Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
troisiemeguerremondiale.net

troisiemeguerremondiale.net

Affirmer que l'Islam est une religion de paix, c'est admettre que la charia et le djihad sont des préceptes humanistes. Ce blog a pour but de démontrer que nous nous dirigeons droits vers une guerre de religion

Publié le par 3guerremondiale
Publié dans : #Les infos les plus cruciales

_________________

Le 12 décembre

 

 

Attaque à Kaboul : deux policiers espagnols tués, le personnel de l'ambassade évacué

 

Quatre policiers afghans et deux Espagnols ont péri dans une attaque des talibans dans le quartier diplomatique de Kaboul. Après des heures de siège et de combats nocturnes, cette attaque a pris fin tôt samedi avec la mort des quatre assaillants. Le personnel de l'ambassade d'Espagne, très proche du lieu de l'attaque, a été évacué.

Les talibans ont revendiqué l'attaque, déclarant qu'elle visait une maison d'hôtes fréquentée par des étrangers et non l'ambassade d'Espagne, comme indiqué initialement par les autorités afghanes. «Les forces spéciales afghanes ont tué tous les assaillants impliqués dans l'attaque terroriste à Kaboul», écrit sur Twitter le porte-parole du ministère afghan de l'Intérieur, Sediq Sediqqi. «Malheureusement, quatre policiers sont morts en martyrs pendant l'attaque», ajoute t-il, sans fournir le nombre de blessés...

Lire la suite

 

 

 

L'Irak déposera une plainte contre la Turquie à l'Onu d'ici deux jours

 

Le premier ministre irakien Haïder al-Abadi a auparavant demandé auprès du ministère irakien des Affaires étrangères de déposer une plainte au Conseil de sécurité de l'Onu suite à l'intervention turque dans le pays.

(..)"Nous attendons que la Turquie précise sa position concernant la présence de ses troupes sur le territoire irakien. Si notre demande n'est pas satisfaite, la plainte sera envoyée par l'intermediare du ministère des Affaires étrangères", rapporte Sputnik reprenant les propos du parlementaire.
Le président turc Recep Tayyip Erdogan a refusé jeudi de retirer ses soldats d'Irak.

Lire la suite

 

Notes : La Turquie qui n’admet pas qu'un avion Russe entre sur son territoire pour quelques secondes seulement, trouve tout à fait normal au contraire d’envoyer des militaires sur le sol de l'Irak, sans aucune autorisation ! et en plus refuse de les retirer lorsque l'Irak le demande !

Et l’Otan dans tout cela fait semblant de ne rien comprendre !

 

 

Syrie : Poutine ordonne de détruire «toute cible menaçant les unités russes»

ILLUSTRATION. Vladimir Poutine : «Toute cible menaçant les unités russes ou nos infrastructures au sol sera détruite immédiatement». Sur la photo : des missiles air-sol russes S-400 air defence à la base aérinne de Hmeimim, en Syrie, dans la province de Latakia.

Le président Vladimir Poutine a ordonné vendredi à l'armée russe de répondre avec une «extrême fermeté» à toute force qui la menacerait en Syrie, trois semaines après la destruction par l'aviation turque d'un bombardier russe près de la frontière syrienne.

«J'ordonne d'agir avec une extrême fermeté», a déclaré Valdimir Poutine lors d'une réunion avec les responsables du ministère de la Défense. «Toute cible menaçant les unités russes ou nos infrastructures au sol sera détruite immédiatement,» a-t-il ajouté.

«Il est important de coopérer avec tout gouvernement qui est réellement intéressé par l'élimination des terroristes», a-t-il toutefois poursuivi, citant comme exemple l'accord pour éviter les incidents dans le ciel syrien conclu avec la coalition internationale menée par les États-Unis.

Lire la suite

 

Notes :C'est à ce demandé, si la Turquie n'aurait pas envoyé des soldats en Irak pour  préparer un mauvais coup. Ce qui expliquerait le pourquoi,  Poutine met son armée en alerte maximum

 

 

L’appel au calme en forme d'avertissement de la Turquie à la Russie

 

media

La Turquie, en pleine crise avec Moscou depuis qu'un avion russe a été abattu près de la frontière turco-syrienne, lance une énième mise en garde à la Russie. Ankara, qui n'a toujours pas répliqué aux sanctions économiques et diplomatiques de la Russie, appelle désormais le Kremlin « au calme », tout en mettant en garde Moscou contre une escalade.

Avec notre correspondant à Istanbul, Alexandre Billette

Quand ce n'est pas le président turc, Recep Tayyip Erdogan, quand ce n'est pas le Premier ministre, Ahmet Davutoglu, c'est le chef de la diplomatie turque qui souffle le chaud et le froid avec la Russie.

Vendredi, Mevlüt Çavusoglu a lancé un appel en forme d'avertissement à l'attention du Kremlin, tout en prenant garde de ménager le pouvoir russe : « Notre patience n'est pas sans limites, a-t-il prévenu. Si nous n'avons pas exercé de représailles jusqu'à présent, ce n'est pas par peur ou par sentiment de culpabilité. Nous ne souhaitions pas cette situation, mais la Russie agit de façon injuste. »

Lire la suite

 


Etats-Unis: la question d’une journaliste russe fâche le Département d'Etat

Porte-parole du Département d'Etat US John Kirby

Lors d’un point de presse, le porte-parole du Département d'Etat américain John Kirby a accusé d’incompétence une journaliste de la chaîne RT qui avait abordé l’épineuse question de la présence militaire turque en Irak.

La journaliste Gayane Chichakyan lui a demandé à plusieurs reprises si Washington "approuvait" ou non la présence militaire turque dans le nord de l'Irak, sans la permission de Bagdad, qui provoque des tensions entre l'Irak et la Turquie.

"C'est tellement loufoque", s'est emporté le porte-parole.

"Cela ne vous gêne pas de poser ces questions? Vous devriez regarder ces questions et presque rire de vous-même, non? C'est absolument dingue!", a relevé M. Kirby, sourire aux lèvres, avant d'accuser la journaliste "poser très rarement des questions difficiles à (son) propre gouvernement".

A son habitude, il a nié toute responsabilité de la part de Washington, tout en indiquant que "la question ne concerne que l'Irak et la Turquie, les deux pays devant donc la résoudre eux-mêmes via des accords bilatéraux".

"Quelle question était ridicule, Monsieur? (…) Pour laquelle devrais-je me sentir gênée?" a rétorqué calmement la journaliste avant que le porte-parole ne mette fin à son briefing sans fournir la moindre réponse.

Mercredi 9 décembre, la Turquie a effectué une frappe aérienne en Irak, dans la région d'Al-Amadiya (province de Dahuk), après avoir déployé quelques jours plus tôt un camp militaire dans le nord de l'Irak près de la ville de Mossoul actuellement contrôlée par Daech.

Selon les autorités irakiennes, des soldats et des matériels de guerre turcs sont entrés dans la province de Ninive (nord de l'Irak) sous prétexte d'entraîner les combattants kurdes engagés dans la lutte contre les terroristes. Les ministères irakiens de la Défense et des Affaires étrangères ont qualifié la présence de militaires turcs "d'acte hostile".

Lire la suite

 

 

 

La Turquie devient un danger pour tout le monde

 

Il faut rappeler le président turc à ses responsabilités vis-à-vis de ses alliés engagés dans la lutte contre Daech, estime un général français.

On ne sortira pas de la crise et des problèmes posés par l’organisation djihadiste Etat islamique (EI, Daech), tant que la Turquie n’aura pas clairement décidé de quel côté elle est, et quel est son véritable ennemi, a déclaré à Sputnik le général de division de l'Armée de terre française, Vincent Desportes.

"Je crois qu’il faut néanmoins appeler à la sagesse des Etats (Turquie et Irak) et rappeler (le président turc Recep Tayyip) Erdogan à ses responsabilités vis-à-vis de ses alliés et en particulier de l’Europe et des autres pays engagés dans la lutte contre Daech", a indiqué l'interlocuteur de l'agence.

Et d'ajouter que l’ambiguïté de la Turquie résidait dans le fait qu’elle était dans l’Otan sans y être, qu’elle voulait être dans l’Europe sans y être et qu'elle menait un double jeu par rapport à Daech.
 
"Son véritable ennemi n’étant pas l’EI mais les mouvements kurdes indépendantistes. On a donc affaire à un double ou à un triple jeu qui ne pourra pas durer si nous voulons sortir de la crise et des problèmes posés par l’EI", a relevé le général.

Lire la suite

 

 

L’état islamique serait désormais capable d’imprimer d’authentiques passeports syriens

 

Daesh disposerait d’au moins une machine à imprimer utilisée dans la fabrication de passeports syriens, ont prévenu les organismes d’application de la loi américains. Les faux passeports aident les terroristes à se mêler parmi les réfugiés syriens.

Lire la suite

 

 

 

Assad n'entend pas quitter la Syrie

 

Le président syrien Bachar el-Assad

Le président syrien a déclaré qu'après cinq années de guerre, il était toujours soutenu par la majorité des Syriens et n'entendait pas partir du pays.

Le président syrien Bachar el-Assad a souligné dans une interview accordée à l'agence espagnole EFE qu'il n'avait pas l'intention de s'installer ailleurs qu'en Syrie et ce, quelles que soient les circonstances.

"Non, je n'ai jamais pensé à quitter la Syrie, quelles que soient les circonstances. Une telle idée ne m'a jamais visité. Cela n'arrivera jamais", a affirmé le chef d'Etat syrien, cité par l'agence SANA.

Lire la suite

 

 

Les USA souhaitent faire de l'Ukraine un membre de l'UE à tout prix

 

La prochaine réunion de la Commission européenne consacrée à une possible suppression du régime de visa pour les Ukrainiens fait partie du jeu géopolitique des Etats-Unis qui comptent isoler la Russie de l'Europe, selon l'édition allemande Deutsche Wirtschafts Nachrichten.

Washington cherche à saper à tout prix la reprise des relations entre la Russie et l'Ukraine, estiment les journalistes de l'édition allemande Deutsche Wirtschafts Nachrichten.

Un des moyens de le faire est d'introduire un régime sans visa entre l'Union européenne et l'Ukraine malgré l'absence de réformes dans ce pays et la corruption du pouvoir à Kiev.

La Commission Européenne tiendra une réunion le 15 décembre pour discuter de l'abrogation des visas pour les Ukrainiens et les Géorgiens. C'est "un coup géopolitique fait par le gouvernement américain" pour miner les relations entre la Russie et d'autres pays.

"L'Ukraine doit adhérer à l'Union européenne à tout prix pour se séparer de la Russie. C'est pour cette raison que Washington a chargé le Fonds monétaire international (FMI) de modifier ses normes et a sauvé un Etat en défaut de paiement car Kiev est incapable de payer ses dettes à Moscou", explique DWN.

Lire la suite

 

 

 

Arabie saoudite : pourquoi le vote des femmes est un progrès en trompe-l'œil

 

Pour la première fois, les Saoudiennes peuvent non seulement se rendre aux urnes, mais aussi se présenter à une élection. Difficile, pourtant, de parler d'une grande avancée.

Lire le dossier et voir les vidéos

 

 

 

Genève : découverte de traces d'explosifs dans une voiture

 

Selon la chaîne suisse RTS, des traces d'explosifs ont été trouvés dans une voiture. Deux hommes d'origine syrienne ont été interpellés.

Genève est en alerte renforcée en raison d'une menace djihadiste. Des traces d'explosifs ont été trouvées dans une voiture et deux hommes ont été arrêtés selon la télévision publique suisse RTS. Une opération de police est en cours sur le territoire suisse, sur une route menant à la frontière française, indique la RTS.

Lire la suite

 

 

 

Finkielkraut : "Le djihad est une obligation léguée par Mahomet à tous les musulmans"

 

VIDÉO. Interrogé sur le risque d'amalgame entre islamisme et islam, le philosophe et écrivain revient aux sources du livre sacré, le Coran.

Au lendemain des attentats du 11 janvier et du 13 novembre, ces mots étaient sur toutes les lèvres : « Pas d'amalgame ! » Interrogé par le magistrat honoraire Philippe Bilger, le philosophe Alain Finkielkraut avoue être « exaspéré par ce ressassement », mais également « sensible au problème ». « Le pas d'amalgame peut mener au refus de nommer les choses. On vient alors à dédouaner l'islam. »

Lire la suite

REGARDEZ l'entretien entre Alain Finkielkraut et Philippe Bilger dans son intégralité.


Attentats de Paris: Abdelhamid Abaaoud aurait été localisé en Grèce

 

Selon les médias français, l'instigateur présumé des attaques de Paris tué le 18 novembre à Saint-Denis aurait accueilli les kamikazes du Stade de France en Grèce.

Le djihadiste belgo-marocain Abdelhamid Abaaoud, le coordinateur présumé des attentats du 13 novembre à Paris, aurait été localisé en septembre sur l'île grecque de Léros, rapportent les médias français.

Les autorités françaises jugent "très fiable" cette information transmise par les services antiterroristes marocains.

"Ce renseignement n'a, pour l'heure, pas été corroboré par des preuves judiciaires", précise une source proche de l'enquête.

Lire la suite

 

 

Le mentor présumé d’un tueur du Bataclan prêche dans une mosquée de Troyes

 

Guide spirituel présumé d’Omar Ismaïl Mostefaï, l’un des kamikazes du 13 novembre, Abdelilah Ziyad, condamné à 8 ans de prison en 1997, prêche aujourd’hui dans une petite mosquée de Troyes, sous une fausse identité.

[...] Il a été le mentor présumé d’Omar Mostefaï, l’un des kamikazes du Bataclan, âgé de 29 ans. [...] Mais curieusement, Ziyad peut poursuivre ses prêches sans être inquiété. [...]

En 1994, il est reconnu comme le cerveau de l’attentat perpétré à Marrakech dont le bilan s’était élevé à deux morts, des touristes espagnols. [...] Ziyad avait été condamné à huit ans de prison pour avoir été le donneur d’ordre à Marrakech. Mais quatre ans plus tard, en 2001, il est libéré. Et même s’il est interdit du territoire pendant dix ans, il reste dans l’Yonne sous une fausse identité. Déjà.

[...] On réentend parler de lui à l’automne 2010 quand il est mis en examen par le juge Marc Trévidic pour complicité et recel de vols avec arme en bande organisée en relation avec une entreprise terroriste. [...]

Source

 

 

Bataclan : Pour un rescapé chilien, « la cible était clairement française »

 

David a tenté de s’échapper par une fenêtre donnant sur la rue située derrière le Bataclan et s’est retrouvé suspendu dans le vide. Il est alors repéré par un des trois terroristes qui tiraient sur la foule. L’homme le braque avec son arme, lui demande de descendre.Les kamikazes posaient des questions sur la nationalité, sur les positions politiques des personnes qu’ils braquaient. David reste persuadé que « la cible était vraiment française« . Son envie, aujourd’hui, est de devenir français, en reconnaissance des forces de l’ordre qui l’ont sauvé.

Source

 

 

 

En bref - L'actualité de France

 

11/12: Une salle de prière salafiste fermée dans les Alpes-Maritimes (source)
11/12: (34) L’imam Khattabi soupçonné de fraudes par le fisc et la Caf (source)
11/12: Chartres: un Musulman menace son ex-femme de lapidation (source)
11/12: Drancy: Un radicalisé fiché S condamné pour détention d’arme (source)
11/12: (34) Apologie du terrorisme et évasion ratée: prison ferme (source)
11/12: Brest (29) Elle rentre dans son studio et découvre un migrant (source)
11/12: Grande-Synthe (62) de 300 migrants à 2 000 en qq semaines (source)
10/12: Larabi condamné à 25 ans de prison pour le meurtre d’Adeline (source)
10/12: (28) Un Musulman hurle en disant qu’il va tuer tout le monde (source)

 

 

 

Grande-Synthe (62) : de 300 migrants à près de 2 000 en quelques semaines.

 

A 40 kilomètres à l’est de Calais dans le nord de la France, la ville de Grande-Synthe fait elle aussi face à l’afflux de migrants. Située à proximité d’un port de fret qui rejoint l’Angleterre, cette ville de 20 000 habitants abrite un camp qui a vu sa population passer de 300 migrants à près de 2 000 en quelques semaines.

(…) RFI

 

 

Catherine Withol : « l’ouverture des frontières sera le grand combat du XXIe siècle »

 

 

Spécialiste des migrations et commissaire de l’exposition Frontières au musée de l’Histoire de l’immigration , Catherine Withol de Wenden défend avec pragmatisme l’idée que l’ouverture des frontières est non seulement un devoir moral mais surtout une opportunité pour les pays d’accueil. Une réflexion salutaire en ces temps de repli sécuritaire.

[...]  Plus les frontières sont ouvertes, plus les gens circulent ; plus elles sont fermées, plus ils se sédentarisent. La migration est un facteur de croissance : les migrants produisent, paient des impôts s’ils veulent se faire régulariser. Quand ils sont en situation irrégulière, ils rasent les murs ; dès qu’ils sont régularisés, ils s’intègrent aux circuits économiques.  [...]

Il faut aussi évoquer les problèmes démographiques : l’Europe et les Etats-Unis doivent leur croissance aux seuls facteurs d’immigration ; sans immigration, nous serions des pays vieillissants. La migration a toujours apporté de l’innovation, des idées nouvelles ; si on ferme les frontières, on participe à la montée des intolérances, des islamismes radicaux, qui seraient moindres si les jeunes de ces pays avaient le choix de circuler. [...]

Source

 

 

 

Commenter cet article