Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
troisiemeguerremondiale.net

troisiemeguerremondiale.net

Affirmer que l'Islam est une religion de paix, c'est admettre que la charia et le djihad sont des préceptes humanistes. Ce blog a pour but de démontrer que nous nous dirigeons droits vers une guerre de religion

Publié le par 3guerremondiale
Publié dans : #Les infos les plus cruciales

_______________

Le 10 novembre

 

 

Le leader de Daech choisit son successeur

 

Selon les médias irakiens, le chef de Daech Abu Bakr al-Baghdadi serait en train de choisir l'homme susceptible de lui succéder s'il vient à disparaître.

Le chef de l'organisation terroriste de Daech Abu Bakr al-Baghdadi est en train de sélectionner son successeur, annonce la chaîne télévisée Alsumaria, se référant à une source dans la province irakienne de Ninive. « Le service de presse de Daech diffuse un ordre d'al-Baghdadi concernant la nomination d'un chef au poste de son adjoint, ce qui veut dire que ce dernier deviendra son successeur (d'al-Baghdadi, ndlr) s'il meurt», a indiqué l'interlocuteur de la chaîne. Selon lui, la diffusion de cette information sensible constitue un événement sans précédent à Mossoul, les représentants du haut commandement n'étant pas auparavant autorisés à évoquer ce sujet. Toujours selon l'interlocuteur de la chaîne, pour le moment, Daech ne veut pas annoncer le nom du futur successeur de crainte de provoquer une scission dans les rangs des djihadistes.

En savoir plus

 

 

Les services de sécurité américains ont une peur bleue de Donald Trump

 

Suite à la victoire de Donald Trump lors des élections présidentielles, les services de renseignement américains retiennent leur souffle. Que faut-il attendre du nouveau président?

La communauté du renseignement des États-Unis se dit inquiète de l'imprévisibilité de Donald Trump, le nouveau président du pays, écrit le journal The Washington Post. Rappelons au passage que les services de renseignement des États-Unis vont organiser dans les jours à venir des réunions d'information sur la sécurité nationale, destinées au nouveau président américain. « C'est l'inquiétude devant l'inconnu (…). Nous ne savons toujours pas ce qui se cache derrière ses discours enflammés. De quelle façon tout se déroulera-t-il dans les quatre années, voire dans les quelques mois à venir? », poursuit le journal, citant une source au sein des services de sécurité.

En savoir plus

 

 

Etats-Unis et Russie, les nouveaux amis ?

 

La Russie et les Etats-Unis vont-ils se rapprocher, comme l'a souhaité Donald Trump durant sa campagne ? Il est trop tôt pour le dire, mais le nouveau président américain a bien promis de se réconcilier avec Vladimir Poutine. Et qu'en est-il des sanctions prises par Washington contre Moscou dans le cadre du conflit en Ukraine ?

 

 

Quelle politique étrangère pour Donald Trump ?

 

Lorsqu'il était candidat, Donald Trump a multiplié les déclarations fracassantes en matière de politique étrangère, notamment à l'égard des Latinos et de l'immigration en provenance du Mexique.

 

 

L’élection de Trump est un « désastre » selon la confrérie islamiste des Frères Musulmans liée à l’UOIF

La victoire de Donald Trump à l’élection présidentielle américaine rebat totalement les cartes de la géopolitique internationale. En ayant déclaré l’islam radical comme « ennemi prioritaire » des USA, Donald Trump anéantit des années de soutien au djihadisme international par les administrations Bush et Obama. Les Frères Musulmans, proches de l’UOIF, sont effondrés.

Mamdouh al-Muneer, un membre de la direction du parti des Frères Musulmans en Egypte, a déclaré que la victoire de Donald Trump était « un désastre ».

MiddleEast Monitor (source) :

Goliath est redevenu lui-même, avec ses chevaux et ses hommes. Notre nation [musulmane] a été témoin de quelque chose et ce qui vient est quelque chose de différent. Si allah le veut, ce sera pour nous et non contre nous.

Les Frères Musulmans avaient en effet réussi à pénétrer les grandes institutions du gouvernement américain. L’aide principale de Hillary Clinton, Huma Abedin, était un des principaux agents d’influence de la confrérie islamiste fondée par Hassan al-Banna, grand-père de Tariq Ramadan (lire ici).

En France, le gouvernement socialiste était un allié stratégique des Frères Musulmans, notamment sur le dossier syrien. Ce qui explique la bienveillance du gouvernement vis-à-vis de l’organisation islamiste et de certains de ses compagnons de route dont Rachid Abou Houdeyfa à Brest (voir ici).

Encore récemment, l’Elysée recevait les « casques blancs » d’Alep, un faux nez de la confrérie financé par George Soros, un contributeur de Hillary Clinton (voir ici).

Donald Trump a fixé les grandes lignes de sa politique étrangère lors d’un discours rapporté uniquement par BREIZ ATAO et qui fait de l’islam un ennemi prioritaire (voir ici).

Lire la suite

 

 

Trump président : des milliers de manifestants dans plusieurs villes

 

VIDÉO. Ils ont défilé pour s'opposer à la victoire du milliardaire qui sera reçu par Barack Obama en fin de journée, heure française, à la Maison-Blanche.

(..)

Le jour d'après. 24 heures après son élection, Donald Trump va être reçu à la Maison-Blanche. Barack Obama, dont Trump avait douté de la nationalité américaine, accueillera le président élu après l'avoir vilipendé tout au long de la campagne – n'a-t-il pas traité le milliardaire d'« irresponsable » et de « pleurnicheur ».

La scène semblait encore inimaginable il y a 48 heures. Mais la rencontre entre les deux hommes dans le Bureau ovale devrait se faire en fin de journée. Ils s'adresseront ensuite très brièvement à la presse.

(..) Sous le choc, des milliers d'Américains s'étaient rassemblés mercredi soir dans une dizaine de villes, de New York à Los Angeles en passant par Washington, pour dénoncer les vues racistes, sexistes et xénophobes, selon eux, de Donald Trump. À Los Angeles, des milliers de Californiens inquiets et rageurs ont envahi un important axe routier et une effigie du nouveau président a été brûlée devant l'hôtel de ville. Des médias ont fait état de plusieurs interpellations. À New York, la police a arrêté 15 personnes, selon le New York Times. Une foule s'est rassemblée au pied de la Trump Tower, domicile du président élu, scandant « Trump à la poubelle ! » Les pancartes « Not my president » (« Pas mon président ») étaient nombreuses.

En savoir plus

 

Notes ; le titre de l'article plus bas est un plus réaliste

 

 

USA : Extrême-gauche et immigrés dans la rue pour s’opposer à l’élection de Trump

 

L’extrême-gauche américaine est descendue dans la rue, aux côtés de cohortes d’immigrés, pour s’opposer à l’élection de Donald Trump à la présidence US

Lire l'article et voir les vidéos

 

 

 

Victoire de Donald Trump : le monde entre inquiétude et délectation

 

La victoire à l'élection présidentielle américaine du républicain populiste Donald Trump, sans aucune expérience politique, plonge les États-Unis et le monde dans l'incertitude.

 

 

J.S.Ferjou sur l’élection de Trump : « Les élites n’arrivent pas à comprendre que le monde qu’elles ont construit, les autres n’y croient plus. »

 

Le 9 novembre 2016 à 10h43 sur LCI, Jean-Sébastien Ferjou (Atlantico) réagissait à la magnifique victoire de Donald Trump sur Hillary Clinton à la Présidentielle américaine 2016. Il déclare :

"Mais vous vous rendez compte du niveau d'intimidation morale qui existe pour pouvoir dire que vous soutenez Donald Trump ? Et pas juste de soutenir, même en terme d'analyse de dire que que vous croyez que son élection est possible, déjà vous vous faites condamner ! Rien que de dire - alors que je ne la souhaitais pas - que je la pensais possible, on est intimidés, il faut que les médias s'en rendent compte. C'est pas les sondages qui se sont trompés, c'est les gens qui lisent les sondages, on voyait parfaitement qu'Hillary Clinton ... Regardez Donald Trump, c'est un type qui a accumulé les bourdes à un point invraisemblable, qui a beaucoup moins investi d'argent que les démocrates ne l'ont fait. Hillary Clinton était certes une mauvaise candidate, froide, tout ce qu'on voulait, mais elle n'a pas fait le même nombre de bourdes. Le fait qu'ils étaient aussi proches dans les sondages était un signal d'alerte évident, évident, mais les gens (les élites, l'establishment) ne pouvaient pas se résoudre à cela, n'arrivent pas à croire que leur monde, les autres n'y croient plus. Parce qu'Hillary Clinton, je veux bien qu'elle soit la candidate "progressiste" et qu'elle dise que Donald Trump est un "dangereux extrémiste", mais quand on est la candidate "progressiste", et que Wikileaks révèle que dans vos mails, vous allez voir les banquiers en leur disant "injectez de l'argent dans ma campagne parce qu'avec ça, vous achèterez de l'influence", on peut pas tellement être surpris qu'ensuite, eux, n'y croient pas."

 

 

 

 

Quand les médias expliquaient que Trump ne pouvait pas gagner

 

Trump ne peut pas gagner, mais Clinton peut perdre  (Le Monde, 29/10/2016)

Donald Trump, favori des sondages et voué à échouer (Le Monde, 21/07/2015)

Pourquoi Trump ne peut pas gagner : c’est mathématique (Euronews, 30/08/2016)

Donald Trump ne sera pas président des États-Unis (Slate, 06/05/2016)

Election américaine 2016: Clinton donnée gagnante par presque toutes les projections (20 Minutes, 08/11/2016)

Trump ne peut plus gagner, mais peut refuser sa défaite (Le Point, 20/10/2016)

Pourquoi Trump ne peut pas gagner (Les Echos, 01/09/2016)

Pourquoi Donald Trump n’a aucune chance de devenir président des Etats-Unis (Le JDD, 17/07/2015)

La victoire quasi impossible de Donald Trump  (Les Echos, 31/08/2016)

Les « swing states » sont formels : Hillary Clinton va gagner (L’Obs, 28/10/2016)

Pourquoi Trump va perdre par Bernard-Henri Lévy (Le Point, 11/08/2016)

Voir les autres liens sur F de souche

 

 

 

Sur 200 médias américains, 194 avaient soutenu Hillary Clinton

 

Le monde des médias est aujourd’hui visé par les critiques. « Les médias traditionnels sont pris à partie parce que, eux non plus, n’avaient rien vu venir », analyse Jean-Bernard Cadier, correspondant BFMTV à Washington. Pis, ils ont largement soutenu la candidate démocrate. Plus de 200 journaux ont pris position pour Hillary Clinton, contre six seulement pour Donald Trump, poursuit le journaliste. [...]

BFMTV

 

Trump. Pascal Bruckner : «C’est la vengeance de l’homme blanc, redoutant d’être noyé par les autres communautés»

 

Lire l'article sur Le Monde  ou  sur F de souche 

 

 

Éric Zemmour : « l’Amérique de souche qui ne veut pas mourir, qui se bat contre les tendances démographiques »

 

 

 

 

En banlieue, la victoire de Trump sonne comme un avertissement

 

En banlieue parisienne, la victoire de Donald Trump est perçue comme le symptôme d’un système politique « à bout de souffle » et sonne comme un avertissement à six mois de la présidentielle.

 

 

En banlieue comme ailleurs, l’élection de Donald Trump à la président des États-Unis, «  modèle de liberté et de démocratie « , est vécue comme «  la fin du monde « . D’autant que le candidat républicain s’est distingué pendant la campagne par un discours aux relents racistes. Le milliardaire avait notamment déclaré vouloir interdire l’entrée des musulmans aux États-Unis après une fusillade en Californie en décembre 2015.Mohamed Maatoug avait prévu un voyage à New York le mois prochain mais songe à annuler. «  Je le sens pas du tout, j’ai l’impression qu’on rentre dans une nouvelle ère.  »

Le nouveau locataire de la Maison-Blanche «  n’aura pas besoin d’interdire aux musulmans de venir aux USA: personne ne voudra plus y aller « , ironise ce gardien d’immeuble à Saint-Denis.

Au-delà d’une réelle inquiétude, cette élection a valeur d’avertissement pour la classe politique française, jugent des militants des quartiers populaires.

«  De la Grèce aux États-Unis, en passant par le Brexit, le mouvement de colère, de rejet est globalisé  » et aura des «  conséquences  » en France, relève Mohamed Ghili, président de l’association Idées à Sevran. [...]

Le Point

 

 

Agression de policiers à Viry-Châtillon : au moins trois hommes interpellés pour tentative de meurtre

 

ls ont été interpellés à Grigny mercredi à 6h du matin dans le but d’être entendus par les forces de l’ordre dans le cadre de l’information judiciaire pour tentative de meurtre.

Un mois après l’agression de policiers survenue à Viry-Châtillon dans l’Essonne, trois hommes ont été interpellés mercredi matin, selon un communiqué du procureur de la République

Des scènes filmées et diffusées sur internet. Âgés de 16, 19 et 22 ans, ces trois hommes, déjà connus très défavorablement par la police, ont été interpellés à Grigny à 6h du matin afin d’être entendus « sur les circonstances dans lesquelles, au moment des faits, elles ont réalisé et diffusé sur internet des films vidéo », indique le communiqué. Plus précisément et selon des informations d’Europe 1, le suspect de 22 ans est soupçonné d’avoir filmé avant et après l’attaque, puis, d’avoir fait un montage vidéo avant de le diffuser sur internet.

Ces interpellations ont été ordonnées par les deux juges d’instruction saisis d’une enquête pour « tentatives de meurtres sur personnes dépositaires de l’autorité publique commises en bande organisée ». Aucun des auteurs directs de l’agression n’a jusqu’à présent été arrêté.

Une quatrième personne – le frère de l’un des trois gardés à vue – a été placée en garde à vue dans une procédure incidente, liée à la découverte de cocaïne et d’argent liquide chez lui.

Deux policiers gravement brûlés. Lors de cette attaque au cocktail molotov menée par une quinzaine de personnes et qui visait une voiture des forces de l’ordre, deux policiers ont été brûlés gravement et deux autres ont été blessés en étant roués de coups par leurs assaillants. Cette agression a déclenché un mouvement de grogne général des policiers, entamé le 17 octobre par une manifestation surprise sur les Champs-Elysées.

Europe 1

 

Le Conseil d’État autorise sous strictes conditions les crèches

 

Le Conseil d’État a choisi mercredi d’autoriser l’installation de crèches de Noël dans des collectivités publiques, mais a assorti cette autorisation de conditions strictes.

Les Sages se fondent sur la «pluralité de significations des crèches qui présentent un caractère religieux mais sont aussi des éléments des décorations profanes installées pour les fêtes de fin d’année». Ils jugent que «leur installation temporaire à l’initiative d’une personne publique, dans un emplacement public, est légale si elle présente un caractère culturel, artistique ou festif, mais non si elle exprime la reconnaissance d’un culte ou une préférence religieuse».
Pour autoriser ou interdire une crèche, il convient, ajoute le Conseil d’État, de «tenir compte du contexte dans lequel a lieu l’installation, des conditions particulières de cette installation, de l’existence ou de l’absence d’usages locaux et du lieu» choisi.
Une distinction est ainsi opérée entre «bâtiments publics», où les conditions sont plus sévères, et «autres emplacements publics». Dans les premiers, sièges d’une collectivité publique ou d’un service public, une crèche ne peut être installée, sauf si son «caractère culturel, artistique ou festif» est établi. Dans les seconds tels que parvis de mairie, accès aux bâtiments publics, marchés de Noël, sa présence est légale pendant la période des fêtes de fin d’année. Mais, là encore, à condition d’éviter tout prosélytisme.

Le Figaro

_______________

Le 9 novembre

 

Donald Trump élu 45e président des États-Unis

 

Après huit années de présidence Obama, les Américains sont appelés, mardi 8 novembre, à élire leur futur président. Et c'est Donald Trump qui l'a emporté.

 

Clinton, grande absente de la nuit électorale

 

Les spéculations allaient bon train après l'annonce par son directeur de campagne que la candidate démocrate n'allait pas prendre la parole. Pour les milliers de supporteurs réunis au Javits Convention Center de New York, l'incompréhension et la déception sont immenses.

 

 

Victoire de Trump: les Californiens pensent à se séparer des USA

 

Suite à la victoire de Donald Trump à l’élection présidentielle américaine, les Californiens appellent à un référendum sur la sortie de leur État des États-Unis.

Suite à la victoire remportée par le républicain Donald Trump à l'élection présidentielle américaine, le hashtag #Calexit se fait de plus en plus populaire sur Twitter.

En savoir plus

 

 

 

Victoire de Trump: l'ambassadeur de France aux États-Unis se fait incendier sur Twitter

 

Alors que les résultats de l'élection présidentielle US penchaient en faveur de Donald Trump, l'ambassadeur français aux Etats-Unis a évoqué « un monde qui s'effondre » sur Twitter, avant de supprimer son message.

L'ambassadeur de France aux États-Unis, Gérard Araud, est sorti de sa réserve diplomatique avant l'officialisation des résultats du vote. « Après le Brexit et cette élection, tout est désormais possible. Un monde s'effondre devant nos yeux. Un vertige", a-t-il posté avant de constater « la fin d'une époque, celle du néolibéralisme ». Les commentaires, effacés par leur auteur peu de temps après, ont été conservées par les autres utilisateurs, outrés par cette prise de position. Les internautes ont notamment rappelé au diplomate son « devoir de réserve », certains d'entre eux allant jusqu'à réclamer sa démission.

En savoir plus

 

Vladimir Poutine évoque la reprise des relations entre la Russie et les Etats-Unis

 

Après l'élection de Donald Trump, le président russe Vladimir Poutine s'est exprimé. Il a félicité le nouveau président des Etats-Unis et a évoqué la reprise des relations entre les deux pays.

 

Marine Le Pen s’exprime au sujet de la victoire de Donald Trump

 

Ce mercredi 9 novembre, la présidente du FN doit prononcer un discours à l'occasion des résultats des élections américaines. Tôt dans le matinée, avant même que le nom du nouveau président soit connu, Marine Le Pen s'est empressée d'adresser ses félicitations au candidat républicain Donald Trump.

 

Israël : la victoire de Donald Trump, un coup dur pour les Palestiniens

 

elon les commentateurs israéliens, la victoire de Donald Trump est un nouveau coup dur pour les Palestiniens et leurs dirigeants. Les personnalités juives de l'entourage du candidat républicain n'ont pas cessé de proclamer leur soutien sans faille à Israël. Reprenant une déclaration de Benjamin Netanyahu, ils ont accusé l'OLP de vouloir faire de la Cisjordanie un territoire

Lire la suite

 

 

Moyen-Orient : Donald Trump, un éléphant dans un magasin de porcelaine

 

Daech, nucléaire iranien, État palestinien ou relation avec l'Arabie saoudite, le nouveau président entend bouleverser la diplomatie américaine dans la région.

« Donald, vous vivez dans un monde à part. » Le constat, assené par Hillary Clinton en septembre dernier, lors du premier débat présidentiel, faisait mouche. À l'époque, les innombrables diatribes prononcées par le tonitruant candidat républicain à la tignasse blonde prêtaient à sourire tant ses chances d'accéder à la Maison-Blanche paraissaient infimes. Or, deux mois plus tard, la bête de foire médiatique est devenue président de la première puissance au monde. Et vers l'Orient compliqué, Donald Trump vole avec des idées simplistes.

Problème, la région traverse actuellement l'une des pires crises de son histoire, avec l'effondrement des États-nations au profit du « califat » transnational proclamé par Daech, dont les tentacules menacent jusqu'à l'Europe. À la tête d'une coalition internationale, les États-Unis dirigent deux offensives parallèles, en Irak et en Syrie, contre Mossoul et Raqqa, les deux « capitales » de l'État islamique. « Si je suis élu, Daech disparaîtra, rapidement. Très, très rapidement », promettait le candidat Trump en avril 2016. Invité à l'époque à préciser sa stratégie, l'homme d'affaires se révélait pour le moins confus. « Je ne vais pas leur dire où ni comment. Nous devons, en tant que pays, être plus imprévisibles. »

(..) Ainsi, ce grand ami de Vladimir Poutine s'est dit « convaincu » de pouvoir « parvenir à un accord avec la Russie sur la lutte contre Daech ». « Eux aussi mènent des opérations en Syrie et ont leurs propres combats contre le terrorisme islamique », a-t-il souligné en août à Youngstown, petite ville de l'Ohio. C'est oublier que l'intervention russe en Syrie vise avant tout à anéantir ce qu'il reste de la rébellion anti-Bachar el-Assad, bien plus que l'État islamique.

Justement, sur la crise syrienne, le nouveau président américain entend s'aligner sur la politique russe, en opposition totale à son prédécesseur à la Maison-Blanche. « Lutter contre Assad et Daech en même temps est idiot », a-t-il déclaré au New York Times en mars 2016. « Daech est un problème plus important pour nous qu'Assad. Les États-Unis ne doivent pas lutter contre Assad. » Au-delà de la Syrie, Donald Trump entend surtout détruire le principal succès diplomatique de Barack Obama : l'accord sur le nucléaire iranien. Arraché en juillet 2015, ce texte avait permis d'éviter une nouvelle guerre au Moyen-Orient et de rééquilibrer le jeu des puissances régionales en remettant l'Iran sur le devant de la scène internationale.

Or, le républicain l'a promis en campagne, sa « priorité numéro 1 » serait de « démanteler cet accord catastrophique » en vue d'obtenir plus de concessions de la part de la République islamique. À Téhéran, le chef de la diplomatie iranienne, Mohammad Javad Zarif, a immédiatement appelé le nouveau président américain à « respecter les accords (...) pris à un niveau multilatéral », rappelant à l'occasion que « tout président des États-Unis doit comprendre les réalités du monde d'aujourd'hui ».

Très pro-israélien

(..)

Si la relation entre Barack Obama et Benjamin Netanyahu s'est en effet avérée exécrable au cours des huit dernières années, le président américain sortant s'est pourtant révélé comme le plus solide allié de l'État hébreu, à qui il a accordé en septembre une aide militaire de 38 milliards de dollars sur dix ans (2019-2028). En dépit de l'échec en 2014 des pourparlers de paix israélo-palestiniens menés sous l'égide du secrétaire d'État John Kerry, Barack Obama ne s'est jamais véritablement employé pour faire cesser la colonisation israélienne, pourtant illégale, en territoire palestinien.

Critique de l'Arabie saoudite

Or non seulement Trump se montre-t-il favorable à la poursuite des constructions en Cisjordanie, mais il brise également un tabou en s'engageant à reconnaître Jérusalem comme la « capitale indivisible » d'Israël, où il s'engagera à transférer l'ambassade américaine de Tel-Aviv. De quoi mettre à mal la perspective d'un hypothétique État palestinien, quand bien même le nouveau président américain se dit attaché à la sempiternelle « solution à deux États ».

En revanche, Donald Trump se montre autrement plus dur vis-à-vis de l'autre allié indéfectible des États-Unis dans la région : l'Arabie saoudite. Si Barack Obama avait quelque peu froissé la pétromonarchie en raison de la conclusion de l'accord sur le nucléaire avec l'Iran, grand rival des Saoud, le nouveau pensionnaire de la Maison-Blanche n'y est pas allé de main morte pour dénoncer ouvertement l'accord historique pétrole contre sécurité en vigueur depuis sept décennies entre les États-Unis et l'Arabie saoudite. « La raison principale expliquant pourquoi nous soutenons l'Arabie saoudite est que nous avions besoin du pétrole », déclarait-il sur la chaîne américaine NBC en août 2015. « Mais, actuellement, nous n'en avons plus vraiment besoin. » Une référence aux gisements de gaz de schiste américains qui garantissent désormais aux États-Unis l'indépendance énergétique, et leur permettent de prendre quelque peu leurs distances avec leur turbulent allié du Golfe.

Source

 

Notes : C'est donc bien sur le dossier iranien que le danger va venir. Je rappelle que c'est justement l'Iran que Nostradamus désigne comme le pays qui soulèvera le monde musulman contre l'Occident. Et le seul moyen que l'Iran mette les pays musulmans de son coté en temps d'attaque des USA contre lui, c'est de s’attaquer à Israël

 

 

Défilés contre l’Amérique organisés par le régime iranien pour fêter le 37e anniversaire de la prise en otage de l’ambassade américaine

manif

Les médias du régime iranien ont diffusé des images des défilés anti-américains du 3 novembre 2016, intervenus à travers l’Iran pour marquer l’anniversaire de la prise en otage de l’ambassade américaine de Téhéran en 1979. La foule, répondant aux appels des organisateurs, a scandé « Mort à l’Amérique » et « Mort à Israël ». Le général Hossein Salami, commandant adjoint du CGRI [Corps des Gardiens de la Révolution islamique], a prononcé le discours principal devant la foule à Téhéran. Dans diverses villes, on a brûlé des drapeaux américains dans le cadre de cérémonies organisées à cet effet. À Téhéran, une étoile de David bleue et blanche portant les mots « On ne peut faire confiance à l’Amérique », a été brûlée. Les images montrées ici ont été diffusées sur la Deuxième chaîne iranienne.

Voir les extraits vidéo sur MEMRI TV

 

 

L'Iran appelle Donald Trump à "respecter les accords" internationaux

 

Le ministre iranien des Affaires étrangères, Mohammad Javad Zarif, avait appelé le futur président américain à "respecter les accords" internationaux conclus par son pays. "Tout président des États-Unis doit comprendre les réalités du monde d'aujourd'hui.

 

Comment l'élite politique française a-t-elle réagi à la victoire de Trump?

Le triomphe du candidat républicain à l'élection présidentielle américaine a suscité des réactions bien diverses au sein de la classe politique française, allant de sincères félicitations à des craintes à peine dissimulées.

En savoir plus

 

 

Syrie : 20 civils tués par une frappe de la coalition dirigée par Washington

L'OSDH affirme que des raids de la coalition ont été menés dans la nuit près de Raqqa, fief autoproclamé des djihadistes, faisant des victimes civiles.

En savoir plus

 

 

Des navires russes préparent une frappe contre les djihadistes aux abords d'Alep

 

Le groupe de navires russes comprenant le porte-avions Amiral Kouznetsov, le croiseur Pierre le Grand, les navires anti-sous-marins Vice-amiral Koulakov et Severomorsk, ainsi que des bateaux de maintenance, prépare une frappe contre les terroristes dans la province d'Alep dans les prochaines 24 heures, a confirmé à Gazeta.ru une source au sein du ministère russe de la Défense.

La frappe sera réalisée à l'aide des missiles de croisière Kalibr et de l'aviation en pontée et aura pour cible les abords lointains de la ville et non les zones résidentielles, a souligné la source. La ville même ne sera pas prise pour cible car les terroristes qui s'y trouvent se servent des civils comme d'un bouclier humain. « La tâche principale de ce groupe est d'effectuer des frappes aériennes sur les abords d'Alep où les groupes armés de djihadistes s'efforcent de faire une percée dans la ville, ceci en coopération avec les navires de la flotte de la mer Noire de la Fédération de Russie, avec l'aviation stratégique et de longue portée et avec les avions de la base militaire de Hmeimim. »

En savoir plus

 

 

Argenteuil (95) : Alain Juppé a séduit la communauté algérienne

 

La communauté algérienne d’Argenteuil, qui compte plus de 30.000 personnes, entend bien peser dans l’élection présidentielle et profite de la primaire de la droite et du centre pour faire entendre sa voix.

Mouffak Badaoui, président de l’association Darsalem comprenant plusieurs centaines d’adhérents, a adressé une lettre à Alain Juppé quelques semaines avant sa visite sur la dalle du Val Nord, lui apportant tout son soutien.

Alain Juppé n’a fait qu’abonder dans le sens du représentant associatif. « Je crois que le partenariat bilatéral doit être ambitieux, […] Les jeunes issus de l’immigration algérienne sont, à part entière, les fils et filles de la République, […] La lutte contre la discrimination et le racisme est pour moi une priorité », rappelle le maire de Bordeaux, dans une sorte de discours écrit qui se veut déjà largement présidentiel.

Le Parisien

 

En bref - L'actualité de France

08/11: Marion,14 ans,violée,torturée+68 coups de couteau par un Africain: procès (source)
08/11: Soufiane El Ghari condamné à 12 ans de réclusion pour viol, vol, agression (source)
08/11: (83) Jalel Korbi, viole sa voisine après lui avoir administré un somnifère (source)
08/11: Assises de l’Hérault: Mustapha est jugé pour le meurtre de sa compagne (source)
08/11: 13 Roms de Bulgarie jugés pour avoir prostitué leurs enfants en Gironde (source)
08/11: Les soins pour clandestins sans-papiers en 2017 supérieur à 1 milliard d’€ (source)
08/11: Fettah Malki, receleur de Mohamed Merah condamné à 2 ans de prison (source)
08/11: (14) Un jihadiste fiché S encadrait sept jeunes dans un foyer de l’enfance (source)
08/11: Vaucluse: Nabil Lazaar, huit mois ferme pour avoir frappé deux policiers (source)
07/11: Karim Boukhiane jugé à Rouen pour des vols et des viols de prostituées (source)
07/11: Djihadisme: Ines Madani se faisait passer pour un homme pour recruter (source)
07/11: Nihat condamné à 2 ans pour avoir frappé sa femme à coup de marteau (source)
07/11: (60) Driss Zarhani met un coup de tête à une caissière pour la braquer (source)
07/11: Montpellier: des migrants mineurs isolés encore arrêtés après des vols (source)
06/11: Ahmed le cambrioleur oublie des documents à son nom chez sa victime (source)
06/11: (76) Souleyman, l’agresseur sexuel de deux ados à la piscine condamné (source)

 

 

 

 

Commenter cet article