19 h, un habitant de Frankenthal âgé de 29 ans a blessé plusieurs passants dans le centre-ville de Frankenthal. Cet Égyptien de 29 ans a fréquenté dans la soirée un bar [ bar à chicha, dit une autre source] situé prés du parc Willi-Brand. Il a voulu quitter ce bar sans payer ses consommations. Le patron lui a couru après et l’a interpellé devant la bar. l’homme a alors sorti un couteau et s’est enfui en direction du centre-ville. Selon ce que l’on sait à l’heure actuelle, quatre personnes ont été agressées par le fugitif et blessées au couteau. Ces blessures ne présentent pas un caractère de gravité.

L’homme de 29 ans a été arrêté par la police.

L’enquête policière est en cours. »

(Traduction Fdesouche)

Source

 

Carlos, un vétéran du terrorisme d'extrême gauche

 

Jugé ce lundi 13 mars pour l'attentat meurtrier du Drugstore Publicis en 1974, à Paris, Ilich Ramirez Sanchez, dit Carlos ou le Chacal, est une incarnation majeure du terrorisme d'extrême gauche des années 1970-1980. Retour sur son parcours.  

Soucieux de valoriser une notoriété affaiblie par deux décennies de détention et un engagement daté, l'ancien combattant du Front populaire pour la libération de la Palestine (FPLP) a profité de ses dernières apparitions pour réaffirmer son engagement « révolutionnaire ». Son parcours offre avant tout une rétrospective dans certaines coulisses de la guerre froide.

Militantisme violent

Né en 1949, au sein d'une famille vénézuélienne aisée, Carlos adhère tôt à l'idéologie communiste de son père -- qui a donné à ses trois fils les prénoms du leadeur de la révolution russe Lénine. Après un passage à Moscou, il rejoint la Jordanie en 1970 et rallie la cause FPLP, au nom duquel il souhaite d'emblée « faire la guerre ». Ce militantisme violent se concrétise, au cours des années 1970-1980, par de nombreuses actions terroristes en Europe. La prise d'otages des ministres de l'Organisation des pays exportateurs de pétrole (Opep) à Vienne en 1975 le fait sortir de l'ombre.

 

 -

Le 23 décembre 1975, Carlos sort de l'ombre. Ici coiffé d'un béret, en référence à Che Guevara, sur le tarmac de l'aéroport d'Alger après la prise d'otages de Vienne.(AP/MICHEL LIPCHTIZ)

 

 

En France, ennemi public n o 1

En France, Carlos devient l'ennemi public n o 1 après le triple meurtre de la rue Toullier, en 1975, où il abat deux policiers de la DST (ex-DGSI). Ce crime, puis une sanglante série d'attentats en 1982-1983, lui valent les peines de perpétuité qu'il purge actuellement à la centrale de Poissy (Yvelines).

Justifiant la violence au nom de la lutte contre le capitalisme ou pour la cause palestinienne, Carlos a noué des alliances avec de nombreux groupes armés (Cellules révolutionnaires allemandes ou Armée rouge japonaise). Et sillonné en mercenaire, au gré de ses missions ou de « services rendus », de nombreux pays de l'ex-bloc de l'Est, d'Afrique et du Proche-Orient.

Arrêté au Soudan

Enlevé par la DST en 1994 au Soudan, où il s'était réfugié, Carlos a longtemps été détenu à l'isolement. Le Chacal, à qui le réalisateur Olivier Assayas a consacré un film qui n'était pas de son goût, a pourtant su continuer à faire parler de lui. En embrassant l'islam puis en épousant religieusement l'avocate Isabelle Coutant-Peyre, l'une de ses conseils. En affichant son soutien, au risque de l'incohérence, tant à Jean-Marie Le Pen qu'aux mouvements terroristes islamistes. Il entend bien, pressent M e Coutant-Peyre, faire de ce procès, dont il conteste la légitimité, « une tribune ».

Source

 

Notes : Le plus ancien terroriste, et c'était un collabo de l'extrême gauche pro islamique ! (il en a encore beaucoup de nos jours) . D’ailleurs comme il est écrit il a fini par se convertir à l’Islam (voir aussi mon dossier)

Je pense que c'est le côté antisémite de Jean-Marie le Pen qui plaisait as Carlos .

Voilà ce que l'on peut lire d'autre sur le net

" En , il déclare « J’ai eu un profond soulagement en voyant les héroïques opérations de sacrifice du 11 septembre 2001 ». Il publie une autobiographie en intitulée L'islam révolutionnaire. Dans ce livre, il soutient Oussama ben Laden et ses attaques contre les États-Unis, ainsi que Saddam Hussein pour avoir résisté aux États-Unis, appelant celui-ci le dernier chevalier arabe. "

 

 

Italie : les «migrants» de plus en plus présentés comme des «clandestins» ou des «irréguliers»

 

 

Selon le rédacteur en chef adjoint du quotidien italien La Repubblica, les mots employés dans les documents officiels et le débat public ont évolué : ceux que l’on appelait simplement «migrants» deviennent de plus en plus souvent des «clandestins» ou des «irréguliers».

Le climat évolue, y compris en Italie. Cela transparaît dans les mots employés dans les documents officiels et le débat public: ceux que l’on appelait simplement «migrants» deviennent de plus en plus souvent des «clandestins» ou des «irréguliers», autant de termes en vogue à l’époque de Silvio Berlusconi, dont le gouvernement était ouvertement soutenu par la Ligue du Nord, un parti à vocation xénophobe. [...]

Le Figaro

 

 

 

_________________

Le 12 mars 2017

 

Le drapeau néerlandais arraché au consulat d’Istanbul et remplacé par le drapeau turc

 

Des manifestants ont arraché le drapeau néerlandais au consulat des Pays-Bas à Istanbul dimanche, en pleine crise avec La Haye qui a expulsé une ministre turque, selon une journaliste de l’AFP sur place.

Les manifestants ont remplacé le drapeau néerlandais par le drapeau turc. Les Pays-Bas ont également empêché samedi la venue du chef de la diplomatie turque qui devait participer à un meeting de soutien au président Recep Tayyip Erdogan.

Le Figaro

 

 

Rotterdam: la ministre turque expulsée vers l'Allemagne

 

La ministre turque venue à Rotterdam (Pays-Bas) pour assister à un meeting est en cours d'expulsion vers l'Allemagne, d'où elle était arrivée, a déclaré dans la nuit de samedi à dimanche le maire de Rotterdam, tandis que la police a dispersé des manifestants.
La ministre turque de la Famille, Fatma Betül Sayan Kaya, arrivée à Rotterdam en voiture dans la soirée de samedi, est "sur la route entre Rotterdam et l'Allemagne", reconduite à la frontière par la police néerlandaise, a déclaré à la presse le maire de la ville, Ahmed Aboutaleb. "Elle a été expulsée vers le pays d'où elle était venue", a-t-il dit.
Au même moment, la police néerlandaise a dispersé, à l'aide de canons à eau, les manifestants qui s'étaient rassemblés à Rotterdam pour protester contre l'interdiction de la venue du ministre turc des Affaires étrangères.
Après plusieurs heures de calme tendu, les policiers, pour certains à cheval, ont commencé à disperser le millier de manifestants massés aux alentours du consulat de Turquie dans la ville portuaire néerlandaise, ont constaté des journalistes de l'AFP.

Plus tôt dans la journée, le ministre turc des Affaires étrangères Mevlut Cavusoglu a été interdit d'entrée aux Pays-Bas, ce qui a provoqué une crise diplomatique entre ces deux pays.

Lire la suite

 

 

Turquie : manifestations et mesures de rétorsion contre les Pays-Bas

 

Notes : 40 000 personnes emprisonnées, 125 000 fonctionnaires suspendus, et après les turques crient au respect de la démocratie !!

 

Le ministre Turc refoulé aux Pays-Bas sera en meeting à Metz cet après-midi

 

Le ministre turc des Affaires étrangères, refoulé aux Pays-Bas, a atterri à Lorraine Airport ce samedi soir. Il participe dimanche à Metz à un meeting de soutien au président Erdogan.

Déclaré persona non grata par le gouvernement néerlandais, le ministre des Affaires étrangères turc est arrivé samedi soir à Metz. Mevlut Cavusoglu doit participer dimanche à un meeting de soutien de la diaspora au référendum visant à renforcer les pouvoirs du président Erdogan.

Irfan Buyukbas, à la tête de l’association franco-turque de Sarreguemines, partie prenante de ce rendez-vous initié par la branche lorraine de l’Union des démocrates turcs européens (UETD), a confirmé samedi soir « à 100 % » la présence de Mevlut Cavusoglu à Metz Congrès, vers 13h. Plusieurs centaines de participants pro-Erdogan y sont attendues. Fin novembre, Irfan Buyukbas avait organisé à Sarreguemines une manifestation réunissant 800 participants, en réponse à une mobilisation pro-kurde intervenue quelques jours plus tôt.

La préfecture de la Moselle a également confirmé la venue du ministre turc. Alain Carton, secrétaire général, a expliqué qu’une « salle du centre des congrès est louée par une association turque locale » et que le déplacement du ministre turc en France a été « accepté par le ministère des Affaires étrangères » français.

Aux Pays-Bas en revanche, l’interdiction faite samedi à Mevlut Cavusoglu d’atterrir pour y mener campagne en faveur du président turc a viré à la crise diplomatique : Recep Tayyip Erdogan a accusé La Haye d’entretenir des « vestiges du nazisme ». Des propos qualifiés de « fous » et « déplacés » par le Premier ministre néerlandais Mark Rutte.

Le Républicain Lorrain

 

 

Inquiète pour les relations entre « communautés », Merkel s’adresse aux Allemands d’origine turque

 

Angela Merkel a tenté d’endiguer l’escalade diplomatique longue d’une semaine entre Berlin et Ankara devant le Bundestag ce jeudi. Elle s’est adressée aux Allemands d’origine turque.

Aussi difficile que ce soit en ce moment, ça ne peut être dans notre intérêt géopolitique, en matière de politique étrangère et de sécurité, de laisser la Turquie, une partenaire au sein de l’Otan, s‘éloigner plus encore“, a déclaré la chancelière citée par l’AFP.

Angela Merkel a également mis en garde contre l’importation des tensions en Turquie sur le sol allemand :

“Je veux m’adresser aux personnes qui ont des racines turques, qui ont la nationalité allemande ou bien qui ont vécu ici avec nous pendant de longues années. Ils sont membres de notre pays. Nous ferons tout notre possible pour nous assurer que le conflit national en Turquie ne déstabilise pas les relations à l’intérieur et entre nos communautés“ a poursuivi Merkel.

Face à la chancelière, des députés écologistes portaient un T-shirt en soutien à Deniz Yücel, le journaliste du quotidien allemand “Die Welt”, toujours incarcéré et accusé de terrorisme en Turquie. Berlin demande sa libération immédiate.

Lire la suite

 

 

Comprendre la crise diplomatique entre la Turquie, l’Allemagne et les Pays-Bas
 

Le président turc, Recep Tayyip Erdogan, s’en est pris violemment à Berlin et La Haye après l’annulation de plusieurs meetings en faveur de sa réforme constitutionnelle.
Escalade verbale entre chefs d’Etat, ministres refoulés à la frontière, sanctions… La situation est très tendue entre la Turquie et plusieurs pays européens, notamment l’Allemagne et les Pays-Bas. Ces derniers ont interdit samedi 11 mars l’atterrissage du ministre turc des affaires étrangères et refoulé à la frontière la ministre de la famille, déclenchant la colère d’Ankara. Que se passe-t-il et pourquoi ? Réponse en trois points clés
 
 
 
 
 

Centre commercial bouclé en Allemagne: deux personnes interpellées

 

Selon le principal quotidien allemand Bild, le renseignement intérieur considère comme "presque certain que l'Etat islamique est derrière cette attaque".

Alors que l'Allemagne est sur le qui-vive face à la menace d'attaques djihadistes, la police a fait fermer samedi un centre commercial de la ville d'Essen (ouest) par crainte d'un attentat et enquêtait sur un possible lien avec l'Etat islamique, selon des médias locaux. 

L'alerte "ne concerne que le centre commercial de Limbecker Platz". Les parkings et stations de métro desservant ce centre commercial ont aussi été bouclés. Si aucune saisie d'armes ou d'explosif n'a été annoncée, le site est resté fermé au public pour la journée et la police a indiqué avoir interpellé deux hommes pour les interroger sur cette affaire. 

Un combattant allemand de l'EI aurait commandité l'attaque

Le principal quotidien allemand Bild affirme que les services de renseignements allemands ont eu connaissance, vendredi soir, d'un projet "d'attaque à la bombe du centre commercial par plusieurs kamikazes". Sans confirmer cette information, la police dit avoir ouvert une enquête criminelle depuis la veille. 

Toujours selon Bild, "l'Office de protection de la Constitution [le BfV, le renseignement intérieur] considère comme presque certain que l'Etat islamique est derrière cette attaque". Une information également donnée par la télévision publique allemande.  

Lire la suite

 

Notes :La police allemande est depuis quelques jours en état d'alerte maximum , c'est que les menaces doivent être très sérieuses

 

 

Allemagne : rejet d’un projet de loi visant à expulser les migrants maghrébins

 

La chambre haute du Parlement allemand a rejeté vendredi un projet de loi visant à débouter plus facilement les demandeurs d’asile algériens, marocains et tunisiens, un revers pour la chancelière Angela Merkel qui veut réduire le nombre de migrants.

Adopté l’an dernier par les députés de la chambre basse, le Bundestag, ce texte controversé n’a pas trouvé de majorité au sein du Bundesrat, qui représente les États régionaux (Länder), notamment en raison de l’opposition des Verts et de la gauche radicale Die Linke.

Concrètement, le gouvernement voulait inscrire ces trois pays du Maghreb sur sa liste des pays dits « sûrs », comme c’est déjà le cas pour les pays des Balkans non membres de l’UE, ce qui aurait permis aux services de l’immigration de rejeter de façon quasi-automatique les demandes d’asile de leurs ressortissants, sans même avoir à motiver ces refus. (…)

Le ministre de l’Intérieur, Thomas de Maizière, a déploré la décision du Bundesrat, évoquant « un mauvais jour dans nos efforts pour stopper l’immigration illégale ». Après avoir accueilli plus d’un million de demandeurs d’asile depuis 2015, l’Allemagne cherche désormais à renvoyer plus rapidement ceux qui ont été déboutés.

Le sujet est devenu très sensible, notamment depuis les agressions commises sur des femmes le soir du Nouvel An 2015 à Cologne, attribuées par la police à des hommes originaires d’Afrique du Nord. Le cas du Tunisien Anis Amri, auteur de l’attentat perpétré en décembre à Berlin (12 morts), avait également créé une vive polémique. Malgré le refus de sa demande d’asile, celui-ci n’avait jamais été expulsé en raison de quiproquos administratifs.[...]

Jeune Afrique

 

 

Etats-Unis: un juge suspend le nouveau décret migratoire de Trump

 

Le nouveau décret migratoire du président américain Donald Trump a rencontré un premier obstacle judiciaire majeur. Un juge fédéral américain a décidé de le suspendre provisoirement pour l'épouse et l'enfant d'un Syrien déjà réfugié aux Etats-Unis.

Un juge fédéral du Wisconsin, William Conley, a rendu un jugement préliminaire s'appliquant uniquement à un Syrien ayant déjà obtenu le droit d'asile aux Etats-Unis et à sa famille. Le magistrat a estimé vendredi que le plaignant "court un grand risque de souffrir un dommage irréparable" si le décret est appliqué.

Le réfugié syrien a choisi de conserver l'anonymat, car son épouse et son enfant vivent toujours à Alep. Il s'agit du premier jugement à l'encontre du nouveau décret qui ferme temporairement les frontières américaines aux réfugiés du monde entier et à tous les citoyens de six pays majoritairement musulmans.

Lire la suite

 

 

Un ministre socialiste autrichien prévient : la route des Balkans est loin d’être fermée

 

Un an après la fermeture de la route des Balkans en Macédoine, le ministre autrichien de la Défense Hans Peter Doskozil (Parti socialiste autrichien) met en garde contre toute forme d’autosatisfaction. « La route des Balkans n’est pas étanche », a déclaré Doskozil au journal « Bild ». [...]
 

[...] « Nous ne pouvons tout de même pas prendre comme point de référence l’année catastrophique que fut 2015. [...] Nous devons considérer les années qui précèdent, et en comparaison avec elles, nous sommes nettement au-dessus de la moyenne, nous allons vers un doublement des chiffres. »

[...]

Bien que la route des Balkans ait été fermée les 9 et 10 mars 2016 entre la Grèce et la Macédoine, plus de 42 000 réfugiés sont arrivés en Autriche en 2016 et plus de 36 000 demandes d’asile ont été déposées. Rien que dans les cinq premières semaines de cette année, il y a eu 3000 arrivées et 2000 demandes d’asile. Il a précisé que 75 pour cent étaient des migrants venus par la route des Balkans.

Doskozil a annoncé des mesures nationales :  » Nous allons renforcer la protection de nos frontières – y compris en utilisant des moyens techniques. » C’est ainsi qu’une surveillance vidéo va être mise en place dans la zone frontalière.

La Slovénie également a mis en garde contre une nouvelle aggravation de la situation migratoire dans les Balkans. « Il y a à nouveau une énorme pression sur la route de Balkans », a déclaré au journal Bostjan Sefic, vice-ministre de l’Intérieur chargé de la sécurité aux frontières et des réfugiés.

(Traduction Fdesouche)

Die Welt

 

 

En bref - L'actualité de France

 

11/03: (06) Fiché S, un Afghan voulait aller au tribunal pour tuer tout le monde (source)
10/03: (75) Un proche des frères Kouachi et un vétéran du djihadisme condamnés (source)
10/03: (14) Un Algérien multirécidiviste condamné agression violente au couteau (source)
10/03: (64) Mohammed.B: apologie du terrorisme, regarde des vidéos de Daesh (source)

 

 

 

Marseille : la policière de la BAC agressée souffre d’une triple fracture faciale (MàJ)

 

Une policière marseillaise de la Brigade anti-criminalité (Bac) a été « sérieusement blessée » au visage samedi matin lors d’une interpellation, a-t-on appris auprès du ministère de l’Intérieur. L’équipage de police, qui intervenait dans le 8e arrondissement de Marseille, à la suite d’un refus d’obtempérer, tentait de contrôler trois individus en état d’ébriété lorsque l’agression a eu lieu, selon un communiqué du ministère.

« Ces derniers se rebellaient, deux d’entre eux agressant la policière en lui assénant de très violents coups de poings et de pieds à la tête. Le sang-froid de ses collègues et l’arrivée rapide de renforts, permettaient l’interpellation des trois hommes, immédiatement placés en garde à vue », poursuit le communiqué.

20 Minutes

 

 

143.000 personnes sans domicile fixe en France

 

Aujourd’hui, un Français sur sept vit sous le seuil de pauvreté. Rencontre avec des sans-abris à Paris et de ceux qui leur viennent en aide.

 

 

INSEE : 59% des ménages dont la personne de référence est africaine habitent dans un logement social

 

En 2013, parmi les ménages dont la personne de référence est africaine, 90,2% % sont locataires, dont 59 % dans le secteur social – contre 46,9% en 1984.

Extraits : Les ménages originaires d’Afrique hors Maghreb sont les moins nombreux à être propriétaires (seulement 13 % en 2013). 51 % d’entre eux sont locataires dans le secteur social (figure 4), soit 14 points de plus qu’en 1996, et leur part dans le secteur locatif libre a fortement diminué (passant de 46 % à 34 %). La moitié des ménages d’origine maghrébine résident dans le secteur social et seuls 24 % sont propriétaires. À l’inverse, les ménages originaires d’Espagne, d’Italie ou du Portugal sont en majorité propriétaires (59 %).

À caractéristiques égales, les ménages immigrés originaires d’Europe, en particulier d’Espagne, d’Italie et du Portugal, sont plus souvent propriétaires ou locataires du secteur libre. Les ménages immigrés originaires du Maghreb et d’Afrique hors Maghreb ont une probabilité cinq fois plus élevée d’habiter dans le secteur social que ceux d’Europe du Sud. Ces effets d’origine sont encore plus importants pour les immigrés étrangers. Le fait d’être resté étranger ou de devenir français a peu d’effet sur la location en secteur libre ou social, mais l’accès à la propriété est plus fréquent chez les ménages immigrés devenus français.

Près de sept nouveaux migrants sur dix sont originaires d’Afrique (plus d’un tiers du Maghreb) et deux sur dix d’Asie. Le motif d’admission au séjour est un motif familial pour 72 % d’entre eux (82 % pour les femmes), tandis que 13 % sont des réfugiés et 9 % sont en France dans le cadre de la migration professionnelle. (Page 85)

Insee, « enquêtes logement 1984 et 2013″

 

 

Irak: découverte d'un charnier avec des centaines de corps

 

Des forces paramilitaires irakiennes ont annoncé samedi avoir découvert un charnier dans la prison de Badouch, près de Mossoul, contenant les corps de centaines de personnes exécutées par les jihadistes du groupe Etat islamique (EI).

Les forces irakiennes ont découvert des dizaines de fosses communes avec plusieurs centaines de corps au cours de leurs opérations militaires lancées pour reprendre à l'EI les larges pans du territoire dont s'étaient emparés les jihadistes depuis juin 2014, notamment pendant l'offensive en cours pour la reconquête de Mossoul, plus grand fief irakien de l'EI.

Lire la suite

 

 

Islamisme, avons-nous été trop bisounours ?

 

 

La France reste peu accueillante avec les migrants

 

Quatre mois après le « geste humanitaire » du démantèlement de la jungle de Calais, la France reste peu accueillante avec les migrants : si quelques uns ont la chance de faire partie de programmes d’intégration expresse, d’autres connaissent la rue pendant des mois, y compris les mineurs isolés.

 

« L’ombre de Geert Wilders plane sur les Pays-Bas » (Arte)

Aux législatives néerlandaises du 15 mars prochain, le candidat du Parti pour la liberté (PVV, Partij voor de Vrijheid), Geert Wilders, est donné gagnant par les sondages.

Ce dernier dénonce le système, veut sortir de l’Europe, stopper l’immigration et renvoyer tous les étrangers dans leur pays. Comment un tel discours peut-il faire mouche aux Pays-Bas ? Les précédentes législatives en 2012 s’étaient pourtant soldées par la victoire nette du VVD (26,5%) – le parti de centre-droit du premier Ministre Mark Rutte. Comment les Pays-Bas en sont-ils arrivés à un tel revirement de situation ? ARTE Info répond à ces questions avec Markus Wilp, directeur du centre d’études des Pays-Bas à l’université de Munster.

« L’islam ou la liberté : c’est notre unique choix » / Slogan de campagne de Geert WIlders.

Lire la suite et voir la vidéo

 

 

Commenter cet article